Télécharger
l’édition n°932
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Fusion de communes dans l'air au Pays d'Enhaut

tourisme Rougemont, Rossinière et Château-d'Oex revoient à la hausse leurs taxes de séjour et sur les résidences secondaires, afin d'alimenter leur fonds d'équipement touristique commun. Un probable premier pas vers une fusion des trois communes.

En matière de tourisme, les trois communes du Pays-d'Enhaut ont une vision régionale.

Textes et photo: Valérie Passello

«Le Pays-d'Enhaut a vraiment besoin de moyens. Chacune de nos communes a augmenté ses impôts ces dernières années. En discutant entre syndics, nous avons donc considéré que les résidents secondaires pouvaient amener leur contribution», explique Jean-Pierre Neff, syndic de Rossinière. C'est d'ailleurs sans grand débat que le législatif de sa commune, ainsi que ceux de Rougemont et Château-d'Oex, ont accepté la hausse des taxes sur les résidences secondaires et de séjour.

Les résidences secondaires devraient ainsi rapporter 320'000 frs annuels de plus. Mais cette mesure ne risque-t-elle pas de faire fuir les propriétaires? Le syndic de Rougemont André Reichenbach admet: «Certains vont peut-être tousser, mais nous leur expliquerons pourquoi nous avons revu ces tarifs. De plus, si l'on prend un chalet dont la valeur fiscale est de 500'000 frs, cela ne représentera qu'une augmentation de 200 frs par an pour son propriétaire.»

Il est moins aisé d'estimer quelles seront les rentrées supplémentaires induites par la hausse de la taxe de séjour, relève le directeur de Pays-d'Enhaut Tourisme, Frédéric Delachaux: «Cette augmentation ne concerne pas les appartements en location. Mais, par exemple, pour les hôtels trois étoiles qui facturaient 2,50 frs par nuit, la taxe passera à 3 frs.» Sachant que le Pays-d'Enhaut a enregistré près de 30'000 nuitées en 2017, la plus-value devrait être de l'ordre de 15 à 20'000 frs.

Une collaboration stratégique

Jusqu'ici, ces taxes rapportaient environ 1,4 mio, dont 60% allaient à Pays-d'Enhaut Tourisme et 40% alimentaient le Fonds d'Équipement Touristique (FET), un pot commun permettant de porter des projets ou d'encourager des manifestations. Désormais, Pays-d'Enhaut Tourisme recevra une somme fixe de 800'000 frs annuels et le solde ira au FET. «Ce fonds est une réussite pour la région, reprend Frédéric Delachaux. Il fonctionne bien et permet de développer une véritable stratégie touristique.»

Le FET a notamment servi, l'an dernier, à offrir la gratuité des transports publics aux détenteurs d'abonnements de ski. Mais aussi à provisionner un montant de 950'000 frs pour la future réalisation du Centre suisse du papier découpé au Musée du Pays-d'Enhaut, ou à soutenir divers événements.

«Nous avons déjà fusionné»

Château-d'Oex, Rougemont et Rossinière savent faire front commun pour leur tourisme. Mais pas seulement. La gestion du service du feu, de la protection civile ou des écoles est aussi régionalisée. Dès lors, songent-elles à une fusion? Non sans un brin de provocation, Jean-Pierre Neff lance: «Je dis souvent que nous avons déjà fusionné! Notre collège intercommunal à 15 mios en est un parfait exemple. Il faut laisser les choses se faire gentiment, mais nous voyons bien que nous allons dans cette direction.»

Le syndic de Château-d'Oex Eric Grandjean est plus prudent: «Le sujet n'est pas encore mûr. Mais il est de moins en moins tabou. Nos trois boursiers communaux ont, par exemple, procédé à des simulations, notamment en ce qui concerne nos différents taux d'imposition.» L'idée doit donc encore faire son chemin, mais elle est dans l'air, la bonne entente entre les exécutifs en témoigne. D'ici-là, les collaborations pourraient encore s'intensifier.

Date:17.01.2019
Parution: 932

Economie et tourisme ne feront qu'un

Le 21 mars, Pays-d'Enhaut Tourisme et Pays-d'Enhaut Région vont fusionner. Économie et tourisme étant intimement liés dans cette région, la démarche vise une simplification des décisions et davantage de dynamisme. C'est d'ailleurs déjà Frédéric Delachaux qui assure la direction des deux organismes. Cette fusion n'entraînera aucun licenciement. Une séance d'information publique est prévue le 7 mars à 18h.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio