Télécharger
l’édition n°933
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Ruineuse » ou « indispensable », la rénovation du Centre de Congrès divise

Montreux Le 2m2c doit être mis aux normes légales. La Municipalité souhaite aller au-delà de sa rénovation et développer le bâtiment pour un total de 87 millions. A la charge de la Ville, 30 millions, dont 3 déjà déboursés pour frais d'études. Objectifs: attirer davantage d'événements et générer des retombées économiques plus importantes. «Superflu», rétorquent les opposants qui réclament un projet plus réaliste et moins coûteux. Passes d'armes avant la votation du 10 février qui porte sur la part communale de 27 millions.

Pour ce projet devisé à 87 millions, parmi les partis représentés au Conseil communal, seul le PLR majoritaire recommande le «oui», l'UDC et les socialistes laissent la liberté de vote alors que Les Verts et Montreux Libre bataillent pour le «non». CCHE Architecture

Amit Juillard

Tout le monde s'accorde sur la nécessité de rénover le Centre de Congrès (2m2c), son Miles Davis Hall et son auditorium Stravinski. La seule solution pour le Montreux Jazz ou le Montreux Comedy de continuer d'exister en ces lieux. Construit en 1972, le 2m2c ne répond à l'évidence plus aux normes sécuritaires, énergétiques, antisismiques ou incendie et ses installations techniques sont obsolètes. La Municipalité veut en profiter pour aider le «vaisseau amiral de l'économie montreusienne» à régater dans le domaine de l'évènementiel. En clair, le rendre plus fonctionnel, le redynamiser et lui donner un nouveau visage architectural (lire encadré). Avec l'espoir de le voir accueillir davantage d'événements ou de congrès internationaux et 100'000 visiteurs supplémentaires par an. Et d'ainsi voir les retombées économiques augmenter, estimées à plus de 80 millions par an (voir chiffres ci-contre).

Coût total: 87 millions, dont 27 à la charge de la commune – après déduction des 3 millions déjà déboursés pour frais d'études – pour la sécurisation. Les 60 millions restants – pour la mise à niveau et le développement – seraient financés par les revenus de la nouvelle taxe de séjour (33 millions) et par la société d'exploitation du 2m2c, CCM SA, avec l'aide du Canton, de la Communauté intercommunale d'équipements du Haut-Léman (CIEHL) et de dons privés (24 millions). Le prix et le financement sont les principales sources de frictions avant la votation du 10 février, dont l'objet sont les 27 millions de participation de la ville. Parmi les partis représentés au Conseil communal, seul le PLR majoritaire recommande le «oui», l'UDC et les socialistes laissent la liberté de vote alors que Les Verts et Montreux Libre bataillent pour le «non».

La crainte d'une hausse d'impôts

Les opposants dénoncent un projet «ruineux». «En cas de «oui», nous craignons une hausse d'impôts, le gel d'autres projets importants et la disparition de petits gestes sociaux comme le subventionnement communal des abonnements de transports publics, explique Géraldine Torchio, membre du comité des Verts et conseillère communale. Avec un autofinancement de moins de 3 millions (réd: 2,7 mios au budget 2019), ce n'est pas comme si la Ville avait des finances extraordinaires. Et de fait, la Commune est responsable de la plus grande partie de ces 87 millions.» Allusion au fait que Montreux est propriétaire de CCM SA et qu'elle s'est portée garante de 21 des 33 millions promis par la taxe de séjour. «C'est trompeur voire mensonger de dire que près de 80 millions seront payés par la Commune, déplore Caleb Walther, municipal vert en charge du dossier, en porte-à-faux avec son parti. Nous avons justement trouvé d'autres sources de financements pour faire baisser les coûts et limité les risques pour la Commune. Il y a une confusion entre garantie, cautionnement et coût pour la Ville.» Syndic PLR, Laurent Wehrli se veut rassurant. «Ce n'est pas vrai que cette dépense entraînerait des coupes budgétaires et des hausses d'impôts, vu notamment de nouveaux revenus comme la location du terrain des Grands-Prés qui rapportera à la Commune 1,014 million par année pendant 99 ans. Et la réalisation d'autres investissements, en particulier ceux dans le domaine scolaire, sera possible»

Développement «superflu»

Au-delà de la sécurisation du bâtiment et de sa mise à niveau en matière d'énergie et d'équipements techniques, la partie «développement», incluant l'amélioration de la qualité et de la modularité des espaces, est jugée superflue par Montreux Libre. «Ni Montreux ni le Jazz n'ont besoin d'un paquebot de luxe!, martèle Susanne Lauber Fürst, présidente du parti. Autour de nous, le marché des congrès est en chute libre. Les touristes viennent à Montreux pour les manifestations qui ont lieu dans le bâtiment, pas pour le bâtiment lui-même. Or il est possible de rénover le Centre de Congrès sans mettre en péril les finances communales et de faire des économies, notamment en récupérant les 24 millions dédiés à la phase dite de développement.»

Soigner les festivals

Faux, réagit Jean-Baptiste Piemontesi, municipal PLR de l'économie. «Si nous nous contentions de mettre le bâtiment aux normes, nous ne pourrions pas récupérer ce montant, exclusivement lié à cette partie du chantier.» Pour Rémy Crégut, directeur exécutif de CCM SA, cette troisième étape est indissociable des premières. «S'il n'y a qu'une rénovation sécuritaire et technique, il n'y a aucune plus-value pour les utilisateurs ou les organisateurs. La santé des festivals est primordiale et elle est liée à l'évolution du bâtiment. Nous sommes obligés de nous mettre à niveau par rapport à la concurrence et au monde qui nous entoure.» Quid des difficultés rencontrées par le marché des congrès? «En matière de congrès, 2017 a été notre meilleure année depuis 1993, nous en avons accueilli 13», affirme-t-il.

Se rapprocher des Montreusiens

Autre critique des Verts, le faible usage de l'édifice par la population: «Il est injuste de demander aux Montreusiens d'assumer le financement du projet alors qu'ils ont peu l'occasion d'aller au 2m2c parce que c'est cher, assène Géraldine Torchio. Pourquoi ne pas consacrer une partie du bâtiment à une structure publique comme le conservatoire?» «Le projet vise justement à rapprocher le Centre de Congrès des Montreusiens, rétorque Jean-Baptiste Piemontesi. Le restaurant va par exemple animer les lieux, les nouvelles entrées vont permettre une nouvelle relation avec les quais et les nouvelles salles polyvalentes pourront accueillir des événements locaux.»

Les écologistes critiquent en outre un «mauvais compromis» architectural, sans «audace» ni «modestie», plaçant un «nouveau mastodonte médiocre au bord du lac». Montreux Libre déplore quant à lui une participation cantonale trop faible (1,7 million) et l'absence de projet de parking, ce qui impactera sur la fluidité du trafic. Sur ce point, des perspectives de parkings existent ailleurs selon la Municipalité, notamment en face du Centre de Congrès et, à terme, sur la parcelle de l'hôpital.

Si «non», quoi?

En cas de «non», que se passerait-il? Pour les opposants, c'est la seule solution pour forcer la Municipalité à revenir avec un «meilleur» projet, «plus raisonnable». Mais selon Caleb Walther, les manifestations, comme le Montreux Jazz, pourraient être en danger. «Il est fort probable que l'Etablissement cantonal d'assurance contre l'incendie et les éléments naturels accepte d'encore prolonger les dérogations provisoires comme actuellement. Mais sans ces autorisations spéciales, la capacité des salles serait légalement limitée à 300 personnes.»

Date:24.01.2019
Parution: 933

Le Centre de Congrès en chiffres:

> 115 millions déjà investis dans le Centre de Congrès depuis sa construction en 1972 selon la Municipalité

> 87 millions coût total du projet. 30 millions à la charge de la Ville, dont 27 soumis au vote du 10 février et 3 déjà déboursés pour frais d'études, 33 millions financés par la taxe de séjour et 24 millions payés par CCM SA, société d'exploitation du 2m2c, avec l'aide du Canton, de la Communauté intercommunale d'équipements du Haut-Léman (CIEHL) et de dons privés

> 81 millions de retombées économiques par an*

> 6,4 millions de recettes fiscales générées en 2012*

> 368 emplois à plein temps liés au 2m2c dans la région*

*Selon une étude de Ernst et Young datée de 2013 commandée par CCM SA

Le projet en bref

Mise aux normes de sécurité

> Sur chaque façade et à tous les étages des nouvelles entrées indépendantes, qui seront aussi des points de fuite et des sorties de secours en cas d'incendie, y compris côté lac

> Des escaliers complémentaires et des espaces de circulation entre les salles à l'est et à l'ouest du complexe

> Nouveau système de désenfumage et amélioration de la résistance au feu du bâtiment

> Mises aux normes antisismiques

Rénovation technique et énergétique

> Mise aux normes de l'enveloppe thermique de la structure (façades, toitures, fenêtres, etc.)

> Rénovation ou remplacement de deux tiers des installations de chauffage, ventilation, électricité, etc.

> Installation de sanitaires à tous les étages

> 1'000 m2 de panneaux solaires sur le toit

> Amélioration technique des salles

Nouveau concept intérieur

> Réunion des bureaux de: Montreux Jazz Festival, Montreux Comedy, Saison culturelle, Montreux-Vevey tourisme et CCM SA.

> Restaurant avec une terrasse

> Boutique et billetterie à côté de l'entrée principale

> Des espaces polyvalents indépendants les uns des autres

> Construction de loges pour les artistes

Enveloppe extérieure

> Création d'une nouvelle enveloppe. Façades composées de lames horizontales en aluminium teint

> Les sous-sols actuels transformés et ouverts sur les quais

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio