Télécharger
l’édition n°935
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«Nous restons dans une impasse»

St-Saphorin Avec une capacité financière par habitant supérieure à la moyenne vaudoise, la commune de Saint-Saphorin paie un lourd tribu à la péréquation financière, critiquent ses autorités, et demeure dans une spirale de déficit. Ce alors même que le taux fiscal est passé de 60 à 70 entre 2014 et 2018.

« Nous restons dans une impasse »

Textes et photo: Magaly Mavilia

Malgré l'augmentation du taux d'imposition de 67 à 70 points en 2017, la marge d'autofinancement reste largement insuffisante, à moins 214'000 (contre moins 317'0000 au budget 2018). Affichant un excédent de charges de 199'000 frs, le budget 2019 a été accepté par le législatif de Saint-Saphorin. Nonobstant une diminution de déficit de 230'000 frs par rapport au budget 2018 – lequel présentait un déficit de moins 417'000 frs, mais qui devrait être moindre lors du bouclement des comptes grâce à de meilleures rentrées fiscales que prévu – et les efforts à nouveau consentis, la commune demeure dans une spirale de déficit chronique.

«Bien que le taux d'imposition soit passé entre 2014 et 2018 de 60 à 70, nous restons dans une impasse, déplore Mauro Contardo, municipal des finances. Nous n'avons la maîtrise que sur le 40% de notre budget, ce qui est peu pour trouver des sources d'économies.» En effet, la péréquation financière et la facture sociale représentent des contributions incompressibles. «Nous avons une capacité financière par habitant supérieure à la moyenne vaudoise, ce qui veut dire que nous sommes contributeurs. Mais, d'un autre côté, nos sources de revenus sont infimes. Et c'est sur ce point que nous devons travailler, insiste l'élu. Notre commission de gestion est suffisamment compétente pour avoir compris les enjeux et c'est dans un esprit de collaboration et de partage que nous devons trouver des sources de revenus complémentaires».

Travailler sur les revenus

«Ce n'est pas à coup de 1'000 à 2'000 frs d'économies que nous allons assainir nos finances. Le Conseil communal l'a bien compris en rejetant l'intégralité des amendements au budget 2019, proposé par la commission de gestion. Trouver 200'000 frs de revenus relève de la haute voltige, car nous n'avons pas d'éléments qui génèrent une rémunération importante à très court terme. La réflexion doit porter sur des sources de revenus pérennes et même si c'est la responsabilité de la Municipalité de proposer des solutions, j'aimerais entamer cette démarche avec la collaboration de la commission de gestion. On est toujours plus fort à deux que seul...», insiste le municipal des finances.

Fusion utile

Si le tourisme constitue l'une de ces sources, il est aussi un rébus cornélien. Ce ne sont pas les touristes qui manquent en Lavaux mais bien les places de parc. Mais les réflexions sur des projets de mobilité douce, largement soutenus par le syndic Gérald Vallélian, ne dépendent pas que de Saint-Saphorin. Elles doivent englober l'ensemble des communes voisines. «Si la fusion entre Rivaz, Chexbres et Saint-Saphorin avait été acceptée, cela n'aurait pas été plus simple du point de vue des coûts, mais peut-être qu'au niveau des ressources, des idées innovantes auraient pu émaner dans l'intérêt de l'entité territoriale.»

Date:07.02.2019
Parution: 935

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio