Télécharger
l’édition n°936
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«Nous voulons un nouveau projet dans un an»

Montreux–2m2c Au lendemain du refus populaire de la rénovation du Centre de Congrès, Montreux Libre, vainqueur du scrutin avec Les Verts, promet de déposer une motion lors du prochain Conseil communal. Les centristes demanderont un projet moins coûteux, une plus grande aide financière du Canton et un concept de parking. Quant aux recours déposés avant le scrutin, portant notamment sur le couac lié à l'envoi des bulletins de vote, ils sont retirés, comme l'explique Susanne Lauber Fürst, présidente du parti.

L«La population veut une approche moins élitiste»

Entretien: Amit Juillard

Personne ne s'y attendait. Dimanche 10 février, pour 94 voix, la population montreusienne a refusé la sécurisation, la mise aux normes et le développement du Centre de Congrès (2m2c), «vaisseau amiral de l'économie montreusienne». Une véritable claque pour la Municipalité, le PLR majoritaire et les partisans du oui. Pour mémoire, la votation portait sur l'investissement communal de 27 millions pour un projet devisé à 87 millions. Alors que Mathieu Jaton, directeur du Montreux Jazz Festival, clame son inquiétude dans les médias et que les milieux touristiques et hôteliers sont catastrophés, la pression sur les vainqueurs du scrutin - Les Verts et Montreux Libre - augmente. Susanne Lauber Fürst, présidente du parti centriste, assure qu'un meilleur projet verra le jour.

Vous avez déposé plusieurs recours pendant la campagne. Le premier, déjà retiré, sur les délais d'affichage, le second sur la prétendue partialité de la communication municipale et le troisième sur les 1'397 électeurs étrangers n'ayant pas reçu leur enveloppe de vote. Vous sortez vainqueurs de la campagne, allez-vous retirer les recours en suspens?

Tout d'abord, il faut noter que les recours ont été déposés par des personnes et non par des partis. Nous n'avons à ce jour pas communiqué sur ces actions auprès du préfet parce que nous ne voulions pas influencer la votation. La démocratie n'est pas un jeu et nous n'allons pas simplement retirer nos recours parce que nous avons gagné. Pour ce qui est du recours sur la communication de la Municipalité, même si impact il y a eu, il n'a pas été assez grand pour influencer le résultat. Quant au problème des enveloppes de vote, il semble que la participation des étrangers n'a finalement pas été péjorée. Pour ces raisons et afin de ne pas être accusés de poursuivre des procédures pour rien, les membres de Montreux Libre dépositaires des recours vont les retirer et nous inviterons les autres à en faire de même.

La Municipalité a toujours dit qu'il n'y avait pas de plan B. Que faire maintenant?

Montreux va travailler sur un nouveau plan A! Montreux Libre déposera une motion lors du prochain Conseil communal pour demander un projet de sécurisation et de modernisation du 2m2c, qui servira évidemment à son développement, moins coûteux, avec un investissement plus grand du Canton (réd: l'Etat de Vaud avait promis d'investir 1,7 million à fonds perdu et de prêter 13,3 millions) et un concept de parking viable pour les exposants, qui libèrerait les quais. Nous sommes confiants: au vu des études déjà menées, la Municipalité devrait pouvoir présenter un nouveau projet, qui pourra être accepté par une grande majorité de la population, dans un an.

Reste que les manifestations comme le Montreux Jazz Festival ne peuvent avoir lieu aujourd'hui que grâce aux dérogations de l'Etablissement cantonal d'assurance contre l'incendie (ECA-Vaud). La sécurisation et la mise aux normes du bâtiment ayant été refusées, faut-il craindre pour l'avenir de ces événements culturels?

L'ECA donne des dérogations depuis 2013. Le syndic a déjà annoncé que sa priorité est d'en demander de nouvelles. L'important est d'avoir un projet accepté par le Conseil communal au plus tard en 2020 pour que l'ECA voie que les promesses ne sont pas des coquilles vides. D'autre part, avec un projet qui touchera moins l'aspect visuel, le processus de mise à l'enquête soulèvera moins d'oppositions et les travaux seront moins longs, ce qui devrait soulager ces manifestations.

En campagne, les défenseurs du projet ont répété qu'il n'était pas possible de présenter un projet moins coûteux, notamment parce que les dons extérieurs étaient exclusivement liés à la phase de développement, que vous contestiez. La population va-t-elle devoir voter sur un projet plus cher à cause de vous?

Le prochain projet ne sera pas plus cher. Si son coût pour la Commune devait dépasser les 27 millions de la première proposition municipale, ce serait un «no go», c'est évident. Mais nous avons reçu la confirmation que nous pourrions obtenir l'aide du Canton même si nous ne faisons pas la phase de développement (réd: dans Le Temps du 12 février, le Conseil d'Etat annonce d'ailleurs se tenir à disposition de la Ville pour relancer les négociations une fois qu'un nouveau projet sera ficelé).

Vos adversaires vous accusent d'avoir mené une campagne populiste, basée sur la peur, et d'avoir avancé des chiffres presque mensongers...

Je ris parce que j'ai l'impression qu'ils parlent de leur propre campagne. C'est eux qui ont joué sur la peur des gens. Ils présentaient le Centre de Congrès comme l'Arche de Noé alors que ça n'est pas le cas. C'est un bâtiment important, mais on ne tue pas Montreux si on rénove le 2m2c comme il faut, de manière raisonnable. Les partisans du oui ont nui à l'image du Centre de Congrès en disant qu'il était moche et inexploitable. C'est sûr, il faut le sécuriser, le rénover, lui mettre un coup de peinture, mais ce bâtiment est en ordre. Le nouveau projet sera tout aussi efficace et laissera les finances communales intactes. Ce qui permettra à la Commune de continuer à subventionner tous les événements qui y ont lieu mais aussi la société d'exploitation du centre, CCM SA. Le non du corps électoral, c'est un oui pour Montreux et le 2m2c. Mais la population veut une approche moins élitiste.

Date:14.02.2019
Parution: 936

Les perdants renoncent à faire recours

Depuis la publication du résultat, une question était dans l'air. Au vu du résultat étriqué, les partisans du oui, vaincus dans les urnes, allaient-ils contester le vote populaire? «Nous n'allons pas demander un recomptage des voix parce que nous avons confiance dans le travail du bureau, coupe François Pochon, président du PLR Montreux-Veytaux. En ce qui concerne les enveloppes de vote pas envoyées (réd: 1'397 étrangers n'ont pas reçu leur bulletin de vote), le délai de trois jours est dépassé.» Même son de cloche du côté de l'association «Réinventons le Centre de Congrès et de la culture de Montreux», pour qui la Commune a bien réagi après ce couac. Au sein de la Municipalité, l'heure est déjà à la remobilisation. «Nous ne sommes pas inquiets, ce n'est pas le genre de la maison, affirme Laurent Wehrli, syndic PLR. Nous allons chercher des solutions. La priorité numéro 1 est le maintien des événements actuels en sécurisant le bâtiment et en le mettant aux normes. Nous avons pris note que tout le monde est d'accord sur ce point.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio