Télécharger
l’édition n°936
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Fini de parquer gratos?

Veytaux La Municipalité veut rendre le stationnement payant – macaron à 150 frs par an et zones tarifées à 1 fr l'heure – pour donner la priorité à ses habitants. Les cases disponibles sont trop souvent squattées par les pendulaires, déplore la Commune.

Contrairement à ses voisines Villeneuve et Montreux, Veytaux offre des places de parc gratuites à durée illimitée. Résultat, des habitants se plaignent de ne pas pouvoir se garer facilement près de chez eux. Directement visés, les pendulaires des communes environnantes. «En fin de journée, il y a des employés qui viennent parquer la camionnette de l'entreprise en zone blanche pour la nuit avant de reprendre leur voiture, qui était restée à Veytaux toute la journée», illustre la syndique PLR Christine Chevalley. Le problème est récurrent. En 2017, la Commune avait ajouté une douzaine de places de parc sur son territoire, sans succès: les voitures «ventouses» s'en étaient aussitôt emparées.

150 francs par an

«Nous voulons donner la priorité aux Veytausiens», résume la syndique. Pour y parvenir, la Municipalité veut limiter la durée de stationnement à trois heures dans le village et sur l'avenue de Chillon – entre le restaurant de La Taverne et la rue Bonivard. Autres mesures prévues: l'introduction d'un système de macarons pour les résidents et ayants droit à 150 frs par an et la mise en place de zones tarifées à 1 franc l'heure. A titre de comparaison, un macaron coûte 300 frs à La Tour-de-Peilz et le tarif-horaire est de 2 frs à Vevey. «La Commune ne veut pas faire de bénéfice grâce au parking, nous voulons que les recettes couvrent les frais, explique Arnaud Rey Lescure, municipal de la police. L'idée est qu'il n'y ait pas d'amendes à distribuer.»

Le Conseil communal devra donner son accord, vraisemblablement le 18 mars. Pour mémoire, les élus avaient refusé un projet similaire en 2015. «Les gens n'étaient peut-être pas mûrs, analyse Christine Chevalley. Mais puisque toutes les communes alentours s'y mettent nous n'avons plus le choix.» aju

Date:14.02.2019
Parution: 936

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio