Télécharger
l’édition n°937
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Rochat, celui qui appuie là où ça fait rire

Port-Valais Nathanaël Rochat se produira le 23 février à 20h à la salle Tauredunum aux Evouettes. En fin observateur, le chroniqueur des Beaux Parleurs, sur la RTS, se montre souvent piquant, mais jamais méchant. Coulisses.

La plupart du temps, Nathanaël Rochat aborde des thèmes universels à travers son expérience  personnelle.DR

Valérie Passello

Il n'aime pas trop le mot «humoriste», Nathanaël Rochat, «parce que c'est prétentieux de se positionner comme quelqu'un de drôle», et qu'il peine encore à considérer son activité comme un métier. Pourtant, c'est bien en divertissant son monde qu'il gagne sa vie. Et que l'on ne se laisse surtout pas tromper par son attitude désinvolte, car sa vivacité d'esprit lui permet de dénicher tout potentiel comique dissimulé dans le quotidien. Ses formules imparables complètent le tout, déclenchant immanquablement l'hilarité. Ce natif de la Vallée de Joux reconnaît d'ailleurs être toujours à l'affût: «Comme on ne timbre pas, il n'y a pas vraiment un moment où ça s'arrête, c'en est même fatigant parfois!»

Aux Evouettes le 23 février, il présentera un spectacle en constante évolution: «Quand j'ai une nouvelle blague, j'ai envie de la tester tout de suite. J'admire ceux qui tournent un spectacle, puis qui enchaînent avec quelque chose de totalement nouveau. Moi, depuis que j'ai commencé il y a dix ans, j'ai progressivement enlevé les blagues qui ne me plaisaient plus pour les remplacer par d'autres.» Et comme Nathanaël Rochat aime se renseigner sur les lieux dans lesquels il joue, il n'est pas exclu que les spectateurs de la région aient droit à quelques vannes personnalisées.

«Esprit critique et mauvaise foi»

Sans donner de recette, le chroniqueur des Beaux Parleurs de la RTS évoque divers facteurs contribuant à façonner son humour: «La première chose importante est de savoir repérer ce qui n'est pas drôle. La chance peut être une grande source d'inspiration, même s'il faut savoir la provoquer. Sinon, c'est un peu bateau, mais je vais aussi citer le travail. C'est comme un muscle, on développe une forme d'esprit critique avec une dose de mauvaise foi.» Sur scène, c'est souvent à travers son expérience personnelle que Nathanaël Rochat aborde des thèmes universels. Les humoristes qu'il admire sont d'ailleurs souvent ceux qui, comme lui, ont eu un parcours «dans la vie normale», avant de monter sur les planches. Un bagage qui leur permet de déclencher le rire, tout en tenant des propos pertinents. «Quand on rit de soi, au moins on ne heurte personne», considère le quadragénaire. Pour lui, les thèmes à épingler doivent faire l'objet d'une pesée d'intérêts, le but n'étant pas de blesser autrui, mais bien d'amuser les gens.

Mais lorsqu'il aborde son intimité face au public, parle-t-il vraiment de lui, ou force-t-il le trait? «Disons que je n'ai aucune imagination», répond-il malicieusement.

Date:21.02.2019
Parution: 937

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio