Télécharger
l’édition n°939
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Aurélie Curdy rebondit dans le rock acrobatique

TRAMPOLINE Vice-championne suisse et championne romande de trampoline en 2018, Aurélie Curdy, 18 ans, du Bouveret, s'apprête à entreprendre un nouveau virage dans sa carrière sportive. Après avoir glané de nombreuses médailles au niveau national et d'excellents résultats internationaux - 14e à la Coupe du monde juniors en 2016 - et participé à Big Bounce sur TF1 ou encore rencontré Mike Horn, la jeune sportive se lance de nouveaux défis.

Après avoir brillé en trampoline, Aurélie Curdy a intégré l'équipe nationale relève de rock acrobatique en décembre dernier.  I. Curdy

Jonathan Corbillon

Issue d'une famille de sportifs, Aurélie Curdy termine cette année ses études commerciales à l'ECCG de Martigny, dans la filière sport-études. En 2006, sa maman avait fondé le club de trampoline du Haut-Léman, basé à Port Valais, et c'est donc avec une certaine admiration qu'elle se rendait à 5 ans aux entraînements pour découvrir cette discipline, qui allait devenir une véritable passion. Forte de plusieurs titres depuis, cette jeune championne revient sur son parcours et se confie au sujet de ses nouveaux projets.

Pour arriver à de tels résultats à votre âge, l'entrainement doit être tenace...

J'ai d'abord commencé à m'entrainer au club avec ma maman, puis quelques fois au centre régional dès l'âge de 9-10 ans. C'est à partir de mes 12 ans que j'ai commencé à intensifier ces séances: je le faisais à raison de 5 entrainements par semaine, soit 15 heures hebdomadaires. Puis, durant les vacances scolaires, nous avions souvent des camps avec 5 à 6 heures par jour. Un entrainement type se constituait de 30 à 45 minutes d'échauffement (force, cardio, proprioception, souplesse), 1 bonne heure et demie sur la toile et 45 minutes de préparation physique. Mais cela a toujours été un véritable plaisir pour moi.

Une année 2018 au sommet, ou presque!

C'était l'année de mon passage en catégorie reine et je l'avais attendu depuis longtemps. Après les sixièmes places aux Championnats Suisses et à la Swiss Cup l'année passée, je voulais gravir un pallier: au final, un titre de vice-championne suisse, championne romande et une belle 2e place à la Filder Pokal en Allemagne. Quand je regarde mon parcours, je suis très heureuse de voir que j'ai passé par tous les échelons et si l'on m'avait dit lorsque j'étais encore novice (7 ans) qu'un jour je concourrais en Open, contre ceux qu'on admirait tous, nos idoles, je ne l'aurais jamais cru! Pour moi c'est incroyable d'avoir effectué un tel parcours.

Et puis, en 2019, une envie de nouveaux projets...

Lorsque j'ai été écartée du centre, il y a deux ans, cela a été très dur pour moi, on me disait que j'avais atteint mes limites... Je suis alors retournée m'entraîner au club, avec moins de séances, mais beaucoup plus de plaisir et de bienveillance. Roby Raymond, l'ancien entraîneur national, est aussi venu me coacher et a su me redonner confiance. J'ai alors réussi des figures qu'on me disait incapable de réaliser. En février 2016, un danseur de rock acrobatique m'a alors approchée. Je n'étais pas encore prête à quitter ma passion, mais cela m'a beaucoup plu et je me suis dit que cela pouvait être une bonne reconversion après le trampoline. En décembre dernier, j'ai intégré l'équipe nationale relève de rock acrobatique, je suis donc enthousiaste avec ce nouveau départ!

Date:07.03.2019
Parution: 939

En prime time sur TF1!

Le 18 janvier, Aurélie Curdy a participé à Big Bounce, émission diffusée sur TF1 en première partie de soirée du 4 au 18 janvier, et présentée par Laurence Boccolini et Christophe Beaugrand. Pour Le Régional, elle livre ses impressions: «Big Bounce a été une magnifique aventure! Nous y avons découvert l'envers du décor des émissions TF1, ce qui était très intéressant. Nous y avons également fait de superbes rencontres de personnes de tous horizons. Durant les 5 jours de tournage, on était comme une grande famille. Certes, il y avait un aspect de compétition, mais nous étions surtout là pour nous amuser et nous encourager mutuellement. J'en garde un très bon souvenir. Le plus surprenant, c'est l'après Big Bounce et le retour médiatique, du fait que c'est une émission télévisée.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio