Télécharger
l’édition n°939
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«L'artisan devient informaticien, gestionnaire et connecté»

MENUISIER-EBENISTE Pour Stéphane Pommaz et Frédéric Cornevaux, tous deux ébénistes à Vevey chez Baer SA, il y a une contradiction aujourd'hui dans le mot artisan. Oui, le menuisier-ébéniste perpétue un savoir-faire unique. Mais l'étau d'un marché de plus en plus concurrentiel et ses contraintes administratives et chronophages poussent les PME à devenir toujours plus performantes, rapides, compétitives. Être artisan en 2019, c'est trouver l'équilibre entre passion et production.

Stéphane Pommaz et Frédéric Cornevaux ont repris les rênes de Baer SA Ebénisterie & Menuiserie d'art en 2014.DR

Magaly Mavilia

«Heureusement, l'un n'empêche pas l'autre», se réjouissent les deux associés aux commandes d'une des dernières usines urbaines à Vevey, qui fêtait l'an dernier ses 90 ans: Baer SA Ebénisterie & Menuiserie d'art. Au «palmarès» de l'entreprise, on trouve le musée Chaplin aux côtés du Parlement Vaudois, l'hôtel Freddie Mercury à Montreux ou encore l'Alimentarium. «Notre polyvalence nous permet de réaliser tout ce qui est en bois dans une maison, excepté les escaliers et la charpente», confie Frédéric Cornevaux, technicien supérieur Fabrication Industrielle de Mobilier. Mais le pain quotidien du menuisier-ébéniste, complète Stéphane Pommaz, Ing. Bois EurEta & Bachelor Prof , ce sont aussi les agencements dans les villas et les PPE, les réparations dans les immeubles et les «petits» travaux de restauration de mobilier ancien et contemporain.

Être connecté et le rester

Le métier, c'est tout cela réuni, tenu ensemble par les techniques et les outils d'hier et d'aujourd'hui. Les machines, l'informatique, les réseaux sociaux peuvent être des aides: un chantier s'organise désormais aussi via un groupe WhatsApp. Les modélisations 3D ont remplacé les croquis. «Le revers de la médaille, c'est une connexion constante, impossible de passer à côté», constatent les deux associés. Mais être connecté est aussi synonyme de formation continue tout au long de l'année. Matériaux, techniques, sécurité, high-tech, amiante, sans suivre ces journées, voire ces séminaires, impossible de régater.

Recherche jeunes motivés

Entreprise formatrice, Baer SA travaille en permanence avec quatre apprentis triés sur le volet. Et c'est peu dire. «Vu la rigueur et les dangers de notre métier, nous sommes obligés d'être très sélectifs sur le choix de nos apprentis. La profession exige de la réflexion et de la concentration pour minimiser les risques du travail aux machines. Nous avons fait trop d'expériences avec des jeunes qui ne sont pas motivés et qui ont des difficultés à supporter ces contraintes. En revanche, nous mettons tout en œuvre pour former ceux qui ont la passion et la bonne volonté.

Date:07.03.2019
Parution: 939

De l'uni à l'établi

Passer des bancs de la faculté d'économie à l'établi d'un menuisier-ébéniste, voilà un parcours qui peut sembler atypique. Pourtant, Victorien Nicoud (photo) n'est pas un cas unique. Dans sa classe d'apprentissage, ils sont cinq à avoir plus de 25 ans. Et certains, comme lui, se sont découvert une passion pour un métier concret, manuel après des études universitaires. Ce qu'il aime, c'est avant tout la matière, le velouté du bois, son odeur. «Finir la journée en ayant accompli quelque chose de concret et qui va durer est beaucoup plus gratifiant que de passer ses journées dans un bureau», se réjouit l'apprenti de 3e année. Mais n'est pas menuisier celui qui sait raboter; de solides compétences en dessin technique et géométrie sont indispensables. Sans oublier une bonne vision en 3D, la lecture des plans d'architecte et une haute précision d'exécution. En bref, un métier pas si manuel qu'il n'y paraît mais pour lequel il faut tout de même de bons muscles!

Formation

Menuisier : CFC en 4 ans

Ébéniste : CFC en 4 ans

Débouchés :

Brevet de contremaître sur 3 ans (en cours d'emploi)

Diplôme de contremaître sur 3 ans (école professionnelle à plein temps)

Maîtrise fédérale sur 2 ans (en cours d'emploi)

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio