Télécharger
l’édition n°941
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La piscine passe à la raclette

Monthey Attendus depuis une dizaine d'années, les travaux de rénovation de la piscine découverte devraient aller de l'avant dès l'automne. Mais l'exécutif essuie des critiques sur son «manque de vision globale» en matière d'infrastructures sportives.

Les élus étant particulièrement divisés sur la question de la piscine, le vote à bulletins secrets a été demandé.

Texte et photo: Valérie Passello

«Le cautionnement de 10 mios en faveur de l'Association de la Piscine de Monthey (APM) est accepté par 28 oui, 25 non et 2 abstentions», déclare Laude-Camille Chanton, présidente du bureau du Conseil Général montheysan en ce 11 mars. Après une heure de discussions et un vote à bulletins secrets, le résultat est représentatif des avis pour le moins partagés des membres du législatif. La commune se portera donc caution pour cet emprunt, sur un investissement total de 15 mios prévu pour la rénovation de la piscine découverte (voir Le Régional 905). Les travaux pourraient débuter cet automne, dans le meilleur des cas.

Si les élus du législatif n'ont pas souhaité se lancer dans de grands débats à l'ouverture de la discussion de détail, les griefs ont été exprimés avant le vote sur l'entrée en matière. «Il faut une vision plus large, une vision d'Agglo, à long terme», estime Damien Raboud de l'Alternative pour Monthey, rejoint sur ce point par l'Alliance de gauche. Souhaitant qu'un «vrai plan directeur des infrastructures sportives» soit élaboré par la Municipalité, la Commission de gestion (Cogest), elle, recommandait carrément de rejeter l'objet, même si personne ne remettait en cause son attachement à la piscine extérieure, ni le travail effectué par l'APM.

Piscine couverte encore fonctionnelle

Alors que le vote portait sur la piscine en plein air, l'avenir du bassin couvert du Reposieux, vieillissant, s'est invité dans la discussion. Pour cette raison, le vote avait d'ailleurs déjà été reporté. Le président de Monthey Stéphane Coppey tient à préciser d'emblée: «La question à se poser ce soir est: voulons-nous, oui ou non, conserver notre piscine extérieure? Celle du Reposieux est un autre sujet. Nous allons investir régulièrement pour la maintenir à flot et n'avons prévu aucun investissement pour la construction d'une nouvelle piscine couverte, ces cinq à dix prochaines années en tout cas.»

Une réponse qui ne satisfait pas pleinement la Cogest. Dans son message aux Conseillers généraux, la Municipalité faisait mention d'une solution à 25 mios, abandonnée en cours de route. Cette dernière imaginait la construction, sur le site de la piscine découverte, d'un bassin avec fond amovible pouvant être recouvert d'une bulle. La Cogest aurait souhaité voir une étude complète étayer ce chiffre. Son président Fabrice Caillet-Bois déclare: «Plutôt que d'investir 15 mios pour une infrastructure qui ne sera ouverte que quatre mois par an, une solution à 25 mios aurait peut-être, au final, été moins chère pour la commune, car permettant une exploitation à l'année.» Pour un projet de plus grande envergure au rayonnement plus régional que simplement montheysan, certains élus évoquent en outre la possibilité d'un financement à plusieurs communes. Mais au final, malgré un résultat serré, c'est la solution proposée par l'exécutif qui passe la rampe. Soulagé, le président de l'APM Charles Orlando réagit: «Il y avait une épée de Damoclès au-dessus de la piscine, un refus aurait entraîné sa fermeture. Dans tout Conseil général, il y a des bâtisseurs et des démolisseurs. Heureusement, ce soir, les bâtisseurs étaient plus nombreux. Même si ce n'est que pour une voix!»

Date:21.03.2019
Parution: 941

Commentaire:

A chacun son petit bassin

À l'heure où un comité de pilotage baptisé «Chablais Sport» vise à «coordonner la planification des infrastructures sportives de la région» (sic!), la décision prise à Monthey interpelle. De bassin olympique couvert dans le Chablais, cherchez bien, il n'y en a point. À Aigle - oui, oui, c'est bien dans l'Agglo, pas très loin de Monthey - les habitants réclament une piscine couverte depuis des années. En plus, comme son homologue du Valais, la commune vaudoise doit aussi rénover sa piscine en plein air.

L'opportunité d'un grand projet commun était là. Il suffisait d'avancer d'un pas. Celui-là même qui est franchi par les plus courageux au moment où ils sautent du grand plongeoir. Mais ce ne sera pas pour cette fois. Plouf, l'idée tombe à l'eau. Si l'affection des nageurs aux belles piscines existantes de chaque côté du Rhône est compréhensible, il flotte tout de même dans l'air chablaisien comme une impression d'acte manqué. Chacun continuera à s'occuper de son petit bassin. Dommage, le prétexte était tout trouvé pour décider les habitants les plus récalcitrants à monter enfin dans leur bus MobiChablais... pour aller à la piscine.

Valérie Passello

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio