Télécharger
l’édition n°942
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Mon loyer, ce cauchemar!

La Tour-de-Peilz Face à l'augmentation progressive des loyers depuis 10 ans, le socialiste Jean-Yves Schmidhauser souhaite agir. Il propose une motion afin de les rendre supportables pour les ménages en difficulté financière.

La proposition de Jean-Yves Schmidhauser: «Redistribuer aux personnes dans le besoin une partie des augmentations de loyer de plus de 300'000 frs encaissées par notre commune».DR

«Le logement est une charge importante pour la plupart des citoyens de notre commune, s'alarme le socialiste Jean-Yves Schmidhauser. Que ce soit le coût des logements neufs ou encore l'augmentation progressive des loyers à chaque changement de locataires, le constat est que les loyers prennent l'ascenseur.» Conséquence? Le pouvoir d'achat des ménages qui doivent couvrir de nombreux autres coûts se voit sérieusement entamé selon l'élu. «Beaucoup de Boélands doivent se loger sur le marché libre moyennant d'importants sacrifices en raison de la charge de leur loyer qui pèse lourdement sur leur budget. Il est temps de faire quelque chose pour eux en repensant le volet social de notre politique.»

Revoir le système

«Je propose de redistribuer aux personnes dans le besoin, sous forme d'une aide individualisée au logement, une partie des augmentations de loyer de plus de 300'000 frs encaissées par notre commune ces dernières années», avance Jean-Yves Schmidhauser, au Conseil communal du 20 mars. «L'Etat de Vaud finance aussi 50% de cette aide si les communes disposent d'un règlement, détaille-t-il. Nous ne touchons pas ces fonds car nous n'en avons tout simplement pas encore à La Tour-de-Peilz. Le but de ma motion est donc d'en proposer un qui permettra de déterminer de manière précise le cercle des bénéficiaires potentiels.»

L'élu propose ainsi plusieurs critères pour toucher le Graal: constituer un ménage d'au minimum deux personnes majeures ou une famille monoparentale avec un ou plusieurs enfants; être domicilié dans la commune depuis plus de deux ans et résider depuis plus d'une année sans interruption dans le logement concerné; et ne pas être au bénéfice de l'aide sociale ou de prestations complémentaires. En ce qui concerne le revenu annuel déterminant, ce dernier se basera sur les normes cantonales.

Sa motion a été renvoyée à une commission d'étude pour sa prise en considération. «J'espère que le Conseil communal pourra se prononcer lors de la prochaine séance, le 1er mai, confie le socialiste. Comme cette motion est immédiatement exécutoire, son entrée en vigueur pourrait se faire au premier janvier 2020 si elle est acceptée.» xc

Date:28.03.2019
Parution: 942

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio