Télécharger
l’édition n°942
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

7 millions pour l'or bleu

Bex La commune engagera 3,6 mios pour exploiter l'eau potable du plateau de Solalex, ainsi que 3,4 mios pour l'assainissement du réseau d'eaux usées des Plans-sur-Bex. Conséquents, ces investissements sont toutefois «absorbables», selon le syndic.

L'eau de Solalex sera acheminée jusqu'à la chambre de rassemblement de la Benjamine.DR

Valérie Passello

Assurer l'approvisionnement en eau potable pour les générations futures, tant pour Bex que pour les communes voisines connectées à son réseau. C'est le but des deux puits de pompage de Solalex, dont les forages ont été réalisés à la fin 2016. La deuxième phase du projet, validée par le Conseil communal le 20 mars, consiste à raccorder ces puits à une nouvelle chambre de mise en charge près de la turbine de Solalex, à poser des conduites jusqu'à la chambre de rassemblement de la Benjamine, où une turbine toute neuve et dimensionnée en conséquence sera en outre installée. À cela s'ajoutent la création d'une mini-STEP en aval de la Benjamine et celle de WC publics sur le parking de Solalex. Coût de l'opération: 3,6 mios. Autre objet à l'ordre du jour, l'assainissement des réseaux d'eaux usées des Plans-sur-Bex (voir Le Régional 939), devisé à 3,4 mios, passe-lui aussi facilement la rampe.

Pas de souci pour les finances

Prenant la parole avant la lecture des rapports devant le législatif, le syndic de Bex Pierre Rochat tient à préciser: «Ce soir, nous vous proposons des investissements qui, cumulés, atteignent 7 mios. Cela peut paraître beaucoup, mais il ne faut pas s'inquiéter, notre situation financière nous permet d'absorber tout ce que nous avons dans le pipeline.» Sur les onze dernières années, Bex compte une moyenne de 6,4 mios d'investissements nets annuels, pour une marge d'autofinancement de l'ordre de 4,6 mios. L'élu calcule: «Si l'on parvient à dépenser 6,4 mios par an ces cinq prochaines années et que l'on table sur un cash-flow pessimiste de 3 mios, la somme à emprunter serait d'environ 17 mios. Nous resterions ainsi au-dessous du plafond d'endettement voté.» Celui-ci s'élève à 75 mios pour la législature en cours. À noter que cette nouvelle installation devrait générer quelque 180'000 frs de revenus annuels supplémentaires pour la commune. La vente d'eau à la ville de Monthey, par exemple, rapportera 65'000 frs par an contre 35'000 frs actuellement.

Nappe phréatique sous surveillance

La commission chargée d'étudier les forages de Solalex s'inquiète de la qualité de l'eau exploitée, ainsi que de la stabilité de la nappe phréatique à long terme. Rapporteur, Eric Maendly enjoint d'ailleurs l'exécutif à «privilégier la qualité plutôt que le profit financier.» Le Municipal des Services Industriels Emmanuel Capancioni rassure: «Nous serons très attentifs durant les travaux et lors de l'exploitation future. Pour toutes les démarches, nous serons entourés de spécialistes de l'eau. La Direction Générale de l'Environnement a délivré les autorisations nécessaires, à condition qu'un suivi environnemental soit assuré. Dans un rapport de 19 pages, l'Etat de Vaud nous impose des normes à juste titre, puisque cette eau va être consommée.»

Date:28.03.2019
Parution: 942

Non au trottoir, oui aux LED

Obligatoire, l'assainissement du réseau d'eaux usées du hameau des Plans-sur-Bex ne suscite pas de débat particulier au Conseil communal du 20 mars. Par contre, la commission ordinaire propose deux amendements, soutenus par la commission des finances, puis par le plénum. D'une part, la création d'un trottoir à la route du Muveran est jugée inutile, après consultation de la population concernée. Les élus raient donc l'investissement de 120'000 frs prévu à cet effet. D'autre part, le Municipalité prévoyait de remplacer par des éclairages LED les luminaires de la route du Muveran, et de récupérer les lampes à sodium existantes pour les installer à la route du Village, par mesure d'économie. Sensible aux potentielles économies d'énergie plutôt que financières, le législatif plébiscite un éclairage LED dans l'ensemble du hameau, pour un montant devisé à 40'000 frs.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio