Télécharger
l’édition n°943
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pully instaure la mobilité du futur

Urbanisme 2,8 millions vont être investis pour étudier le réaménagement de l'avenue de Lavaux et de rues connexes. Principaux enjeux de ce projet à 25 millions impliquant le remaniement du schéma de circulation au centre-ville: le développement des transports publics, la requalification de la place de la Clergère et davantage de place pour la mobilité douce.

Le carrefour et la place de la Clergère changeront radicalement de visage, pour devenir la «première interface de transports publics de l'Est lausannois». Hager/ Ville de Pully

Priska Hess

Etape importante franchie haut la main ce mercredi 27 mars pour l'un des projets phares de la législature. C'est à l'unanimité que le Conseil communal a octroyé 2,79 millions pour financer les études de réaménagement de l'avenue de Lavaux et de quatre axes connexes – l'avenue du Tirage et la boucle chemin des Roches-chemin de la Clergère-avenue de Rochettaz. Ces réaménagements s'inscrivent dans la vision du projet d'agglomération Lausanne-Morges pour le développement des transports publics, notamment avec les futurs bus rapides BHNS (bus à haut niveau de service). Ils visent aussi à renforcer l'attractivité du centre de Pully. «Cette unanimité m'a un peu surpris, vu l'ampleur du projet et la situation financière de notre commune, réagit le municipal des travaux Marc Zolliker. Est-ce peut-être dû au fait que ces changements s'inscrivent en cohérence avec le réaménagement en zone 30 de la rue de la Poste et de l'avenue Samson Reymondin, très attendu? Il y a surtout, je crois, une réelle envie des Pulliérans de voir le centre-ville évoluer et devenir plus attrayant».

Congestion redoutée

Parmi les changements majeurs, la mise en double sens de l'avenue du Tirage et le réaménagement complet du carrefour et de la place de la Clergère. Celle-ci deviendra «la première interface de transports publics de l'Est lausannois», mais aussi un véritable espace public arborisé «avec deux tiers en zones piétonnes et un tiers dévolu à la circulation automobile, soit l'inverse de la situation actuelle», précise Mark Zolliker. Autres aménagements: des bandes cyclables sur les avenues de Lavaux et du Tirage, une dizaine de nouvelles traversées piétonnes et l'élargissement ou la création de trottoirs.

La mise à double sens de l'avenue du Tirage s'est avérée l'un des points sensibles de l'avant-projet, faisant réagir certains conseillers, à l'instar de Remo Kuonen (Union Pulliérane Vaud Libre - PDC - Vert'libéraux): «Cela conduira à un appel d'air, notamment pour une partie du trafic en provenance de Lausanne Sud, avec un risque de congestion aux heures de pointe au carrefour avec l'Avenue de Lavaux et d'augmentation de la pollution atmosphérique. Sans compter les problèmes de sécurité, car ce tronçon reste un toboggan». Marc Zolliker rassure: «La pollution de l'air est une préoccupation, mais elle devrait diminuer globalement. Nous tablons sur une légère baisse des charges de trafic dans l'ensemble. Il ne faut pas oublier que le but de ce projet est un report modal, grâce à des bus avec une bonne cadence.»

Le projet est estimé à 25 millions, avec travaux de 2023 à 2026. Il bénéficiera d'une subvention fédérale de 5,25 millions pour la partie aménagements routiers uniquement. Celle-ci représente 13,5 millions, les 11,5 millions restants étant dévolus à la réfection des infrastructures des services industriels.

Date:04.04.2019
Parution: 943

3,4 et 4,8 millions comme des lettres à la poste

Lors de cette même séance, le Conseil communal a approuvé à l’unanimité les deux autres importants crédits demandés. L’un de 4.79 millions pour des travaux sur le réseau d’assainissement et le renouvellement de conduites aux chemins des Vignes et du Pré de la Tour, assortis d’une modernisation de l’écopoint et d’un réaménagement en surface. L’autre, de 3.43 millions, concerne la desserte et l’équipement du nouveau quartier des Boverattes, avec notamment la réalisation d’aménagements routiers et paysagers, ainsi que la modernisation de l’ensemble des infrastructures (réseaux d’eau, d’électricité, etc.). Le premier préavis n’a suscité aucune discussion, le second a été réglé en à peine une dizaine de minutes. Etonnant, compte tenu de la situation financière de la commune, dont la dette s’élève à 90 millions? Quelque peu, admet le municipal Mark Zolliker, tout en soulignant: «Nous faisons à chaque fois beaucoup de travail en amont pour expliquer et discuter les projets, tant auprès des riverains et des différents groupes politiques du Conseil communal que lors des séances de commissions».

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio