Télécharger
l’édition n°943
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les élus pensent à la planète

Aigle Installation souhaitée d'un éclairage intelligent, étude des mesures possibles pour économiser l'énergie à tous les niveaux, ou demande de soutien à la sauvegarde apicole: les conseillers communaux se montrent sensibles à la cause du climat. À Bex et Villeneuve par contre, les membres des législatifs semblent plus frileux.

Améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments fait partie des mesures à l'étude.Adobestock

Textes: Valérie Passello

Les manifestations pour le climat et la déclaration de l'urgence climatique par le Grand Conseil vaudois semblent faire leur chemin dans l'esprit des élus aiglons. En témoignent plusieurs propositions émises par des membres de différents partis, au Conseil communal du 28 mars.

L'élue de l'Entente Aiglonne Kathryn Hess Belwalld ouvre les feux, avec une motion transformée par la suite en postulat. Son intervention demande d'étudier l'opportunité de mettre en œuvre progressivement un éclairage intelligent sur le territoire communal. «Cela permettrait une gestion dynamique, tout en assurant la sécurité des citoyens. Une telle mesure pourrait entraîner des économies d'énergie de l'ordre de 30% à 40%», argumente-t-elle.

Soutenue par une majorité de l'assemblée, la requête est renvoyée à la Municipalité. Le syndic Frédéric Borloz émet un avis positif, mais nuancé: «Nous avons déjà changé les luminaires sur l'ensemble de la commune. Bien que les bénéfices financiers ne soient pas aussi conséquents que ceux qui étaient annoncés, la deuxième phase est bel et bien de rendre ces luminaires plus efficients. Cette proposition va dans le sens de notre travail. Des outils tels que Smart City, par exemple, peuvent nous y aider.»

Bâtiments et habitudes sous la loupe

Le PLR Clément Reber enchaîne avec un postulat demandant à l'exécutif de recenser toutes les actions du quotidien visant à économiser l'énergie au sein de l'administration communale. «Le but serait de déterminer quelles mesures potentielles pourraient encore être prises à l'avenir, dans un souci d'amélioration», précise-t-il. Là encore, le plénum se prononce favorablement et la Municipalité aussi. «Nous faisons déjà des efforts, mais nous avons un devoir d'exemplarité évident en la matière», rebondit Frédéric Borloz, ajoutant qu'une telle étude devrait toutefois prendre passablement de temps.

Conseiller du groupe Alternatives-Les Verts, Bernard Borel poursuit avec une interpellation intitulée: «Bâtiments publics et leur programme d'entretien et rénovation: quel état des lieux et quelle perspective?». L'élu évoque le Certificat énergétique cantonal CECB+, qui sert à analyser la performance de l'enveloppe d'un bâtiment et propose des conseils visant à en améliorer l'efficacité énergétique. «La Conseillère d'Etat De Quattro en charge du Département du territoire et de l'Environnement insistait encore récemment pour que toute rénovation d'un bâtiment – d'autant plus s'il est public – soit inscrite dans l'esprit de la politique énergétique 2050», relève Bernard Borel, s'enquérant des mesures prises à Aigle dans ce domaine.

La municipale des Bâtiments et de l'Environnement Isabelle Rime rétorque: «Nous souscrivons aux propos de la Conseillère d'Etat, tout en tenant compte des coûts pour la commune. À ce jour, une expertise CECB+ est en cours sur six bâtiments communaux et nous allons continuer dans ce sens. À terme, tous les bâtiments auront leur «carnet de santé», ce qui nous permettra d'établir une stratégie globale et de fixer des priorités pour leur rénovation.»

Abeilles et oiseaux bichonnés

Dans la ligne des interventions du jour, l'UDC Stéphane Tille interpelle à son tour la Municipalité sur les actions qu'elle entend entreprendre pour la sauvegarde des abeilles, attirant son attention sur l'existence du programme cantonal «Agriculture et pollinisateurs», visant à promouvoir et à développer un ensemble de mesures agricoles favorables aux abeilles sauvages et domestiques. En février, la Municipalité a déjà accepté de faire installer vingt ruches sur les toits plats des locaux de la Justice de Paix, au-dessus de l'Hôtel de Ville, ce que l'interpellant n'omet pas de saluer.

Et Frédéric Borloz abonde: «Nous sommes en train d'étudier un plan de développement de la biodiversité sur le territoire, en nous basant sur le site de la Confédération «Villeverte Suisse». Les mesures proposées aux agriculteurs et aux vignerons sont simples et peu coûteuses. Elles seront profitables aux abeilles, mais aussi aux oiseaux, qui ne savent plus où nicher. À force de construire, on en oublie les gestes simples. Nous intégrerons le programme apicole vaudois dans notre étude», promet le syndic.

Date:04.04.2019
Parution: 943

Ni précipitation, ni «travail inutile»

Ailleurs dans le Chablais, la question climatique s'invite aussi dans les discussions. Par contre, certains élus se montrent prudents. Au Conseil communal de Villeneuve le 21 mars par exemple, les élus ont refusé de justesse le postulat du groupe PS & Verts, demandant la mise sur pied d'un plan climat communal. L'objet a été vivement débattu. Les opposants souhaitaient surtout attendre que le canton établisse un programme de mesures, avant que la commune se prononce sur ce qu'elle envisage de mettre en œuvre à son tour.

Réuni la veille, le législatif bellerin n'a pas eu à se prononcer sur un plan climat. Toutefois, un postulat du groupe Ouverture et du PS demandait l'expertise énergétique des bâtiments communaux, en vue de la mise sur pied d'un plan d'assainissement énergétique à court, moyen et long terme. D'après l'exécutif, une telle étude représenterait «un travail inutile». Le syndic Pierre Rochat relève: «On sait déjà quels sont les bâtiments qui posent problème, on s'y penchera à chaque fois qu'on y pensera, mais au vu de nos finances, ce ne sera pas souvent.» La proposition a finalement été rejetée par une majorité du plénum.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio