Télécharger
l’édition n°944
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Montreux Jazz Festival
L'adieu des légendes

Festival Pour sa 53e édition, du 28 juin au 13 juillet, le Montreux Jazz mise sur les grandes légendes, de Sting à Joan Baez, en passant par Elton John, Tom Jones, Quincy Jones, Anita Baker, Chick Corea, ZZ Top, Janet Jackson ou Slash, tout en surfant sur des valeurs sures plus récentes, avec Thom Yorke, Lauryn Hill ou Bon Iver. Une édition qui revient aux sources de l'événement et assure sa réputation en faisant appel à des artistes en tournée d'adieu, emblématiques de l'histoire musicale, sans pour autant oublier la jeune génération, avec des performances électrisantes au Lab. Aperçu.

Ben Gibson

Daniella Gorbunova

Cette année, le Montreux Jazz mise sur des valeurs sûres. Pour la 53e édition du festival, les têtes d'affiche sont piochées entre autres parmi les tournées d'adieu du moment. Sting, un habitué du festival, ouvrira les festivités le vendredi 28 juin à l'Auditorium Stravinski. Le lendemain, Elton John lui emboîtera le pas avec son légendaire «Farewell Yellow Brick Road», un concert exceptionnellement délocalisé au Stade de la Saussaz. Une grande première pour la ville, qui n'avait encore jamais accueilli de concert dans sa nouvelle infrastructure sportive. «Dans le cadre de son Farewell Tour (tournée d'adieu), Elton John, 72 ans, a voulu déployer tout son univers. Ce que nous avons très bien compris», explique Mathieu Jaton, directeur du festival.

Le Jazz Club double sa capacité

Le 30 juin, place à Janet Jackson, suivie le 1er juillet de Slash, le guitariste historique des Guns N' Roses, reconnaissable à son chapeau haut de forme, en collaboration avec Myles Kennedy and The Conspirators, d'enflammer le grand auditorium. Puis, le 3 juillet, Joan Baez, 78 ans, revient sur la rive lémanique après onze années d'absence, elle aussi dans le cadre de sa dernière tournée. Le 9 juillet, le gigantesque Tom Jones, 78 ans lui aussi, présentera son dernier album, «Long Lost Suitcase», un cocktail de classiques revisités. Suivra Anita Baker, légende du R&B avec une voix héritée des grandes figures du jazz, le 10 juillet, avant de poursuivre sa dernière tournée. Et pour un final en beauté, une figure majeure de l'histoire musicale, et du Montreux Jazz, Quincy Jones, âgé de 86 ans, qui clôturera les festivités le 13 juillet. «Pour la programmation, des fois nous avons le choix, d'autres fois moins. Cette année, Anita Baker et Joan Baez sont toutes les deux en tournée pour leur Farewell Tour. De fait, les artistes qui sont en tournée actuellement sont très Montreux Jazz. Par chance, ils ont tous bien voulu venir», commente Mathieu Jaton, satisfait d'une programmation qui réunit, miraculeusement, des figures véritablement emblématiques de l'histoire musicale et de nombreux autres talents émergents. Le Montreux Jazz Club, purement dédié au jazz, au blues et à la soul, aura lui aussi son lot de notables. Emblème de l'esprit primaire et de l'histoire du festival, la maison du jazz accueillera des artistes tels que Chick Corea (The Spanish Heart Band) le vendredi 12 juillet et Chilly Gonzales les deux premiers soirs de juillet. Cette année, la salle doublera son nombre de places assises, tout en restant fidèle à sa notoire ambiance conviviale et feutrée.

«Nous avons le luxe du choix»

Si les grands noms de la programmation du Stravinski ont de quoi en mettre plein les yeux, les jeunes talents ne sont pas en reste. «Notre métier consiste d'abord à faire plaisir au public et aux artistes, explique le directeur du festival. Le plus important est de créer un programme cohérent et équilibré. Cette année, nous avons eu le grand luxe d'avoir un certain choix en ce qui concerne les artistes. Nous avons donc pu créer un équilibre entre les légendes qui ont marqué l'histoire du festival, comme Elton John, Sting ou Slash, et les générations plus jeunes, comme Thom Yorke ou Bon Iver, qui ont déjà laissé une empreinte considérable». L'ancien leader de Radiohead se produira le 4 juillet. Son fidèle collaborateur Nigel Godrich et l'artiste audiovisuel Tarik Barri participeront à cette expérience musicale unique, magnifiée par des éclairages surréalistes. Le 7 juillet, le monument d'indie folk teintée de pop qu'est Bon Iver offrira une performance plus électro, pour la première fois présentée à Montreux. «Il y a aussi des artistes que nous avons découverts au Montreux Jazz, comme George Ezra ou Rag'n'Bone Man, qui aujourd'hui ont vraiment développé leur carrière et sont, cette année, des headlines du Stravinski», souligne Mathieu Jaton. Le jeune George Ezra a en effet été découvert il y a six ans par la chaîne anglaise BBC. Il s'est produit au Lab du Montreux Jazz en 2015 avant de fouler, cette année, la plus grande scène du festival. Mais Rag'n'Bone Man reste le dernier à avoir franchi l'entrée dans la cour des grands. Il y a trois ans, ce colosse de Brighton était invité à jouer lors de l'annonce du programme du festival. Et il réalisera, dans moins de trois mois, sa première performance entre les murs du Stravinski. Finalement, Janelle Monàe, ancienne petite protégée de Prince, et Ms. Lauryn Hill, antérieurement grande prêtresse des Fugees, seront au Stravinski le 11 et 12 juillet. Cette 53e édition du Montreux Jazz sera donc un véritable panthéon, bâti de grandes légendes comme d'étoiles montantes.


Programme complet et infos pratiques sur https://www.mjfswipe.com

Date:11.04.2019
Parution: 944

Le Montreux Jazz en 6 chiffres

> 16 jours de festival

> 250'000 spectateurs attendus

> 12 scènes, dont 6 gratuites

> 28 millions de francs pour le budget 2019

> Plus de 2'000 collaborateurs

> Plus de 50 bars et stands de restauration

Nouveauté au festival off

Si le Montreux Jazz jouit d'une solide réputation grâce à ses têtes d'affiche toujours plus impressionantes et réputées, son festival gratuit attire également les mélomanes en tout genre. Cette année, le Lisztomania et le Strobe Klub fusionneront pour donner naissance au Liszto Club. «Cette fusion est née d'une volonté d'arrêter de catégoriser les styles de musique différents. Nous voulions mélanger les gens, mélanger les genres et créer quelque chose d'unique», expliquent David Torreblanca et Rémi Bruggmann. Les deux salles étaient respectivement consacrées au rock et à la musique électronique. Les deux styles vont donc, pour cette 53e édition, se succéder et peut-être même se confondre. La Coupole, véritable laboratoire musical hyperactif, accueillera quant à elle de nomreux workshops, qui offrent un accès privilégié au travail des musiciens. Les uniques Jam Sessions et le Montreux Jazz Talent Awards se dérouleront également sous le dôme de verre. Rendez-vous en juin pour découvrir la totalité des concerts du festival off.

Performances électrisantes au Lab

Du côté du Lab, programmation éclectique. Les derniers-nés de la scène hip-hop seront présents, avec la trap douce de Columbine le 13 juillet, ou celle, plus rugueuse, de et Scarlxrd le 10 juillet. Ces derniers côtoyeront des compositeurs électroniques comme David August et Apparat, ou des rythmes plus fermes comme ceux de Ben Klock et Modeselektor. Les autres genres ne seront pas en reste – avec notamment des sonorités plus exotiques. Le 28 juin, c'est une soirée d'ouverture résolument tournée vers le sud. Avec les samples andins de Nicolas Cruz, et les voix cubaines de Ibeyi. Le rock alternatif sera, lui, représenté par l'emblématique Mac DeMarco le 9 juillet, et précédé le même soir par le jazz funk du jeune Jacob Collier. David Torreblanca et Rémi Bruggmann, chargés de la programmation du Lab, cherchent à rassembler divers horizons: «Nous essayons de couvrir tous les styles musicaux. Le but est de présenter une cartographie des nouvelles tendances en la matière». Le choix est riche entre les artistes reconnus dans leur domaine et les nouveaux talents s'étant fait un nom en marge des circuits traditionnels. «Il y a beaucoup d'artistes qui jouent au Lab sans avoir sorti un seul album», précisent les programmateurs. La salle suit donc la nouveauté plutôt qu'une ligne artistique définie, et a de quoi réjouir les mélomanes contemporains en satisfaisant de multiples sensibilités musicales.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio