Télécharger
l’édition n°945
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Quelle politique pour les seniors dans les communes?

En Suisse, il n'existe pas de politique publique «seniors», excepté dans le canton de Fribourg. Chaque commune est donc plus ou moins active dans ce secteur. Pourtant, la proportion de personnes de plus de 65 ans ne cesse de croitre. Dans le périmètre des «Apprendre à accueillir le vieillissement comme un cadeau, c'est possible. Nous en avons les moyens. C'est une question de volonté collective et politique», estime Jean-Pierre Fragnière, professeur valaisan de politique sociale qui a assuré pendant 12 ans la direction scientifique de l'Institut Universitaire Âges et Générations et enseigné, entre autres, à la Haute École Spécialisée (EESP) de Lausanne et aux universités de Genève et Neuchâtel.

Adobe Stock

Magaly Mavilia

En un siècle, l'espérance de vie a doublé. On vit plus longtemps mais surtout en meilleure santé. C'est l'un des cadeaux de la science. Pendant ce quart de siècle qui suit la retraite, la plupart des seniors demeurent actifs dans plusieurs domaines, dont certains très utiles pour la société, comme le bénévolat, la garde des petits-enfants, la participation aux associations. Mais quelle est leur place réelle dans la cité et comment les autorités intègrent cette population dans leurs politiques publiques? Pour y répondre, la commission Seniors de Lausanne Région a souhaité faire le bilan dans les 27 communes de son périmètre via une étude réalisée par la Haute école de travail social et de la santé (EESP). Cette radiographie analyse l'offre des prestations existantes en faveur des seniors et établit un diagnostic sur l'ensemble des 27 communes. Elle a été présentée à Pully le 20 mars, en présence des autorités et des acteurs concernés. Buts: valoriser les actions en cours, savoir ce dont les communes auraient besoin pour étoffer l'offre et améliorer ce qui peut l'être.

Idée de plateforme régionale

Cet état des lieux a révélé deux grands axes: la présence de nombreuses associations et le manque de regroupement de l'information. Par ailleurs, «il y a un essoufflement des bénévoles», constate Jean-Marc Chevallaz, municipal à Pully. Pour l'élu, en écho au bilan de l'étude, il est nécessaire de valoriser le réseau associatif et d'engager un dialogue afin de pouvoir coopérer et cartographier l'offre existante. Regrouper les informations et coordonner les différentes actions sur une plateforme régionale sont des solutions qui permettraient à tout un chacun de pouvoir échanger et être informé sur les offres près de chez soi selon les domaines: habitat, santé, soins, formation, etc. Par manque de temps et de moyens, les sites internet des communes ne sont en effet pas toujours exhaustifs.

Bénévolat des aînés et formation

La formation continue ne s'arrête pas aux portes de la retraite, elle doit être ouverte à l'ensemble des générations, la vie durant (voir Le Régional 944). L'emploi des outils informatiques n'est qu'un aspect de la formation continue, car sans cela, un pan entier de la société serait privé d'informations. «Que deviendraient les activités bénévoles sans un minimum de formation à toutes celles et tous ceux qui consacrent leur temps, leur savoir-faire et leur volonté à la conduite des sociétés locales et régionales de notre pays?, demande Michel Pillonel, Président de la Fédération suisse des retraités. Je ne reviendrai pas sur l'énormité des sommes qu'il faudrait dépenser si le bénévolat n'existait pas ou s'il fallait le rétribuer.»

Concept d'habitat en vogue

Un autre point important a été soulevé par Jean-Pierre Fragnière, Professeur honoraire de politique sociale: la reconnaissance des compétences et la nécessité de consolider la qualité des solidarités entre les générations (voir interview ci-contre). En ce sens, «les quartiers et villages solidaires» répondent à cette demande. Le concept: créer, renouer, développer et entretenir les liens sociaux pour améliorer la qualité de vie et l'intégration des aînés. L'idée est d'encourager les habitants, et en particulier les plus âgés, à influer sur leur environnement, en organisant eux-mêmes des projets selon leurs besoins, leurs ressources et leurs envies.

Ces «Quartiers solidaires» plus ou moins élaborés, se sont développés particulièrement à Lausanne mais aussi à Pully, Lutry, Corseaux, Jongny et Clarens. A Paudex, où plus d'un tiers des 1'500 habitants est âgé de 55 ans et plus, un «diagnostic communautaire» a débuté en vue de préciser les besoins et la qualité de vie des seniors.

Renouveau des places de village

L'idée des «Quartiers solidaires» est de favoriser l'indépendance, les liens et l'entraide. Car tous les âges de la vie apportent une contribution nécessaire au fonctionnement et à l'harmonie d'une société. Concrètement, il s'agit de créer des pôles d'activités partagées, une mixité de types de logements et, notamment, des appartements adaptés aux personnes âgées. L'idée de dédier des espaces de rencontres dans l'immeuble fait son chemin. Tout comme celle d'intégrer, par exemple, une antenne de soins afin de maintenir l'autonomie des aînés.

Dans les grandes villes, ces critères entrent désormais dans la planification de construction de nouveaux quartiers, comme aux Plaines du Loup à Lausanne. En amont du projet, des ateliers participatifs convient les futurs habitants à faire part de leurs désirs et de leurs besoins qui seront intégrés dans le concept architectural et l'attribution de locaux pour divers services ou loisirs. Des jardins potagers communs se créent, des places de «village» réapparaissent. C'est une façon de vivre qui fait sens pour toutes les générations qui peuvent ainsi s'entraider au quotidien et où chacun peut partager ses compétences, son temps et ses ressources avec l'ensemble de la communauté. Comme cela se faisait autrefois.

Quel est le principal enjeu du vieillissement de la population ?

Pendant les JOJ, comment les enfants de la région pourront-ils participer concrètement ?

De quoi les aînés d'aujourd'hui, qui ont été jeunes et instruits pour la plupart, ont-ils le plus besoin pour vivre leur autonomie ?

Dans votre ouvrage paru en 2013, «Une politique des âges et des générations», que sont devenues les «dix-huit idées-guides» que vous avez développées ?

Date:18.04.2019
Parution: 945

Adresses à retenir

• Connaissance 3

L'université des seniors. Conférences, cours, séminaires et visites culturelles passionnantes. https://wp.unil.ch/connaissance3 ou 021 311 46 87

• Editions Socialinfo Les Editions Socialinfo à Lausanne proposent des publications et de l'information. Elles accompagnent l'entrée dans la société de longue vie et encouragent à participer à la promotion des solidarités entre les générations. www.socialinfo.ch

• Fédération suisse des retraités

Buts: défendre et représenter les intérêts économiques, sociaux et culturels des aînés dans le Canton de Vaud. Excursions. www.fsr-srv.ch ou www.retraites-vaudois.ch

• AVIVO Association de défense et de détente des retraités et futurs retraités. https://avivo-vaud.ch

• Brio - Bureau régional d'information et d'orientation

Réseau Santé Région. Accompagnements pour bénéficier de prestations médico-sociales adaptées. www.reseau-sante-region-lausanne.ch, 021 973 16 21, www.reseau-sante-region-haut-leman.ch, (Vevey) 021 973 16 21.

• Pro Senectute Conseils, loisirs, aides et liens santé www.prosenectute.ch. Vaud: 021 646 17 21 ; Valais: 027 322 07 41

• Bénévolat Vaud Trouver des bénévoles ou le devenir. Aide à la création d'associations. Portail de petites annonces.

www.benevolat-vaud.ch. 021 313 24 00

Et en Valais ?

La Fédération valaisanne des retraités s'est engagée dans une démarche collective en vue de mieux comprendre les modes de vie et les aspirations de la population des aînés. Le conseiller d'Etat Jacques Melly se pose aussi la question de savoir quelle place la société veut offrir aux personnes âgées. «Les autorités ne peuvent rester inactives face aux modifications importantes survenues ces dernières décennies dans la structure de la population», souligne l'homme d'état dans l'ouvrage de Jean-Pierre Salamin, «Politique pour une société de longue vie».

«Nous savons que les aînés ont un rôle important et très positif à jouer. Ils ont souvent le temps et l'intérêt d'éclairer le chemin des plus jeunes et de se consacrer aux autres. Permettre le dialogue et la compréhension intergénérationnels est une opportunité sociétale pour la maturité et la solidité de notre corps social. Elle doit être saisie, non seulement par les associations ou fédérations qui font un travail remarquable en ce sens, mais également par les autorités qui se doivent de développer des politiques en la matière.»

sans solidarité »

> D'abord, apprendre à accueillir le vieillissement comme un cadeau. Un temps long au cours duquel nous sommes appelés à conduire une vie active tout en disposant des ressources et des soins nécessaires. C'est possible. Nous en avons les moyens. C'est une question de volonté collective et politique.

> Le comité d'organisation y travaille actuellement avec tous ses partenaires. Il y aura différentes manières de s'impliquer. En tant que volontaires, pour des initiations, ou simplement comme spectateurs. Il y en aura pour tout le monde!

> Pour qu'il y ait autonomie, il faut un «chez-soi», un espace de liberté, de choix, de convivialité avec nos proches et nos amis. Et puis, il faut avoir droit à la parole, participer aux décisions qui nous concernent. Enfin, lorsque les fragilités voire la maladie se manifestent, il convient de disposer des soutiens nécessaires.

En fait, ce que l'on a appelé la vieillesse, c'est en réalité une nouvelle et longue tranche de vie. C'est un chemin ponctué par plusieurs étapes qui seront sans doute fort différentes. Celles du voyage et de la détente peut-être; celle des services aux parents très âgés, mais aussi aux enfants et aux petits-enfants; celle de la confrontation avec le handicap et la maladie; et aussi ces tranches de vie qui nous sont offertes de plus en plus souvent après une lourde épreuve qui se ponctue par une longue rémission voire la guérison. Une nouvelle vie à inventer! Et puis, il est essentiel de rappeler qu'il n'y a pas d'autonomie sans solidarité. Impossible d'être heureux tout seul. Impossible de bien vivre longtemps sans s'engager dans le partage avec les proches, mais aussi avec les autres générations.

> La société de longue vie dans laquelle nous sommes engagés est une première historique. Nous ne disposons pas de modes d'emploi tout faits. Il faut donc risquer des suggestions, tester et éventuellement corriger. Les idées-guides que j'ai proposées ont été explicitement utilisées dans des actions bien visibles, par exemple la Charte pour une politique de génération adoptée par la Fédération valaisanne des retraités, la conception et la réalisation du nouveau quartier Adret à Lancy, la fête des générations dans la région d'Yvonand ou encore le cheminement de la ville de Lausanne vers l'obtention du label «Ville amie des aînés». Et encore la création de la Maison des générations à Saint-Martin (VS), etc. Et beaucoup poursuivent ces démarches d'un pas résolu et assuré.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio