Télécharger
l’édition n°945
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Virage numérique à la police

Secours La centrale d'alarme de Police Riviera a fait peau neuve et a acquis le logiciel SAGA, qui équipera bientôt toutes les polices vaudoises. A la clef, la géolocalisation des patrouilles en temps réel, une plus grande rapidité d'intervention et une meilleure coordination des moyens. Reportage.

Une demande d'intervention à centrale? Entre opérateurs et patrouilles connectées, l'échange d'informations est simultané.

Texte et photo : Priska Hess

Mercredi 27 mars, 11 heures. Appel à la centrale de Police Riviera à Clarens pour un vol à l'étalage à Vevey. L'opérateur ouvre une fiche à l'écran, introduit le numéro de l'appelant, la description des faits, le signalement de l'auteur. Sur l'écran adjacent, une carte régionale permet de visualiser en temps réel les patrouilles. Bleues si elles sont disponibles, oranges si elles sont occupées. «La géolocalisation se fait via une tablette embarquée dans les véhicules et des smartphones pour les policiers à pied ou à vélo. Nous engageons toujours la patrouille la plus proche de l'événement. Le programme nous indique la distance à vol d'oiseau», explique-t-il. En un clic, l'ordre d'intervention est transmis à celle-ci avec toutes les informations, directement sur la tablette embarquée.

«La Police cantonale peut être sollicitée en renfort par le même biais, ou si les suites de l'intervention sont de son ressort», précise le capitaine Yvan Clerc, chef opérationnel. En se dotant en 2018 du logiciel SAGA dans le cadre du réaménagement de sa centrale, Police Riviera est résolument passée au 21e siècle. Pour rappel, cet outil d'aide à l'engagement, adopté en 2016 par la Police cantonale pour sa centrale d'urgences 117, a été progressivement acquis dans sa version décentralisée par toutes les polices communales vaudoises – la Police de l'Est lausannois et la Police du Chablais franchiront le pas cette année.

Données en sécurité

Autre cas de figure, les appels de citoyens au 117 (numéro d'urgence de la police cantonale) pour des demandes d'intervention sur la Riviera: instantanément, la fiche établie par la Police cantonale est partagée à la centrale de Clarens et transférée dans les secondes qui suivent aux policiers sur le terrain. «Avant, tout se faisait par téléphone sur la base de prise de notes, et par radio», compare l'opérateur. SAGA permet aussi de disposer d'informations actualisées en temps réel: «Tout ce que nous complétons sur la fiche, les policiers intervenants les reçoivent en live et inversement». Exit les radios portables individuelles? «Non, ces outils restent essentiels notamment pour les communications entre patrouilles et pour les chefs d'unité les coordonnant», indique Yvan Clerc. La sécurité des données? «Aucune ne reste sur la tablette dès que celle-ci est déconnectée. En cas de vol ou de perte, une personne tiers ne peut même pas avoir accès au programme.»

80'000 sollicitations

Si en cette fin de matinée, hormis l'appel pour le vol à l'étalage, tout est exceptionnellement calme à la centrale de Clarens, celle-ci reçoit chaque année près de 80'000 sollicitations. Pour se familiariser avec le nouveau système, ses deux administrateurs ont suivi un stage de trois semaines à la Police cantonale, avant d'initier les sept opératrices et opérateurs. Les policiers ont quant à eux suivi une matinée de formation sur l'usage des tablettes. «Et tous nos nouveaux jeunes agents doivent tour à tour faire ici un stage de trois mois. Il est essentiel qu'ils s'imprègnent de ce travail pour qu'une fois sur le terrain ils sachent comment les choses fonctionnent à l'autre bout», conclut Yvan Clerc. Reste le coût de cette centrale, estimé entre 150'000 et 170'000 frs, sans compter la main d'œuvre en interne (service informatique).

Vidéo des assermentations ci dessous

Date:18.04.2019
Parution: 945

2018: les chiffres clés de POlice Riviera

Lors du rapport annuel de Police Riviera, qui s'est tenu le 26 mars dernier à Blonay, 12 nouveaux policiers ont été assermentés et 25 promus. A cette occasion, les principaux chiffres 2018 ont par ailleurs été communiqués: 15'984 interventions dont la majorité à Montreux et Vevey, 48'715 actions proactives, traitement de 2'511 plaintes (en constant recul depuis 2013), 95'422 amendes et 9'910 infractions radars, l'un des chiffres les plus bas du canton.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
  • Vidéo des assermentations

Documents audio