Télécharger
l’édition n°945
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Montreux veut rouler à 30 km/h la nuit

Trafic Pour lutter contre le bruit, la Municipalité souhaite réduire la vitesse autorisée sur les grands axes de 22h à 6h du matin. Une décision suspendue aux résultats définitifs du test mené à Lausanne.

Des riverains de la Grand-Rue (photo) et de l'Avenue des Alpes se plaignent du bruit du trafic, indique le municipal Christian Neukomm (PLR). S. Giampetruzzi

Amit Juillard

La lutte contre la pollution sonore en ville s'organise. La Municipalité envisage d'abaisser la vitesse autorisée de 50 à 30 km/h au centre-ville de Montreux, indique-t-elle dans un rapport. «Le but est de tranquilliser les traversées de la ville sur les grands axes comme la Grand-Rue et l'Avenue des Alpes de 22h à 6h, précise Christian Neukomm, municipal PLR de l'urbanisme. Les gens se plaignent du bruit.» Autre objectif: sécuriser ces artères.

Une démarche inspirée de celle entreprise par Lausanne. En collaboration avec le Canton, la capitale olympique teste l'efficacité d'une telle mesure sur les avenues Vinet et Beaulieu depuis juin 2017. «Les premiers résultats chiffrés sont intéressants», observe l'édile.

Perception du bruit réduite de moitié

«Les bruits de pointe, ceux qui réveillent les gens, comme le passage d'une ambulance ou d'une voiture qui roule trop vite, ont diminué de 80%», développe Laurent Tribolet, chef de la division «entretien» de la Direction de la mobilité et des routes (DGMR). Et les gens qui vivent le long de ces artères ont l'impression que le bruit a baissé de moitié. C'est comme si 100 voitures passent mais qu'ils entendent l'équivalent de 50 véhicules.» Les démarches montreusiennes sont au point mort. «Nous avons écrit au Canton pour signaler notre intérêt, en tout cas pour un test, confie Christian Neukomm. Mais la DGMR veut attendre la fin de l'expérience lausannoise avant d'aller plus loin.» L'étude complète est attendue pour la fin de l'année.

Le niet de l'UDC

La tendance est générale. Le Valais songe par exemple à plafonner la vitesse à 30 km/h dans certains de ses centres-villes. 500 tronçons sont potentiellement concernés. La raison est légale. Selon l'Ordonnance fédérale sur la protection contre le bruit, les autorités avaient jusqu'au 31 mars 2018 pour réaliser «les mesures d'isolation acoustique sur les routes.» Pour y parvenir, de multiples options: revêtements phonoabsorbants, murs antibruit ou encore isolation des façades et des fenêtres des riverains. «Ce n'est pas la solution miracle, mais la limitation à 30 km/h pourrait être un outil supplémentaire et peu cher», ajoute Laurent Tribolet.

Toutefois, l'idée pourrait faire long feu. A Berne, une initiative parlementaire de Gregor Rutz a été acceptée par le Conseil national. L'UDC zurichois estime qu'une limitation en-dessous de 50 km/h sur les grands axes ne doit être possible que pour des raisons de sécurité et non pour réduire les nuisances sonores. Le Conseil des Etats doit encore donner son aval. Sa Commission des transports et des télécommunications a néanmoins refusé d'entrer en matière le 4 avril. Pour la seconde fois.

Date:18.04.2019
Parution: 945

Autres projets routiers envisagés

• Zones 20 ou 30 à Chailly, Tavel et sur la rue du Port.

• Un giratoire sur la rue du Lac, à hauteur de la rue Gambetta.

• Un plan directeur «cycliste» est en cours d'élaboration.

• Il n'y aura pas de tunnel sous Montreux. Motif: le transit ne représente que 20% du trafic.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio