Télécharger
l’édition n°946
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Quartier du Closalet : Je t'aime, moi non plus !

Epalinges Le 19 mai, les citoyens se prononcent sur le sort du plan de quartier le plus controversé de la commune – Le Closalet. Un mois avant le vote décisif, la population était invitée à un ultime débat public entre adhérents et opposants. L'occasion de résumer les enjeux de ce projet de 16 bâtiments et 165 logements pour 350 habitants.

Les deux camps s'attendent à un vote serré le 19 mai sur ce projet de quartier qui pourrait accueillir 350 habitants.DR

Xavier Crépon

«Nous avons négocié pendant plus de 3 ans avec le fonds de prévoyance propriétaire ainsi qu'avec le canton sur les détails du Closalet (voir encadré). Maintenant, ce sera à vous de décider le 19 mai si vous nous faites confiance ou non sur ce projet.» Le syndic Maurice Mischler annonce la couleur dès le début du débat, ce 9 avril, en présence de quelque 230 personnes. Sa Municipalité s'est «attelée à la tâche» et «porte à l'unanimité ce projet pour le futur d'Epalinges». Les opposants estiment à l'inverse que ce plan de quartier «n'est tout simplement pas bon» de par son mauvais emplacement ainsi que de par son manque de desserte en transports publics. Sans compter le réseau routier qui se verra «inonder par le surplus de véhicules personnels». Le débat est ouvert, au public de juger.

Plans sur la comète ou mesures concrètes?

«Ce plan de quartier n'a pas de couleur politique et est éco-responsable avant tout», vante l'édile. Biotope sur les toits, plantation de plus d'arbres qu'il n'en sera coupé, chauffage à distance ou encore utilisation d'énergie renouvelable: le Vert Maurice Mischler garantit de nombreuses mesures, avant de poursuivre: «Les bâtiments n'occuperont que 13% du terrain et seront principalement dédiés aux loyers modérés. Sans oublier que nos infrastructures scolaires seront prêtes à accueillir les enfants des 350 nouveaux habitants et qu'il y aura aussi des arrêts de bus à 6, 9 et 15 minutes à pied.» Félix Schmidt, élu PLR et membre du comité référendaire répond du tac-o-tac: «Arrêtons l'hypocrisie. Les chiffres que vous donnez ne sont que des estimations. Il n'y a que la surface constructible qui est clairement définie (32'260 m2) et aucune garantie n'est donnée sur les prix des loyers. Tout sera au bon vouloir des promoteurs qui veulent maximiser leur profit.» Jean-Edgar Rodondi, président du comité référendaire, met aussi en doute les promesses en terme d'accessibilité. «Aucun arrêt TL n'est prévu sur la route de Berne. J'espère que ce sera le cas sur le chemin de Polny comme la Municipalité semble le promettre, mais ça fait déjà dix ans qu'on en parle et il n'y a toujours rien. Au final, tout le monde va partir en voiture et on va se retrouver avec encore plus de trafic aux Croisettes, soyez en sûr». Réponse de l'exécutif: «Si les promoteurs veulent changer la donne et proposer 500 nouveaux habitants, nous pourrions nous y opposer, assure Maurice Mischler. Et pour le trafic généré, il ne devrait pas y avoir plus de 1'000 mouvements de véhicules par jour dans le pire des cas. Nous prévoyons aussi une ligne de bus sur Polny. Donc si vous ne nous croyez pas, vous nous traitez de menteurs».

Quel avenir pour Epalinges?

Face à cet échange musclé et au vu des divergences d'opinions, le public se demande surtout ce qui va se passer en cas de refus du projet. «C'est simple, le terrain restera constructible, affirme le syndic. Après, l'accès sur la route de Berne âprement négocié ne serait plus garanti, tout comme le financement de la passerelle. Nous devrions alors tout recommencer depuis le début». Les référendaires voient surtout en ces propos une forme de chantage. «En quoi la passerelle est dépendante du Closalet?, s'interroge Jean-Edgar-Rodondi. Nous pourrions très bien raisonner différemment et la construire sans ce plan de quartier». Le comité des adhérents au projet hausse alors le ton, ne partageant pas du tout le même avis, par la voix du socialiste Laurent Balsiger: «Oui cette parcelle pourrait peut-être encore être constructible. Mais de toute façon un autre projet viendra un jour dans ce quartier vu qu'il est situé en périmètre de centre. Nous nous devons de densifier. Si cela est fait de manière bien pensée comme c'est le cas avec ce projet, je ne vois pas ce qui vous fait peur. Le Closalet se veut convivial et ouvert, donc pourquoi le refuser?». Les opposants eux ne voient pas cette densification comme nécessaire, surtout à cet emplacement. «Densifier dans un endroit qui n'est pas adapté? Ceci est absurde, rétorque Félix Schmidt. Le peuple a le droit de dire non en rejetant ce projet qui n'est pas assez bon. Epalinges mérite mieux.» Avec désormais toutes les cartes en main, les palinzards doivent trancher.

Date:25.04.2019
Parution: 946

Parcours du combattant

Il en aura fallu du temps pour en arriver au vote final sur le plan de quartier du Closalet. Plus de 10 ans pour être exact. Deux Municipalités se sont penchées successivement sur ce projet pour aboutir à sa version finale. Retour sur la chronologie chaotique des dernières années.

Août 2016: Première fronde anti-densification à Epalinges. La Pétition Stop à l’augmentation abusive des zones à bâtir à Epalinges récolte plus de 800 signatures.

 

Novembre 2016: Seconde pétition par l’Association pour un développement raisonnable d’Epalinges. Plus de 1100 signatures récoltées.


Mars 2017: Dépôt du Préavis - PQ du Closalet


Avril 2017: La Municipalité et les investisseurs organisent une rencontre pour présenter le projet à la population. 120 personnes présentes

Juin 2017: Refus du conseil communal de se prononcer et report du vote à une date ultérieure car trop d’hésitations.

 

Septembre 2017: Le Conseil Communal accepte le PQ (37 pour, 30 contre, 3 abstentions)

 

Automne 2018: Validation du PQ par le canton

 

Octobre 2018: Dépôt d’un référendum par L’Association pour un développement   raisonnable d’Épalinges

 

Novembre 2018 : Validation de plus de 1400 signatures. Le référendum aboutit.

 

Avril 2019 : Débat public en présence de quelque 230 personnes, avec la Municipalité, des opposants et des adhérents ainsi que le fond de prévoyance propriétaire.

 

19 Mai 2019: Vote populaire sur le référendum du PQ du Closalet

 

Le Closalet en chiffes

Ce plan de quartier prévoit 16 bâtiments d'habitation de 3 à 4 étages avec 165 logements pour 350 habitants. Au niveau de ses installations, le «Closalet» projette d'aménager une maison de commune ainsi qu'un bâtiment d'activités qui devraient créer 45 emplois. Situé sur 5 hectares à Montéclard, il comprendra aussi une butte anti-bruit ainsi qu'une passerelle publique piétons-cyclistes qui le reliera au centre du village. Il est également prévu qu'aucune voiture ne circule en surface. Un parking souterrain avec 244 places donnera ainsi directement accès à la route de Berne et au chemin de Montéclard.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio