Télécharger
l’édition n°949
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Jeunes et politique: le désamour

BLONAY La gauche propose plusieurs mesures pour rendre l'engagement citoyen plus attractif, entre aides financières ou valorisation du travail des élus. Objectif: assurer la relève du système de milice en ciblant les familles et les jeunes.

«Nous sommes  en train de perdre l'engagement citoyen des moins de 35 ans»

Xavier Crépon

«Il devient de plus en plus difficile d'impliquer nos jeunes dans les politiques communales. Avec un manque d'intérêt pour la politique en général et une faible participation aux votations, nous sommes en train de perdre l'engagement citoyen des moins de 35 ans.» Ce constat alarmant du socialiste Matthieu Sesseli au Conseil communal du 30 avril corrobore avec celui de l'Association des Communes Suisses de ce début d'année. Le travail de milice est délaissé par la relève. Comment y remédier? Soutenu par son parti, l'élu prône via un postulat des mesures pertinentes et ciblées qui touchent directement les jeunes.

«Nous devons impérativement faire quelque chose pour lutter contre cette forme de désintérêt. Si nous continuons ainsi, nous allons droit dans le mur», s'inquiète Matthieu Sesseli. Le socialiste appelle la Municipalité à en faire davantage en incitant les jeunes, mais également les parents, à s'engager au Conseil communal. «Si je regarde autour de moi ce soir, je vois en majorité des messieurs grisonnants. Pour des questions de représentativité, il est important d'aller chercher les jeunes et les femmes.»

Par son postulat, l'élu propose plusieurs mesures afin de donner un nouveau souffle au travail de milicien. «Un commencement serait de mieux promouvoir et valoriser le travail des conseillers. Leur rôle pourrait être mis en lumière auprès des gymnasiens et des apprentis en fin de formation avec des séances d'information ou bien via l'engagement d'influenceurs sur les réseaux sociaux. Il est aussi primordial de leur expliquer en quoi les compétences qu'ils pourraient acquérir en tant que miliciens leurs seraient utiles dans d'autres aspects de la vie.» Afin de mettre en avant la fonction, le socialiste verrait également d'un bon œil la remise de certificats qui attesteraient en détail le travail effectué par les élus pendant leurs mandats.

Aider les parents

Matthieu Sesseli insiste aussi sur la condition parentale. Les difficultés d'organisation que peut poser la garde d'enfants ne devraient plus être un obstacle selon lui. «Les familles font face à un frein à l'engagement. En devant rester à domicile ou alors en confiant la garde de leur enfant à une personne tierce, le coût est important pour les parents. Il faudrait leur apporter des aides financières concrètes pour qu'ils puissent se libérer ou pour surmonter ces frais. C'est aussi bien souvent la femme qui s'en occupe, ce qui n'arrange en rien la représentativité au sein du Conseil.» Sans s'opposer au postulat, une partie du législatif estime toutefois que la composante de genre ne s'impose pas et que la situation actuelle est loin d'être aussi catastrophique. «Il ne me semble pas que nous ayons de problème de recrutement à Blonay», s'étonne le PLR Pierre Barbey. Même son de cloche chez une élue également maman. «Il y a beaucoup de viennent ensuite sur nos listes. Essayer d'attirer plus de jeunes, pourquoi pas, mais souligner le rôle de mère n'est pas nécessaire. Les gardes sont souvent partagées, donc il n'y a pas de raison de favoriser les femmes plus que les hommes.» Face à ces critiques, Matthieu Sesseli avoue ne pas avoir de solution toute faite mais ne botte pas en touche. «Certains grands groupes politiques ont peut-être suffisamment de candidats pour les postes à pouvoir, mais ce n'est pas le cas de tous les partis. Il faut donc à tout prix réfléchir à ce problème de société en tant que collectivité pour le bien de notre démocratie. Malheureusement, le mandat politique prend aussi parfois des aspects de sacerdoce. Il est impératif de le rendre plus facile d'accès.» Ajourné à la prochaine séance du Conseil communal fin mai, le postulat pourrait être envoyé en commission pour étude ou bien directement en Municipalité.

Date:16.05.2019
Parution: 949

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio