Télécharger
l’édition n°950
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Un Closalet nouveau dès l'automne

Epalinges Le plan de quartier du Closalet - 165 logements pour 365 habitants - se voit refusé à plus de 58% par les habitants. Ses promoteurs promettent de remettre l'ouvrage sur le métier.

«Nous ne sommes pas opposés à la densification, mais elle doit rester raisonnable», estiment Jean-Edgar Rodondi, Félix Schmidt (PLR) et Christian Terrier (PLR), membres du comité référendaire.

Texte et photo: Xavier Crépon

Les Palinzards envoient un message clair à leurs autorités. Ils ne veulent pas d'une densification excessive et non maîtrisée pour l'avenir d'Epalinges. Pendant de longs mois, le projet immobilier du Closalet – 165 logements pour 365 habitants – a tenu en haleine toute une population qui s'est finalement manifestée le 19 mai avec un taux de participation supérieur à la moyenne à 58,8%. Le résultat est sans appel. Avec 2'049 voix (56,4%), le non l'emporte sur les 1'490 citoyens (41%) qui se sont prononcés en faveur du projet porté par le Fonds de prévoyance Crédit Agricole Indosuez. Heureux du dénouement, les opposants souhaitent désormais avancer avec les propriétaires pour proposer un projet plus raisonnable.

«Fuite en avant»

«Trop de trafic, trop de grues et surtout une fuite en avant qu'il fallait arrêter». Félix Schmidt, président de l'association qui s'oppose au Closalet, a le sourire à l'annonce des résultats. «La population a manifesté son malaise à l'égard de tous ces projets successifs à Epalinges. Avec ce refus symbolique, elle a clairement exprimé sa volonté de freiner la densification là où les conditions d'accessibilité ne sont pas remplies.» La parcelle demeurant en zone constructible, le terrain reste toutefois voué à de l'immobilier. Le promoteur devra donc remettre l'ouvrage sur le métier s'il compte satisfaire la population. «Maintenant que ce plan de quartier est mort, il faut recommencer une procédure qui pourra prendre quelques années, avertit Jean-Edgar Rodondi, membre du comité référendaire. Il est important pour nous de repartir sur de bonnes bases avec le promoteur pour élaborer un projet qui préserve avant tout la qualité de vie des Palinzards. Nous allons donc reprendre contact dans les semaines à venir.»

Place au plan B

Contacté par Le Régional, CA Indosuez se dit ouvert à la discussion, mais doit d'abord prendre le temps de digérer le résultat. «Nous sommes surpris par ce rejet sévère. C'est une vraie déception pour un projet sur lequel nous travaillions depuis 12 ans et que l'on pensait cohérent, déplore le secrétaire général Olivier Perrin. Nous n'avions pas du tout travaillé sur un plan B. Le conseil de fondation va désormais prendre le temps de l'analyse pour revenir avec différentes options d'ici à cet automne». Conscient que l'échec est également lié à la problématique plus générale sur la densification des communes, CA Indosuez prévoit un échange avec le canton et la commune pour redéfinir les contours d'un futur projet.

Date:23.05.2019
Parution: 950

Vers une sortie du PALM ?

Mais qu’arriverait-il en cas de nouveau refus de la population ? «Il faut savoir que les Palinzards ne sont pas les premiers à dire non à un plan de quartier incorporé au Périmètre compact Lausanne-Morges (PALM), rappelle Jean-Edgar Rodondi. Sortir cette parcelle du PALM pourrait être envisageable.» Son collègue Félix Schmidt va plus loin en pointant du doigt les autorités vaudoises ainsi que la Municipalité. «Les législatifs des communes concernées n’ont pas pu décider de la délimitation. Nous sommes dans une démocratie et nous pouvons remettre en cause ce tracé, soit par une action directe de la part de notre exécutif, soit si nécessaire par la voie de l’initiative populaire.» Un sujet brûlant loin d’être clos.

 

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio