Télécharger
l’édition n°951
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Bernard Nicod, un parcours fulgurant

L'année des 40 ans du Groupe Bernard Nicod commence bien. 24 chantiers en cours, 610 appartements et toujours autant d'énergie pour celui qui détient près de 10% du marché immobilier vaudois et dont le parc immobilier pèse 12 milliards.

Le Domaine du Parc, à La Tour-de-Peilz, est l'une des réalisations récentes du groupeDR

Anniversaire

Magaly Mavilia

«Il y a 40 ans, Bernard Nicod partait de zéro», titre le magazine Bilan. Vraiment? «Absolument», rétorque le géant de l'immobilier qui avoue avoir travaillé de nuit à la poste pendant ses études. «J'y ai d'ailleurs rencontré Jean-Claude Biver (réd: lire Le Régional 949). J'ai une grande admiration pour lui. Nous avons la même éthique et la même façon d'aborder les choses».

2'000 immeubles et 12 milliards

«Le changement le plus important que j'ai observé est que, lorsque j'ai débuté dans le métier, la parole donnée valait tous les contrats, que ce soit avec un paysan ou un baron. On se serrait la main pour conclure une affaire alors qu'aujourd'hui quasiment plus rien ne se fait sans avocats, conseillers et experts. C'est bien dommage et regrettable, car pour moi, le respect de la parole donnée reste primordial»

S'il n'est pas devenu magnat de l'immobilier du jour au lendemain, Bernard Nicod a avancé vite, très vite. Peu après son entrée en tant que stagiaire au sein de la régie Nafilyan en 1975, il fait bondir les ventes de 8 à 56 millions et devient associé du Dr. Ferid Nafilyan. Malgré un marché morose, le jeune entrepreneur s'associe à Julien Perret, alors syndic de Pully, et gère 17 immeubles. Deux ans plus tard, il fait cavalier seul et les chantiers se succèdent à un rythme effréné. Aujourd'hui, son groupe comprend plus de 2'000 immeubles et pèse plus de 12 milliards de francs (voir encadré).

«Le bon Dieu m'a donné des qualités»

Comment le jeune stagiaire en est-il arrivé là? «Je suis entré dans ce métier comme on entre en religion et je bosse. De toute façon, je ne sais faire que ça, avoue Bernard Nicod. Le bon Dieu m'a donné des qualités et je le remercie tous les jours. On me dit que je suis un patron dur. Oui, quand j'ai une mission, je fonce. Je suis très entier, passionné et perfectionniste. J'ai un peu tendance à voir tous les petits détails et à trop voir ce qui se passe dans mes bureaux et sur les chantiers, même le dimanche, avoue-t-il. N'empêche, nombre de mes collaboratrices et collaborateurs sont avec moi depuis de très nombreuses années, il faut donc croire que je suis un insupportable supportable!»

Son coup de cœur

Un coup de cœur, un regret? «Si je n'ai aucun regret de ne pas avoir construit de tours à Dubaï ou en Chine, cela m'aurait plu de créer comme le Facteur Cheval. Ce type était à peine lettré, mais c'était un passionné. Il a passé 33 ans de sa vie à édifier son «Palais idéal». Les fonctionnaires du ministère de la Culture l'estimaient «hideux et affligeant», mais André Malraux l'a fait classer monument historique en 1969.

Date:30.05.2019
Parution: 951

Les chiffres clés du Groupe Bernard Nicod

L'homme d'affaires se veut transparent et livre au Régional quelques chiffres clés du groupe en 2018.

12,1 milliards valeur du parc immobilier sous gestion

383 millions chiffre d'affaires

8,3 millions impôts sur le bénéfice

33 millions masse salariale du groupe

2'300 collaborateurs, ouvriers et concierges

44'000 baux en 2018

5'540 baux signés en 2018

2'127 Immeubles

Un concours pour marquer ses 40 ans

Associé au magazine BILAN, le Groupe Bernard Nicod organise un concours de photographies sur le thème «Architectures à aimer». Avis aux amateurs, comme aux professionnels dont les œuvres seront appréciées par un jury de choix présidé par l'architecte Mario Botta, entouré, entre autres par Tatyana Franck, directrice du Musée de l'Elysée et Alexis Georgacopoulos, directeur de l'ECAL (Ecole cantonale d'art de Lausanne). Le 1er Prix sera de 10'000 francs et les photos sélectionnées feront l'objet d'une exposition au Beau-Rivage Palace à Lausanne le 26 septembre et d'une publication. Participation jusqu'au 31 mai. Renseignements sur www.concours.bernard-nicod.ch

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio