Télécharger
l’édition n°988
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Pandémie

Un virus qui change le monde

Ne pas céder à la panique sans minimiser l'état dans lequel le Coronavirus nous plonge. L'équation est difficile en constatant, comme à Rome ou à Paris, ces villes devenues fantômes. Chaque jour, chaque heure, une nouvelle tombe. Pas bonne. Fermeture des classes, des crèches, des magasins, des bars, des restaurants. Economie à l'arrêt, ralentissement drastique de la vie active, une distanciation sociale à respecter. L'heure est grave. Il faut donc se conformer aux directives et, tous ensemble, combattre «ce mal qui répand la terreur», comme écrivait déjà La Fontaine en parlant de la peste.

Un virus qui change le monde

Nina Brissot

Que savons-nous de ce Covid-19 de la famille Coronavirus qui aujourd'hui affecte la planète entière? Surtout comment l'éviter et le combattre? Ce qui est vérifié est qu'il vient d'une grande famille virale à qui l'on a donné le nom de Coronavirus car, lorsqu'on le place sous un microscope électronique, il se montre coiffé d'une couronne. Il n'a pourtant rien de royal ce virus mais semble plutôt une créature malfaisante. Il peut, et ne s'en prive pas, déclencher chez l'humain des infections qui vont du simple rhume que nous vivons presque chaque hiver, à des pathologies mortelles ressemblant à des pneumonies. Pour l'attraper, il faut être en contact avec une personne ou un objet contaminés. La transmission se fait par voie aérienne ou au contact d'un objet contaminé. Il se plait notamment sur les surfaces métalliques sur lesquelles il peut survivre plusieurs heures. Jusqu'à douze dit-on. Or, les rambardes, les poignées de portes, certains appareils électroménagers, les poignées de soutien dans les bus, trains et autres, certains dossiers de chaises sont en métal et beaucoup de mains se mettent dessus. Un coup de gel hydroalcoolique après avoir tenu ces objets n'est pas un luxe.

Inutile de paniquer

On parle de 98% de personnes atteintes par le Covid-19 qui en guérissent sans séquelles. Inutile donc de céder à la panique. Les hôpitaux italiens qui ont été confrontés avant nous à cette pathologie ont fait circuler des directives, espérant désengorger les services d'urgence. On y lit notamment que cette infection ne se présente pas comme un rhume habituel avec le nez qui coule ou une toux avec cathares et crachats mais avec une toux sèche et c'est le premier signal à bien identifier. Nous ne répéterons pas les recommandations habituelles affichées partout mais ajouterons que les vêtements peuvent cacher le virus entre 6 et 12 h. Donc s'il y a soupçon d'avoir été en contact avec une personne contaminée, il faut les exposer au soleil ou sur une source de chaleur. Surtout, ne pas mettre ses doigts dans la bouche, se frotter les yeux ou se gratter le nez, car le virus peut vivre jusqu'à 10 minutes sur les mains et il cherche ses voies d'entrées vers les poumons.

Comment se manifeste le virus?

Il commence par prendre ses aises dans la gorge provoquant une sécheresse et une inflammation. Un symptôme qui peut durer 3-4 jours. Son véhicule est l'humidité des voies aériennes respiratoires et c'est avec elles qu'il descend dans la trachée et s'installe dans les poumons causant une pneumonie ou pneumopathie. C'est alors que surviennent une forte fièvre et des difficultés de respiration qui n'ont plus rien à voir avec un rhume ordinaire. Là, il est urgent de se rendre dans un service de soins. Les personnes les plus exposées à ce virus, on l'a entendu maintes fois, sont les aînés, les plus de 65 ans. L'Office Fédéral de la Santé met également en garde les personnes souffrant d'une tension artérielle élevée, de diabète, de maladies du cœur et de la circulation, d'asthme et des voies respiratoires, d'un cancer ou de déficience immunitaire. A toutes ces personnes, il est vivement recommandé de ne pas prendre le bus ou le train, et dans la mesure du possible de demander à quelqu'un de faire ses courses pour ne pas s'exposer à des personnes peut-être contaminées. En clair, de rester chez soi. A tous, il est demandé de ne pas minimiser la situation et de faire en sorte de ne pas propager ce virus pour le bien-être de tous.

Date:19.03.2020
Parution: 988

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio