Télécharger
l’édition n°990
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Installateur sanitaire et chauffagiste «Tout le monde a besoin d'eau courante et de chauffage»

«Potentiellement, j'ai un marché de plusieurs millions de consommateurs», plaisante Luc Berthoud, contremaître sanitaire au bénéfice d'un brevet fédéral. Passionné par son métier, et malgré la crise, le patron d'Helvetiatech Sàrl à Montreux a une confiance totale en l'avenir de sa profession.

Installateur sanitaire et chauffagiste «Tout le monde a besoin d'eau courante et de chauffage»

Magaly Mavilia

L'eau et le chauffage sont vitaux dans notre société et c'est pourquoi le métier d'installateur sanitaire et chauffagiste n'est pas près de disparaître. «Ce sont des professions qui ne connaîtront jamais la crise et qui ont toute leur place dans l'avenir des énergies renouvelables, se réjouit Luc Berthoud, patron d'Helvetiatech Sàrl à Montreux. Ce que je dis aussi aux jeunes qui voudraient se lancer, c'est qu'ils pourront travailler partout dans le monde. C'est un bel avantage.»

Comprendre les vues en 3D, maîtriser les mathématiques, être précis et méticuleux sont nécessaires pour se lancer dans un apprentissage. Le français est moins important. «Si mon apprenti fait une faute d'orthographe dans son devis, ce n'est pas bien grave, par contre si les mesures sont fausses, c'est problématique», souligne Luc Berthoud. Passionné par le bel ouvrage, Luc Berthoud travaille essentiellement avec des marques suisses. «La qualité n'a pas de prix, souligne-t-il. Et le bon marché dans notre métier est toujours trop cher»

Se former en confinement

Patron depuis cinq ans et en dernière année de maîtrise fédérale, Luc Berthoud se réjouit de pouvoir continuer à suivre ses cours par Internet. «Grâce à un programme, nous pouvons partager nos écrans d'ordinateur et échanger sur nos projets comme on le fait normalement en classe. Par contre, les examens sont repoussés. Mais c'est une chance formidable que de pouvoir continuer à se former même en étant confiné.»

Formation

Perfectionnement:

Date:09.04.2020
Parution: 990

Coronavirus ou pas, il faut travailler

«C'est impressionnant ce que l'on est capable de faire lorsque l'on est sous pression». Malgré la crise, Luc Berthoud, patron de Helvetiatech Sàrl à Montreux ne se laisse pas abattre. «Mes gros contrats sont en suspens et je retiens mon souffle pour le Montreux Jazz Festival qui, pour nous, devrait commencer en juin.

Comme bien d'autres patrons, Luc Berthoud a dû recourir au chômage partiel pour ses employés. «Même des réparations ont été annulées, regrette-t-il. Tout est au point mort. Et j'assure seul les dépannages. Mais malgré le fait que nous prenions toutes les précautions d'hygiène, les gens ont peur. Je devais poser un radiateur chez une dame qui attend un bébé et son époux m'a appelé pour annuler. D'un autre côté, c'est aussi dangereux pour nous, car si nous maintenons les distances préconisées, ce n'est pas toujours le cas de nos clients. La longueur de notre confinement sera proportionnelle à notre incivilité.»

La formation d'installateur sanitaire s'acquiert par un apprentissage en entreprise ou en école à plein temps. Durée : 4 ans, CFC.

Possibilité d'obtenir une maturité professionnelle, pendant l'apprentissage ou après l'obtention du CFC.

Apprentissage complémentaire de ferblantier, de projeteur en technique du bâtiment sanitaire ou d'installateur en chauffage.

Brevet ou maîtrise fédérale. Diplôme de technicien ES en technique des bâtiments.

Bachelor of Science HES en technique des bâtiments, en énergie et techniques environnementales, en systèmes industriels.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio