Télécharger
l’édition n°318
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La gauche prend le pouvoir à Vevey

Historique Avec trois sièges sur cinq, les socialistes détiendront la majorité absolue pendant ces cinq prochaines années à la Municipalité de Vevey, où Jérôme Christen fait son entrée.



Michaël Rodriguez / La Liberté

La défaite n'aurait pas pu être plus cuisante pour les radicaux veveysans. Après la veste essuyée au premier tour par leur syndic sortant, Dominique Rigot, le Parti radical se voit sèchement congédié de l'exécutif, ses trois candidats étant relégués dans les profondeurs du classement. Les trois candidats socialistes, emmenés par le sortant Laurent Ballif, brûlent la politesse à tous leurs concurrents et s'adjugent la majorité. Une première historique pour Vevey, qui a toujours vécu sous hégémonie radicalo-libérale.

Pierre Ducraux évincé
Le quatrième siège revient au centriste de Vevey libre Jérôme Christen, fils de l'ancien syndic Yves Christen. Les radicaux reçoivent donc la monnaie de leur pièce: celui qu'ils avaient exclu de leurs rangs pour son indépendance d'esprit les chasse du gouvernement de la ville. Les électeurs ont en outre voulu qu'une femme y siège encore. C'est en effet la libérale Madeleine Burnier, doyenne de l'exécutif, qui s'empare du dernier fauteuil. Son colistier Pierre Ducraux, qui tenait les rênes de l'urbanisme durant la précédente législature, n'est en revanche pas réélu.
La stratégie des radicaux veveysans échoue sur toute la ligne: leur alliance avec l'UDC pour le second tour ne profite qu'à la candidate de l'extrême droite, Fabienne Despot, qui devance de 120 voix le radical le mieux placé, Patrick Kohli. Les radicaux n'auront pas trop de la prochaine législature pour tenter de retrouver une crédibilité taillée en pièces par les frasques de l'avocat-syndic Dominique Rigot.

Montreux reste rose verte
A Montreux, la gauche conserve sans trembler la majorité à l'exécutif. Seul le représentant des verts, le sortant Jacques Delaporte, avait été élu au premier tour. Il est rejoint par les trois socialistes sortants, le syndic Pierre Salvi en tête. Son colistier Alain Feissli le suit à 40 petites voix. Seul le radical Laurent Wehrli a réussi à s'intercaler entre deux socialistes, en prenant la quatrième place. Le score plutôt moyen du responsable de l'urbanisme Jean-Claude Doriot (5e), s'explique sans doute par la polémique née autour du réaménagement de la place du Marché. Les travaux avaient en effet généré un dépassement de crédit, et un Abribus à 250'000 francs avait été construit sans l'autorisation du législatif. Les deux autres sièges reviennent aux nouveaux candidats Christian Neukomm, radical, et Edith Willi, libérale.


Encadré: Coup de théâtre à Corsier

Coup de théâtre à Corsier où le syndic sortant Michel Henry perd son siège, de même que le municipal sortant Pierre-André Glauser, au profit de Franz Brun et Philippe Bricod, candidats de la «Liste ouverte». Détail piquant, pris de court par cette situation imprévue, aucun des municipaux ne s'est porté candidat à la syndicature dans le délai légal. Aussi, à moins que l'un d'entre eux, ou elle, puisque l'exécutif compte une femme en la personne de Ursula Bucher, ne se décide et le fasse savoir aux habitants par le biais d'un tous ménages, il incombera à la population de désigner leur syndic parmi les sept membres de cette Municipalité le 21 mai.

Ballif, Salvi et Rimella aux commandes
A Vevey, c'est le socialiste Laurent Ballif qui a été élu tacitement au poste de syndic, comme à Montreux, où le syndic sortant, le socialiste Pierre Salvi, reste en place. Election tacite également à La Tour-de-Peilz, qui sera dirigée par une femme, en la personne de la libérale Nicole Rimella.
A St-Légier, les radicaux disparaissent de l'exécutif, où les deux candidats de l'Union des indépendant, Dominique Epp et Gérald Gygli font leur entrée. Ils siègeront avec les trois libéraux Nicky Schuler, Alain Bovay et Jean de Gautard, ce dernier étant élu tacitement syndic. A Blonay par contre, les citoyens devront choisir le 21 mai entre Henri Mérinat et Patricia Siegler. Idem à Corseaux où Gaston Barman et Alain Volet sont candidats.
Le syndic de Chardonne sera le radical Serge Jacquin, celui de Jongny Claude Genton, tandis que Veytaux sera dirigée par une femme, en la personne de la radicale Christine Chevalley.

sn

Date:08.04.2006
Parution: 318

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio