Télécharger
l’édition n°468
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Heurs et malheurs d'une place de jeux

Pully Au moment où s’esquisse une solution sauvant la pataugeoire de la démolition, la place de jeux de la promenade Guillemin a été à moitié détruite par un incendie criminel.

Heurs et malheurs d'une place de jeux

Sur la commune de Pully, mais à la limite de celle de Lausanne, à la Perraudettaz, la promenade Guillemin est un îlot de détente particulièrement prisé des familles. Si l’espace aux biches, du fait des doubles grillages, a perdu un peu de son attrait, l’aire de jeux, les grands arbres et la pelouse bien entretenue connaissent depuis de longues années un succès renforcé, aux beaux jours, par une pataugeoire à la disposition des petits. Mais en quelques mois tout a été remis en question et l’été 2009, période de transition, ne sera pas sans inconvénients.

Pataugeoire sauvée
Première alerte, la pataugeoire. Une réflexion menée à l’administration sur les conditions d’hygiène et de sécurité avait débouché l’an dernier sur une option de rénovation. Mais l’estimation pouvant atteindre 300’000 fr a fait peur à la municipalité, qui a, au contraire, budgété un montant de démolition. Ce que l’on a appris en décembre 2008 par la question d’un conseiller communal. Emoi des intéressés, habitants du quartier et au-delà. Une pétition a circulé, à un moment où l’administration communale, réalisant que les réactions prenaient de l’ampleur, s’attelait à la recherche d’une solution de rechange. 
On pense l’avoir trouvée. Cette année, la pataugeoire sera remise en service comme jusqu’ici, avec les contrôles de l’eau qui s’imposent. Et un projet de nouvelle installation de traitement de l’eau est en préparation pour 2010, sans démolition-reconstruction du bassin. L’entreprise spécialisée semble intéressée à un sponsoring, grâce auquel l’investissement ne devrait pas dépasser 50’000 fr. La pataugeoire paraît bel et bien sauvée.

Vandales
On en était là lorsque, dans la nuit du 26 au 27 avril, des vandales ont bouté le feu aux installations de jeu, dont le bloc principal a été détruit; un sinistre de quelque 50’000 fr. Tout de suite, le rapprochement a été fait avec un acte similaire perpétré trois ans plus tôt. Du coup, la commune s’interroge avant de remplacer sans autre ce dispositif en grande partie en bois. Des mesures de sécurité semblent d’autant plus nécessaires que le parc, qui attire les fêtards la nuit, comprend encore le dépôt des jardiniers. Et la configuration des lieux ne permet guère la construction d’une clôture. Des éclairages automatiques? On y pense, mais les solutions devront sans doute attendre le budget 2010. Les enfants, cet été, auront à se contenter d’une place de jeux diminuée. 

Textes et photo: Pierre Kolb

Date:19.05.2009
Parution: 468

Une directive évaporée

Dès que la pataugeoire a paru menacée, une explication a fait le tour des popotes: elle ne répond pas aux normes européennes! Mais aujourd’hui plus personne ne revendique la paternité d’une telle assertion. Ni Martial Lambert ni Gil Reichen, les deux municipaux concernés par le dossier, n’ont de certitude au sujet de cette rumeur. Et à l’administration cantonale, il n’a jamais été question d’une prescription européenne. Les pataugeoires relèvent encore, comme les piscines, d’une législation des années 60.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio