Télécharger
l’édition n°505
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Tennis à Bex: ça passe ou ça casse!

Infrastructures Devisé à 1,7 million, le club de tennis devrait enfin, sauf opposition de dernière minute, sortir de terre battue. Le président du club, Bernard Tornare, se dit enthousiaste, mais a peur de subir un nouveau revers.

Tennis à Bex: ça passe ou ça casse!

«C’est fantastique! s’exclame Bernard Tornare, président du club de tennis de Bex, au sujet du préavis communal concernant la construction du club de tennis au Pré-de-la-Cible, à deux pas du centre sportif existant.
La Municipalité souhaite entreprendre des travaux de création de quatre courts en terre battue synthétique ou quatre saisons, d’un mur d’entraînement, de places de parc, et d’un Clubhouse au lieu dit «Pré-de-la-Cible», à deux pas du centre sportif existant. L’exécutif sollicite du Conseil communal un crédit extrabudgétaire de 1’717’000 francs, qui correspond au coût global du projet estimé par le bureau d’architecture, pour l’entreprise des travaux.
«Cela bouge enfin», poursuit le président du club. Enfin, oui. Après plus de cinq ans de palabres et de projets avortés: «Nous avons suffisamment dépensé d’argent et de temps pour des projets qui n’ont jamais vu le jour», estime Bernard Tornare. La dernière fois que cela avait bougé, c’était lors d’une véritable levée de boucliers de la part des opposants lorsque le projet prévoyait d’implanter le club de tennis à la Rivarottaz (voir Le Régional 438 et 485 sur www.leregional.ch).

Tennis 365 jours par an
Depuis, la société vinicole de Bex a vendu son terrain à la Municipalité, laquelle a décidé de l’utiliser pour réaliser le projet du club de tennis. «Si le projet se réalise, nous céderons le terrain du club de tennis actuel, dont nous sommes propriétaires, à la commune», explique Bernard Tornare.
Avec ce nouveau projet, le club de tennis, qui compte quelque 180 membres, pourra bénéficier de deux terrains supplémentaires: «Depuis que nous avons développé le mouvement juniors, qui a attiré soixante adhérents supplémentaires, nous avons besoin de ces deux terrains en plus, souligne Bernard Tornare. L’autre problème, c’est l’actuel Clubhouse, dont les vestiaires et tout ce qui va avec, sont vétustes. C’est vraiment limite. De nouvelles installations sont vraiment indispensables. Avec les nouvelles, nous pourrons jouer 365 jours par année». Alors, du tennis toute l’année? Réponse au prochain conseil communal, le 17 mars.

Texte et photo: Murat Karaali

Date:02.03.2010
Parution: 505

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio