Télécharger
l’édition n°540
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Une méthode d'autodéfense en plein boom

Krav Maga Conçu pour répondre aux agressions de la rue, le Krav Maga suscite un intérêt croissant et l’offre de cours est en pleine expansion. Reportage à l’école FSKM à Montreux.

Une méthode d'autodéfense en plein boom

Jeudi, 18 heures. Comme chaque semaine, une vingtaine d’adeptes du Krav Maga investit la salle du Collège d’Etraz à Montreux. C’est là que Christian Croset, président de la FSKM (Fédération Suisse de Krav Maga), a ouvert en 1995 la première école de Suisse enseignant cette méthode d’autodéfense d’origine israélienne, basée sur l’efficacité et les réflexes naturels. Le programme commence par un important échauffement: «Cela permet de prévenir les risques de blessures, d’accroître la puissance physique et la résistance mentale», explique Christian Croset. Vient ensuite le travail technique, au cours duquel les candidats apprennent à faire face aux différents types d’attaques. Avant de passer à des combats souples «indispensables pour apprendre à se défendre efficacement, entraîner le coup d’œil et appliquer les techniques enseignées.»

«Privilégier la fuite»
Encore méconnu il y a quelques années, le Krav Maga connaît un succès croissant auprès du grand public, et la FSKM compte aujourd’hui une douzaine d’écoles. «Même si la Suisse est considérée comme un pays paisible, on assiste à une inquiétante montée de la violence de rue. Or le Krav Maga constitue une réponse adaptée à ce type d’agressions», explique Christophe, pratiquant de longue date. Comme 20% des membres de la FSKM, il est professionnel de la sécurité. «Cela nous permet d’apporter notre expérience, vécue sur le terrain.» Et le policier de préciser que le premier principe du Krav Maga reste d’éviter de se retrouver dans une situation dangereuse et de privilégier la fuite si elle est possible.

Marché libre
En France, le Krav Maga est intégré depuis 2008 à la FFKDA (Fédération française de karaté et disciplines associées), ce qui garantit que les instructeurs des clubs affiliés possèdent un diplôme d’état. En Suisse par contre prévaut la loi du marché libre, la profession n’étant pas protégée. Misant sur l’attrait de la discipline, plusieurs écoles, affiliées à d’autres fédérations ou indépendantes, ont ouvert leurs portes. Et si la majeure partie dispense un enseignement sérieux, «certaines sont cependant très orientées business», avertit Christophe. «Il importe toujours de s’assurer des compétences techniques et pédagogiques de l’instructeur. À la FSKM, les enseignants ceinture noire ont au minimum sept ans de pratique, ont passé un examen pédagogique chez Richard Douieb (voir encadré) et doivent suivre une formation continue. Ce qui n’est pas le cas partout...»

Site internet de la FSKM: www.krav-maga.ch

Textes et photo: Priska Hess

Date:16.11.2010
Parution: 540

Classé secret défense...

Créé dans les années 40 par Maître Imrich Lichtenfeld pour défendre la communauté juive tchèque contre la montée du fascisme, le Krav Maga devint ensuite le système de défense officiel de combat à mains nues de l’armée et des services de sécurité israéliens. Il resta classé «secret défense» jusqu’en 1964, avant d’amorcer sa démocratisation dans les années 80. Richard Douieb est alors nommé représentant officiel de la discipline en Europe par Maître Lichtenfeld. Il fonde en 1997 la Fédération européenne de Krav Maga (FEKM), à laquelle la FSKM est affiliée.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio