Télécharger
l’édition n°623
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Place de présidentevacante

Troistorrents Après huit ans, Marianne Maret quitte la présidence de la commune. Retour sur un engagement politique jusqu'au plus haut niveau d'une battante résolument optimiste.

«L'exercice politique m'a imposé le ici et maintenant» Marianne Maret. DR

Entrée en 1993 aux affaires sociales communales, conseillère de 1997 à fin 2004, la PDC Marianne Maret occupe dès 2009 les postes de députée au Grand Conseil, de présidente de la Fédération des communes valaisannes, simultanément avec celui de présidente de Troistorrents. Il y a 25 ans, la Sédunoise choisit de vivre juste sur les hauteurs de la ville et près des pistes de ski, dans un cadre idéal pour sa famille et ses enfants. L'accueil des Chorgues reste d'ailleurs un de ses meilleurs souvenirs: «J'ai été rudement bien adoptée, pour une femme de surcroît. La majorité de la population a réellement fait preuve d'ouverture! Et si j'avais été quelqu'un de mou, ça n'aurait pas été possible!». Marianne Maret relève les défis des différences de mentalités et d'opinions: «Les préoccupations des Morginois sont plutôt liées au tourisme, à l'inverse de Troistorrents». En 15 ans, la population chorgue a augmenté de 23%. «Une croissance «contrôlée» où la jeunesse est encore très saine et où la majorité des parents ont à cœur de bien éduquer leurs enfants». Les entreprises locales jouent activement la carte de la formation des apprentis. «On demande beaucoup de mobilité aux jeunes, ça ne leur donne pas forcément envie de s'impliquer dans le terroir, mais au moins ça leur apporte une ouverture d'esprit», constate-t-elle. Un bon nombre ont la «fibre communale» et rêvent de revenir s'installer avec leur famille au village après leur formation en plaine.

Objectif atteint!

Les 50 sociétés locales fonctionnent très bien, mais peinent à trouver la relève pour leurs comités. «Auparavant, c'était un honneur de faire partie d'un comité, maintenant c'est plutôt une corvée!». Même souci au niveau politique: «C'est un sujet de conversation mesuré, on en parle seulement lors de votations. Personnellement, j'aime trop la politique pour tout arrêter en même temps. Je fonctionnerai volontiers comme députée et suis à disposition de mon parti pour un nouveau mandat!». Marianne s'en va, un de ses plus grands objectifs atteint: le plan de réaménagement du village qui devrait générer davantage de vie sociale pour les 4288 Chorgues, sera mis en votation le 23 septembre, juste avant son départ.

Texte et photo: Béatrice Claret

Date:16.08.2012
Parution: 623

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio