Télécharger
l’édition n°917
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Jardin du Rivage: quid des promesses?

Vevey Le projet de quartier du Jardin du Rivage suscite des oppositions. Motif: la cohabitation entre une zone d’usage publique et un immeuble de logements d’une hauteur de 18 m. Les opposants s’étonnent par ailleurs de ne pas y trouver les promesses faites lors de la convention d’achat. Le syndic rappelle qu’un PPA ne se penche pas sur les affectations intérieures.

Jardin du Rivage: quid des promesses?

Le quartier du bas de la place du marché avec son Château de l’Aile, sa salle del Castillo mythique, son restaurant et ses Jardins du Rivage est un sujet émotionnel pour de nombreux Veveysans. Véritable poumon au cœur de la ville, les pieds dans l’eau, son réaménagement s’est souvent fait dans la douleur. À l’époque du rachat symbolique du château par Bernd Grohe, la commune avait obtenu en contrepartie qu’il s’engage financièrement dans la réhabilitation du secteur d’usage public. A l’enquête publique jusqu’au 21 avril, le Plan partiel d’affectation (PPA) de ce quartier a fait l’objet d’oppositions, rappelant certains points que la Municipalité avait promis.
Pour mémoire, dans l’immeuble abritant le restaurant du Rivage, il était prévu de créer un centre de promotion et de formation pour le développement durable, une unité d’accueil pour écoliers et un restaurant populaire privilégiant les produits locaux et bios (lire Le Régional 508 sur www.leregional.ch).

Cohabitation difficile
«Il faut avant tout différencier les promesses politiques qui avaient été faites à l’époque, relève Vincent Rappin, architecte à Vevey qui a fait opposition au PPA. Le contexte et le projet ont évolué. Ce qui m’inquiète le plus, c’est la cohabitation entre cette zone d’usage publique, avec sa salle de spectacle, son restaurant et les jardins publics, et le bâtiment que l’on veut reconstruire, avec au rez une surface à usage commercial et les logements prévus dans les étages». 
Le bâtiment du restaurant sera démoli et une nouvelle construction doit y prendre place. La hauteur maximale admise est de 18 mètres à la corniche, ce qui représente entre 4 à 5 étages. Il ne s’agit donc plus de quelques appartements, comme annoncé à l’époque. «Est-il judicieux d’y installer autant de logements aux abords d’un jardin public, sans compter le caractère exceptionnel du château de l’Aile et du bâtiment de la salle del Castillo, s’interroge l’architecte. À mon avis, le programme prévu n’est pas dans l’intérêt de la collectivité. Ces questions de cohabitation n’ont, me semble-t-il, pas été posées.»
Interrogé à ce sujet, le syndic, Laurent Ballif, rappelle: «Il s’agit d’une mise à l’enquête d’un PPA et par conséquent, un PPA ne prévoit pas les affectations intérieures. Il n’y a donc pas lieu de s’occuper de cela dans ce cas précis. Il existe cependant une convention d’achat du bâtiment qui définit l’occupation des lieux. C’est cette convention qui fait foi et je rappelle qu’elle a été acceptée par le peuple en 2006».

Texte et photo: Sandra Giampetruzzi

Date:02.04.2013
Parution:

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio