Télécharger
l’édition n°658
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«Il y a beaucoup de préjugés et d'attentes»

Servion Le 8 mai, le centre bouddhiste H'sin-Tchîn fêtera ses 20 ans d'existence. Rencontre avec son fondateur Robert Brandt-Diény, un maître-enseignant peu banal.

Robert Brandt-Diény, vén. Shinjin, enseigne le bouddhisme depuis 20 ans au centre H'sin-Tchîn à Servion. DR

«Le bouddhisme n'est pas une religion, ni uniquement une méthodologie spirituelle, mais un véritable art de vivre», explique Robert Brandt-Diény. Suite à une série d'événements douloureux, vécus il y a plus de 20 ans, ce laïc ordonné s'est tourné vers le bouddhisme. «La paix de l'esprit permet de réagir justement, explique l'homme, reconnu «vénérable Shinjin» par ses semblables. Beaucoup de personnes veulent forcer les choses au lieu de les accepter». Attaché à la transmission des préceptes moraux du bouddhisme, qu'il qualifie d'universels, il fonde en 1993 le centre H'sin-Tchîn, littéralement la paix de l'esprit, et se consacre à l'enseignement et à la méditation.

Sans folklore

Situé chez lui, à Servion en pleine campagne, le centre fête cette année ses vingt ans et propose toujours une bibliothèque de prêts regroupant plus de 2000 ouvrages et une salle de méditation. Décorée de quelques bouddhas, de tangkas et de bols tibétains, la pièce reste néanmoins sobre, affranchie d'ornements cultuels et culturels. «Je suis la ligne originelle de l'enseignement du Bouddha, à savoir la libération de la souffrance sans aucun rituel abscons ni folklorique». Journaliste et photographe professionnel, grand lecteur d'ouvrages psychologiques ou philosophiques, il possède une liberté de ton inattendue qui fait voler en éclats les représentations de l'Occident sur le bouddhisme. «Je me suis détaché du bouddhisme tibétain. Je respecte la ferveur et la piété des populations, mais j'ai beaucoup de mal avec cette idée que, plus on donne aux moines, plus on accumule de mérite, cela me fait penser aux seigneurs féodaux qui taillaient les serfs au Moyen-âge».

Bouddha mania

Si durant plus de 15 ans, le centre accueille de nombreux élèves, aujourd'hui les adeptes se font plus rares. «Le lieu est un peu excentré de Lausanne», explique le vénérable. Pourtant, l'attirance des Occidentaux pour le bouddhisme est grandissante. «Je parlerais même de bouddhamania. Si le Bouddhisme reste une tradition religieuse propre à l'Orient, en Occident, il se révèle être une remarquable méthodologie philosophique. Néanmoins, il y a beaucoup de préjugés et d'attentes. Certains, déçus par les religions, se tournent vers le bouddhisme, d'autres s'identifient à leur vedette, comme Richard Gere ou Véronique Jannot. Il ne faut pas oublier que le bouddhisme apprend à être soi. Soyez vous-même, votre propre flambeau, votre propre refuge, votre propre maître, a dit Bouddha».

Informations:

www.bouddha.ch - 021 903 25 82

Texte et photo: Zoé Decker

Date:02.05.2013
Parution: 658

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio