Télécharger
l’édition n°925
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Réaction du Conseil communal: questionnement sur la police

Réaction du Conseil communal: questionnement sur la police

A l'issue de la séance, le conseiller Christian Van Singer (Les Verts) a interpellé la Municipalité sur la polémique qui a eu lieu entre Le Régional et l'Association Police Lavaux (APOL). «Un ou des agents ont-ils eu une attitude déplacée envers les habitants, avez-vous voulu museler la presse? La Municipalité s'est-elle interrogée sur certains agissements? Quel est le bien fondé d'avoir publié et distribué un flyer, et qui le paie? Au vu du manque de confiance, que compte faire la Municipalité? Va-t-il y avoir un audit?».Le syndic Jacques-André Conne a répondu avoir été informé avec la Municipalité par un contact privilégié puisqu'il s'agit de Charles Monod, municipal à Lutry et président du Codir (comité directeur) contrôlant la Police. «Nous avons voulu répondre a-t-il poursuivi, notamment en ce qui concerne des erreurs dans l'article. Concernant le Lavaux slow up, c'est la Municipalité qui a refusé d'ouvrir la route et non la Police et les amendes sur les déchets, car c'est la voirie qui dénonce et non la Police qui amende de son propre chef. Quant au muselage, c'est plutôt nous qui avons été muselés puisque Le Régional a refusé de passer une annonce pourtant payante». Le Conseiller Philippe Sordet, (rad) par ailleurs administrateur du Régional a expliqué que dans un cas comme celui-là, il faut demander un droit de réponse (gratuit) qui oppose les faits contre les faits. Une annonce payante pour ce genre de polémique n'est pas acceptable. En tant qu'avocat, Félix Paschoud (rad) pense lui qu'il vaut mieux laisser aller car plus on enchaîne, plus on fait enfler les polémiques, ce qui va à contrecourant du but souhaité. «Non, il n'y aura pas de nouvel audit, celui de 2012 permet de mettre en place les ajustements nécessaires. Des mesures correctrices sont déjà faites et dans l'ensemble notre corps de police va bien», a expliqué Charles Monod, avant d'ajouter: «Toute police a droit à l'erreur, il s'agit maintenant de faire retomber le soufflé. Dans l'affaire du cycliste, une plainte pénale a été déposée, une enquête est en cours, un expert neutre entend toutes les parties. Nous prendrons les mesures nécessaires s'il y a lieu». Lire notre dossier complet

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio