Télécharger
l’édition n°825
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Feu vert de justesse pour la place de la Gare

Bourg-en-Lavaux Un crédit de 812'000 frs pour réaliser les plans définitifs et lancer les appels d'offres des bâtiments de la place de la gare a fait débat. D'autant que le crédit demandé pourrait encore grimper à cause d'une pollution dans le terrain.

Image de synthèse du bâtiment de la commune qui abritera des appartements protégés, un cabinet médical et un parking souterrain.©bureau d'architecture G. Bonnard & D. Woeffrey Monthey)

Nina Brissot

Mis à l'enquête en juillet dernier, le chantier de la gare de Cully, estimé à 24 millions, a besoin d'un crédit de 812'000 frs pour sa phase d'appels d'offres. Ce préavis était présenté au Conseil du 10 octobre, dont près de la moitié était composé de nouveaux membres. Afin de bien faire comprendre le projet et ses enjeux, la nouvelle municipale en charge du dossier, Evelyne Marendaz-Guignet, a invité les architectes à présenter les différentes étapes et les coûts, la rentabilité et le calendrier. Une manière de faire qui permettait par avance de répondre aux questions qui peut-être viendraient ensuite. Petit détail, présenté comme simple «remarque» dans le préavis, le terrain, une friche industrielle, est pollué, du moins sur un secteur. Le prix à payer pour extraire, transporter et traiter les matériaux pollués n'est pas connu mais estimé entre 750'000 frs et 3,4 millions ce qui, déjà, change la donne au niveau des coûts.

Néanmoins, la commission des finances a préconisé l'acceptation de ce préavis pour débloquer les fonds et aller de l'avant. Ceci malgré un rendement jugé faible et une réserve sur une surface commerciale prévue dans le bâtiment des CFF qui pourrait faire de l'ombre aux commerçant locaux. Mais, coup de théâtre, la commission ad-hoc souhaitait, elle, faire reporter le préavis en attendant d'avoir d'autres informations. Tout comme elle a mis en doute que les fonds venant du leg Failletaz soient utilisés à bon escient ou du moins en accord avec l'esprit du donneur qui les voyait pour une maison de retraite pour vignerons, confortable et de style classique. Il s'agit de 8 millions servant de fonds propres pour la commune. Sur ce point, également étudié par la commission des finances, il a été répliqué que depuis 1980, date du leg, les choses ont évolué et que ce cadre étroit a été examiné par l'exécuteur testamentaire et le notaire qui ont jugé que les appartements protégés prévus dans l'immeuble de la commune, à côté d'un cabinet médical avec 4 médecins, avaient autant de valeur sur le plan humain qu'un autre EMS de style classique.

Pataugeage

Cas d'école, il y a une proposition municipale, un accord de la commission de finances (Cofin), une demande de report de la commission ad-hoc. Comment la chose doit-elle être traitée? Est-ce au Conseil de trancher, la commission ad-hoc doit-elle déposer un amendement? La demande doit-elle être appuyée par 1/5e du Conseil? Un débat s'engage et ni le président du Conseil Thomas Ellis, ni les juristes présents n'ont assez étudié le règlement pour répondre. Une demande de suspension de séance de la part des membres de la commission ad-hoc a permis, quelques minutes plus tard, de passer outre ce casse-tête en se ralliant à la proposition de la Cofin. Le crédit a finalement été voté à l'unanimité.

Date:20.10.2016
Parution: 825

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio