Télécharger
l’édition n°835
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

«Il est difficile de revenir en arrière»

Surendettement Le Centre social protestant, le canton de Vaud et la Maison du Désert ont imaginé un distributeur spécial permettant d'apprendre à gérer son budget. L'action vise à prévenir la banqueroute des jeunes. Car une fois la ligne franchie, il est compliqué de rétablir la barre, comme l'explique Milan, un jeune Vaudois qui a cumulé jusqu'à 30'000 frs de dettes.

La Machine à dépenser permet d'interagir avec les jeunes et de discuter de leur budget.  DR

Valérie Blom

Comment apprendre à gérer son argent dès l'adolescence? C'est la question à laquelle ont tenté de répondre le Centre social protestant, le canton de Vaud et la Fondation pour l'animation culturelle lausannoise. Ils ont imaginé une espèce de distributeur, la Machine à dépenser (MàD), qui a été installée pour l'heure à la Maison de quartier du Désert (anciennement le Centre socioculturel de Boisy), à Lausanne.

«Le défi était de trouver un moyen d'attirer l'attention du jeune alors qu'il n'est pas attentif comme lors d'un atelier à l'école», raconte Kilian Marlève, animateur de la Maison de quartier. Le concept veut pousser les adolescents à s'intéresser à leur budget, avant que la gestion financière de leur revenu ne devienne un problème. Milan, après avoir interrompu un apprentissage aux conditions difficiles, a accumulé jusqu'à 30'000 frs de dettes. «Mes problèmes familiaux n'ont pas aidé», confie le jeune homme de 25 ans. Son père est décédé alors qu'il n'avait que 16 ans et sa maman, souffrante, est inscrite à l'Assurance-invalidité.

Agir le plus tôt possible

«Lorsqu'on s'endette et qu'on est jeune, il est difficile de revenir en arrière», livre-t-il. Même aujourd'hui, la situation n'est pas aisée, alors qu'il est fermement décidé à s'en sortir. «J'ai connu les poursuites et les saisies, mais je me bats pour achever mon nouvel apprentissage de praticien en pneumatique.» Ce sont des proches qui lui ont conseillé de se rendre au Centre social protestant. «J'ai été orienté et j'ai reçu une petite aide financière aussi. Elle m'a évité de voler ou d'imaginer d'autres bêtises».

Pour épargner à d'autres jeunes les mêmes ennuis, le canton de Vaud dispose d'un programme de prévention du surendettement. Il s'agit d'interventions auprès des élèves du gymnase. Depuis trois ans, le domaine extrascolaire est aussi concerné. «Pour la Machine à dépenser, nous sommes partis de l'hypothèse de départ qu'un objet attire l'attention. Et le terrain devient alors fertile pour une interaction», ajoute Kilian Marlève. Le délégué cantonal enfance et jeunesse Frédéric Cerchia précise: «Concernant l'endettement des jeunes, nous possédons peu de chiffres précis. Nous savons toutefois qu'il faut agir le plus tôt possible, avant que les mauvaises habitudes de consommation ne s'installent».

Date:12.01.2017
Parution: 835

Comment fonctionne la Machine à dépenser?

Les personnes fréquentant le Centre socioculturel de Boisy, devenu la Maison de quartier du Désert, se sont attelées à bricoler un ancien distributeur, en collaboration avec l'Ecole des métiers de Lausanne et le Centre social protestant. L'idée était qu'il ne propose que des biens de consommation qui figurent dans un budget mensuel. A choix donc, le permis de conduire, le loyer, l'assurance maladie, le téléphone, les loisirs, etc. «Cela fonctionne, les adolescents et les jeunes adultes sont automatiquement attirés par la Machine à dépenser (MàD)», relève Kilian Marlève, animateur à la Maison du Désert. Chaque thème dispose de son symbole, qui a été travaillé avec des adolescents. «Pour illustrer l'assurance-maladie, nous avons pensé à une seringue, partage-t-il. Mais l'image leur évoque plutôt la drogue. Nous l'avons donc troquée pour une carte d'assurance». Pour jouer à la MàD, rien de plus simple. Le jeune possède une carte où est noté son salaire mensuel. Ensuite, il choisit ses dépenses. En fonction des options qu'il prend, il est capable de boucler son mois ou il achète en oubliant des besoins essentiels. A chacun de ses choix, un objet tombe avec, au dos, quelques explications et astuces pour éviter de se retrouver «dans le rouge». La MàD partira en tournée dans les centres socioculturels lausannois.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio