Télécharger
l’édition n°840
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Recherche petits appartements

PPE Selon une étude réalisée par homegate.ch en collaboration avec le Swiss Real Estate Institute de la Haute école d'économie de Zurich (HWZ), l'intérêt pour l'achat de petits appartements persiste au détriment des grands. Le point auprès des acteurs de l'immobilier dans notre région.

Les petits appartements sont particulièrement recherchés par les investisseurs, les familles monoparentales et les jeunes retraités.

Magaly Mavilia

«Nous constatons effectivement que les petits objets se vendent plus facilement, reconnaît Michel Colatruglio, administrateur de Riviera Properties à Vevey. C'est un tournus. Il y a dix ans, nous manquions de grands appartements et aujourd'hui la tendance est un peu inverse.» Selon ce spécialiste de l'immobilier depuis plus de 30 ans, plusieurs facteurs expliquent cette tendance. «Au-delà de 1,5 million, nous avons plutôt une clientèle de familles dont le rêve reste la maison individuelle. Par ailleurs, le financement est devenu plus compliqué. Bien sûr, avec la baisse du taux hypothécaire, le coût effectif d'un objet acquis est souvent moindre qu'une location. Mais le montant des fonds propres que l'acheteur doit fournir est un frein important à l'accession à la propriété.» Il n'est en effet désormais plus possible d'investir l'entier de son 2e pilier (maximum 10%) et l'acquéreur doit encore trouver environ 5% de fonds propres pour les frais liés à l'acquisition du bien (droit de mutation, registre foncier, notaire). Pour un objet à 1 million, il est donc nécessaire de disposer de 150'000 frs d'économie.

Evolution des modèles

Pour Oscar Prieto, responsable du bureau CGS Global Immobilier à Montreux, l'évolution des modèles de vie influence aussi ce «repli» vers les appartements plus petits. «Il y a 30 ans, les familles achetaient un grand appartement et le léguaient ensuite à leurs enfants. L'apparition des familles monoparentales change les modes d'habiter. Du grand logement, nous passons à deux logements plus petits pour chacun des parents.»

Dans la société actuelle, les enfants ne vivent plus dans de grandes maisons avec leurs parents et de plus en plus de personnes une fois arrivées à la retraite vendent leur villa pour acquérir un appartement moins grand, donc plus pratique et si possible en ville afin d'être proches des commodités et de ne plus dépendre de la voiture.

Un investissement sûr

Le marché des petits appartements est aussi prisé par toute une frange d'investisseurs. Les banques n'offrant grosso modo rien du tout et la bourse étant trop compliquée, l'immobilier reste une valeur refuge et sûre. La location d'un appartement apporte un revenu régulier et assure un héritage aux descendants. Et s'il paraît plus facile de prime abord de louer un objet en dessous de 2000 frs, Lorenzo Poli, directeur de Poli Real Estate à Pully relève que moins il y a de pièces dans un appartement et plus il y aura de tournus.

De Villeneuve à Vevey

«Entre Montreux, Vevey ou Villeneuve, la situation n'est pas la même, constate Michel Colatruglio, de Riviera Properties. Il y a une grosse demande au centre-ville de Vevey mais peu d'objets à vendre, ce qui n'est pas le cas de Montreux qui a beaucoup plus d'offres en termes de PPE. Quant à Villeneuve, c'est une ville qui était historiquement reconnue pour des prix plus attractifs, mais cela est en train de changer et beaucoup de promotions sont en cours de construction ou en projet. De même que sur Roche, Noville et Rennaz qui se développent énormément en lien avec la construction du futur hôpital.»

Date:16.02.2017
Parution: 840

Surfaces réduites

Pour Lorenzo Poli, directeur de Poli Real Estate à Pully, la tendance pour l'acquisition de petits appartements est en train de s'essouffler. Par contre, observe ce spécialiste et conseiller, les habitations sont de plus en plus compactes, c'est-à-dire plus petites de manière générale. Mais cela ne veut pas dire qu'elles offrent moins de pièces: «Ce que les gens recherchent, ce sont des surfaces qui offrent une meilleure fonctionnalité dans des prix plus attractifs. Il y a dix ans, un 4,5 pièces mesurait 130 m2 et aujourd'hui, il avoisine plutôt 110 m2. Mais le produit phare, selon Lorenzo Poli, reste le 4 pièces pour les familles mais aussi pour les jeunes retraités qui quittent leur villa pour un appartement.»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio