Télécharger
l’édition n°831
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Une autoroute sous enquête

A9 L'élargissement de la chaussée à 800 millions prévu par la Confédération afin de limiter les bouchons de circulation a déjà rencontré bien des réticences. Le tronçon Vennes-Lutry touche les communes de Lausanne, Epalinges, Pully, Lutry ainsi que Belmont et son tunnel. La mise à l'enquête vient d'être déposée. Les opposants affûtent leurs armes.

L'A9 est très fréquentée. En avril 2008, par temps de brouillard, un immense carambolage avait immobilisé la chaussée de longues heures.P.Tournier

Nina Brissot

La procédure d'enquête, préalablement reportée face à l'ampleur des oppositions, est désormais ouverte depuis le 18 novembre. Déposée par le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (Detec), cette mise à l'enquête coïncide partiellement avec des périodes de fermetures de bureaux officiels. Elle se terminera le 3 janvier.

Ce titanesque chantier de l'Autoroute A9 - devisé à 800 millions, dont 80 millions pour l'élargissement du tunnel de Belmont – devrait débuter en 2018. Sur la majorité du tronçon, les travaux concernent essentiellement de l'entretien et de la rénovation, dont les réaménagements de la bande d'arrêt d'urgence, de nouveaux locaux techniques et des bassins de traitement des eaux. Ces travaux, comme l'assainissement du bruit routier, sont décidés par la Confédération qui n'a pas à les mettre à l'enquête. Par contre, l'élargissement prévu du tunnel de Belmont pour y installer une bande d'arrêt d'urgence dans les deux sens, afin de désengorger le trafic grâce à une 3e voie autoroutière, doit passer par l'accord des communes et riverains concernés. Et c'est bien là que le bât blesse fortement car, selon les opposants, les travaux ne feront que reporter les embouteillages 2km plus loin et les nuisances importantes de pareil chantier va léser le voisinage sur une période estimée entre 10 et 15 ans. Mais quelle que soit l'issue de cette mise à l'enquête, les travaux commenceront en 2018, sur un tronçon ou un autre.

Oppositions

Tout le monde attendait la mise à l'enquête, mais tout le monde semble déjà prêt. Les voisins privés ont un dossier déposé auprès de leurs avocats. L'ATE (Association Transport Environnement) avait déjà mené une bataille contre l'élargissement du tunnel en 2015 et recueilli plus d'un millier de signatures, ce qui lui permettra sans doute de s'opposer à ce projet. Quant aux communes, elles seront plus ou moins obligées de réagir en s'opposant à deux titres, en tant que propriétaires et entité publique. Sans quoi elles seront exclues de possibilités de s'opposer dans la suite de la procédure, tout comme les privés. Dans un tous ménages adressé à ses citoyens, la Municipalité de Belmont explique quelle est sa marge de manœuvre. En l'occurrence qu'elle ne pourra pas agir au nom des riverains qui sont invités à le faire eux-mêmes. Pour ces derniers, la Commune ne pourra ni répondre aux questions, ni donner des renseignements sur le dossier. Cependant, à Belmont comme dans les autres communes, les plans, les rapports techniques, ainsi que les notices d'impact sur l'environnement peuvent être consultés auprès des bureaux techniques des différentes communes.

Mesures d'allégement

Des mesures de protection contre le bruit routier pour pareil chantier sont une obligation mais très onéreuses. Or, compte tenu de ces frais supplémentaires, l'OFROU (Office Fédéral des Routes) peut par mesure d'allégement en être libéré. Dans ce cas, chaque propriétaire touché par ces mesures doit en être avisé par lettre de l'OFROU. Là également, les bordiers peuvent s'opposer mais individuellement, la commune ne peut le faire pour eux.

Date:01.12.2016
Parution: 831

En images

Documents

Vidéo
Documents audio

Dans ce même dossier