Télécharger
l’édition n°843
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les écoles auront leur Conseil

Oron/Jorat Les communes doivent mettre sur pied un Conseil d'établissement, en remplacement des commissions scolaires, supprimées par le Grand conseil en 2006. Il rassemblera parents, autorités, professionnels de l'école ou représentants de la société civile. Explications.

Dans le Jorat (ici, le collège du Raffort à Mézières), le Conseil d'établissement est en phase de création. Z. Decker

Valérie Blom

L'école est un domaine où se croisent de nombreux intérêts: l'éducation, les transports, le social, la famille, l'autorité, l'avenir, l'amitié. Ce qui a poussé le canton de Vaud à créer des Conseils d'établissements. Leur objectif: défendre les intérêts des usagers. Ils doivent être mis sur pied par l'autorité responsable de l'organisation scolaire partout où il y a des écoles. A Oron et dans le Jorat, la commune et l'ASIJ (Association scolaire intercommunale du Jorat) planchent actuellement sur leur constitution.

Divisé en quarts

Le règlement de ce Conseil d'établissement vient d'être validé, le 6 mars, par le Conseil communal d'Oron. «Mais il n'a aucun pouvoir, précise le syndic Philippe Modoux, il s'agit surtout d'écouter les inquiétudes et les besoins des uns et des autres.» Le Conseil d'établissement vient reprendre le rôle des commissions scolaires qui ont été supprimées par le Grand conseil en 2006. Il rassemble les acteurs qui ont une part plus ou moins active de l'éducation des jeunes: parents, autorités, professionnels de l'école ou représentants de la société civile. Ils sont répartis en quarts. Le nombre de membres ne doit pas être inférieur à 12 et doit demeurer un multiple de 4. Une fois désignés, les chargés de mission siègent pour une durée fixée dans le règlement, généralement 5 ans.

Jeunesse et sports mis de côté

L'ASIJ a décidé qu'en plus des autorités et des professionnels de l'établissement, un quart sera formé de parents d'élèves et le dernier sera constitué de membres de sociétés en lien avec les enfants des 10 communes de l'association. Il s'agit de l'APERO (Accueil petite enfance région Oron), le Conseil de paroisse et la fanfare du Jorat. Pour l'heure, les autorités de l'ASIJ travaillent encore à l'institution de ce conseil et seront en mesure de donner davantage d'informations dans le courant du mois de mars. Toutefois, lors de l'assemblée de l'association le 15 février, ces premières informations ont soulevé des questions. «Pourquoi ne pas choisir la Jeunesse?» propose un délégué. «Il manque peut-être une société sportive», ajoute un autre. «De mon côté, je suis ravie de voir que l'Eglise en fait partie», livre l'une des membres du législatif. Impossible de contenter tout le monde.

A chaque Conseil d'établissement ses compétences. Le règlement définit pour chaque cas le rôle qu'il peut jouer. Dans sa présentation, le canton précise qu'il est bon de l'associer à certaines décisions, pour ouvrir un débat sur la société et sur la manière de concilier besoins et nécessités, sans que cela n'engendre de danger pour les jeunes. Il est également possible – et vivement encouragé – de créer un conseil des élèves.

Date:09.03.2017
Parution: 843

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio