Télécharger
l’édition n°844
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Réduire l'impact du quartier

Puidoux Une quarantaine de logements verront le jour à «Pré-à-l'Avoyer». Ce projet de quatre immeubles s'intégrant dans la topographie du site en pente ainsi qu'à l'espace naturel du lieu a été accepté, malgré plusieurs oppositions.

Motif des oppositions, notamment, la crainte d'une hausse du trafic sur l'unique accès aux bâtiments et les gabarits de la future façade Nord, jugée disproportionnée. O. Binggeli

Oriane Binggeli

Face aux élus, en ce 9 mars, Jean-Christophe Butty se tient debout, laser en main. Armé d'une palette d'informations illustrées, le municipal présente au Conseil communal le plan partiel d'affectation «Pré-à-l'Avoyer 2» en désignant ça et là quelques détails spécifiques. «Le plan de 2006 reste en partie conservé, commente-t-il avec assurance. Mais une révision du PPA était nécessaire pour y intégrer de nouveaux logements et répondre au souhait du nouveau propriétaire. Sans compter que le Service du développement territorial (SDT) avait une liste d'exigences à respecter.»

Plus de béton mais pas moins de vert

Ainsi, le préavis prévoit l'élaboration de quatre unités d'habitation s'intégrant dans la topographie du site en pente. En tout, une quarantaine de logements verront le jour à «Pré-à-l'Avoyer». Le bâtiment situé sur la parcelle 3209 sera conservé dans son état et intégré au projet tandis que les toitures seront plates et végétalisées afin de réduire l'impact du projet dans le paysage.

A l'extérieur, plusieurs espaces verts de transition avec le cours d'eau du Forestay seront créés et la berge boisée sera maintenue. Une place de jeux de 100 m2 se greffera dans la partie Nord du site. Enfin, une liaison piétonne en direction de la gare sera aménagée et le hangar existant sera démoli.

Impact visuel et oppositions

La commission d'étude s'est accordée avec la proposition de la Municipalité en relevant sa conformité aux nombreuses discussions qui avaient déjà eu lieu concernant le projet. «Les démarches prévues sont cohérentes et une zone naturelle protégée est garantie, notait le rapporteur durant la dernière séance du Conseil. Notre seul regret reste d'ordre esthétique, la hauteur de la construction étant d'une taille supérieure à ce qui est normalement autorisé.» Les élus en charge de l'étude interpellent donc les édiles sur leur souhait de minimiser au maximum l'impact visuel du futur bâtiment. Si le préavis a finalement été accepté à l'unanimité moins trois abstentions par les élus, il avait tout d'abord suscité de vives réactions de la part des citoyens. En tout, sept oppositions sont parvenues à la commune lors de l'enquête publique en été 2016. Antonio Carlone invoquait par exemple la Loi sur l'aménagement du territoire concernant la stabilité des plans d'affectation pour une durée de quinze ans. La PPE Les Terrasses de Puidoux, représentée par la Régie de la Couronne SA, craignait une concentration du trafic sur l'unique accès aux bâtiments et exigeait une entrée supplémentaire pour la phase chantier. Plusieurs propriétaires ont également fait front commun quant au gabarit de la future façade Nord, jugée disproportionnée.

La Municipalité s'est efforcée de trouver des éléments de réponse à tous les réticents et deux oppositions avaient d'ailleurs été retirées avant ce débat. Les autres ont finalement été levées durant la séance sans autre discussion. «Les opposants ont désormais la possibilité de faire recours en cas d'insatisfaction», précise Jean-Christophe Butty.

Date:16.03.2017
Parution: 844

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio