Télécharger
l’édition n°844
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

500 à 600 nouveaux habitants

Bex Le plan partiel d'affectation «Glarey II» a reçu le feu vert du Conseil communal. Non sans avoir été revu pour permettre une meilleure intégration de ce futur quartier au site prévu.

L'image du futur quartier, élaborée par le bureau Jean-Daniel Berset Ingénieurs-Conseils SA, pourra encore évoluer au fil du temps.DR

Valérie Passello

Situé à l'entrée ouest de Bex et proche du centre, le périmètre concerné par le plan partiel d'affectation (PPA) «Glarey II» s'étend sur 65'423m2 et comprend, entre autres parcelles, le site protégé du Château Grenier et son parc. Ce secteur faisait déjà l'objet d'un PPA approuvé en 1998, mais le projet a été revu afin de mieux correspondre aux instructions cantonales en matière d'utilisation du sol. Il vise aussi à ce que les futures constructions s'intègrent plus harmonieusement sur le site en question. Le nombre d'habitants potentiels pourrait, une fois les bâtiments construits, atteindre entre 500 et 600 âmes. Sans dénaturer le Château Grenier, qui sera maintenu dans son parc, le projet jette les bases de futures habitations de faible et moyenne densité, d'un secteur d'utilité publique, ainsi que d'une zone de verdure. Réuni en séance le 8 mars, le législatif bellerin a validé à une large majorité le PPA «Glarey II» et son règlement qui déterminent l'ossature du futur quartier.

Doutes sur les infrastructures

Même si la commission chargée d'étudier le PPA a plébiscité le projet, l'une de ses membres, Anne Bielman, du groupe Ouverture, a présenté un rapport minoritaire: «D'ici à 2025, Bex comptera probablement quelques centaines de nouveaux habitants, auxquels viendront s'ajouter environ 1'000 personnes à l'horizon 2030, selon la planification de l'Agglo. Or, je me demande si nous aurons la capacité de réaliser d'ici 5 à 10 ans des infrastructures publiques capables de répondre aux besoins de tous ces nouveaux habitants. Je pense notamment aux bâtiments scolaires, à la déchetterie ou aux places de parc dans le bourg», avance-t-elle notamment, invitant l'assemblée à refuser le PPA en regard de la «situation critique» des finances communales.

Pas d'accord, le syndic Pierre Rochat répond que la situation n'est «pas si mauvaise, même si elle reste tendue». Notons que le projet immobilier ne coûtera rien à la commune puisqu'il sera assumé par des promoteurs. Par contre, la construction planifiée d'une école dans la zone d'utilité publique du PPA lui incombera. La crainte de voir les finances bellerines grevées par une nouvelle construction scolaire, après celle du collège de la Servanne qui a coûté 24 mios, préoccupe plusieurs membres de l'assemblée.

Et la circulation

En acceptant le PPA «Glarey II», le Conseil communal valide la levée de la quinzaine d'oppositions reçues lors de la mise à l'enquête. Quelques-unes avaient déjà trouvé une issue favorable par la tenue de séances de conciliation ayant entraîné différentes modifications dans le PPA et son règlement. La hauteur de certains bâtiments a été revue à la baisse et une procédure sera engagée pour limiter la circulation à 20km/h sur l'une des routes d'accès. Le trafic a d'ailleurs fait l'objet de plusieurs interventions au sein du plénum: beaucoup de questions ont tourné autour du nombre de places de parc au sein du futur quartier, mais aussi des accès, où une augmentation quotidienne de 735 passages de véhicules est estimée.

Date:16.03.2017
Parution: 844

Vision urbanistique exigée

Les membres de la commission ayant étudié le PPA «Glarey II» ont déposé un postulat demandant à la Municipalité une étude de planification de l'urbanisation à Bex à l'horizon 2030, incluant la croissance de la population prévue, ainsi que le catalogue des mesures de développement des infrastructures et autres initiatives, déjà en cours de réalisation, planifiées ou à prévoir. Le Législatif a largement soutenu ce postulat, visant à «offrir une base de travail et de communication pour permettre une bonne collaboration entre la Municipalité et le conseil communal». Le syndic Pierre Rochat a aussi accepté le postulat, promettant d'y répondre à la prochaine séance du conseil communal.

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio