Télécharger
l’édition n°844
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La montagne descend à la verticale à l'école

Saint-Maurice Avec «La caravane du film de montagne», le Festival International du Film Alpin des Diablerets propose aux élèves du collège de l'Abbaye des projections délocalisées de documentaires de l'extrême.

« Aujourd'hui, un festival se doit d'évoluer constamment», explique Jean-Philippe Rapp (à d.), venu à Saint-Maurice avec le réalisateur du film «La liste», Guido Perrini.

Textes et photo: Valérie Passello

800 ados réunis au Théâtre du Martolet. Si l'ambiance est potache au début, les étudiants font rapidement silence en assistant aux projections programmées en ce 6 mars. Au programme, deux films sélectionnés spécialement pour eux par Jean-Philippe Rapp, directeur du FIFAD (Festival International du Film Alpin des Diablerets): «J'effectue mon choix parmi les films primés aux festivals, parce que ce sont les meilleurs d'abord, mais aussi afin de faire découvrir aux jeunes ce qu'est le film de montagne. Pour cette première, j'ai choisi «Metronomic», qui devrait plaire aux étudiants parce qu'il est totalement délirant. Je fais une exception en proposant aussi «La liste», qui n'a pas été en compétition, mais qui fera partie de la programmation de la prochaine édition du FIFAD, parce que c'est un film qui aborde le dépassement de soi et le rapport particulier qu'un jeune freerider entretient avec la montagne».

Pour l'occasion, le réalisateur de «La liste», Guido Perrini, a aussi fait le déplacement. Le but: offrir aux élèves un moment d'échange après la projection, tout comme dans le cadre du festival. Des discussions qui permettent d'aborder toutes les facettes de la montagne, y compris la plus sombre. Si «Metronomic» présente une joyeuse troupe de musiciens-acrobates qui se lancent dans le vide, Jean-Philippe Rapp précise que l'un des protagonistes, Tancrède Melet, a trouvé la mort lors d'un numéro. Dans «La liste», le jeune skieur Valaisan Jérémie Heiz se lance le défi de dévaler les pentes quasi-verticales de 15 sommets culminant à 4'000 mètres d'altitude: là encore, le danger est omniprésent et le renoncement fait partie de l'aventure, car l'enjeu est trop important pour commettre la moindre erreur.

Se montrer ou disparaître

L'idée de la caravane du film de montagne est encore fraîche, le Collège de l'Abbaye de Saint-Maurice est le premier à l'accueillir. Le recteur, Alexandre Ineichen, s'en réjouit: «Ce type d'activité participe à la culture générale de tous et, de plus, nous avons un groupe montagne au collège, qui devrait particulièrement apprécier. La programmation vise à nous faire découvrir et aimer notre région, mais nous prépare aussi à voyager plus loin, à nous dépasser». Jusqu'au 12 avril, à raison de plusieurs séances destinées à différentes tranches d'âge, les élèves découvriront cinq films, dont le fameux «Sherpa», Grand Prix du festival 2016 et Prix de la Radio Télévision Suisse.

Pour Jean-Philippe Rapp, qui sera présent à chaque projection, faire connaître le FIFAD est crucial: «Aujourd'hui, un festival se doit d'évoluer constamment. Il y a beaucoup d'initiatives un peu partout et pour ne pas disparaître, il faut se montrer le plus possible». La caravane passera aussi à Genève, au Villars Rando Festival et à Vercorin.

Date:16.03.2017
Parution: 844

48e édition cet été

Le 48e FIFAD se tiendra du 5 au 12 août 2017. La programmation n'est pas encore arrêtée, mais comme chaque année, elle devrait attirer les passionnés de montagne, avec une sélection d'une trentaine de films, des tables rondes, des journées thématiques et des invités de prestige. En 2016, la manifestation a vu affluer plus de 20'000 visiteurs.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio