Télécharger
l’édition n°844
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Tout est vrai dans la revue ! »

Saint-Maurice C'est au tour des Agaunois de voir leurs anecdotes retracées sur scène. La Revue vers le futur commence le 17 mars à l'Aula de la Tuilerie. Ambiance et confidences des auteurs alors qu'à l'approche de la première, la tension monte.

La revue assemble des personnages emblématiques et des faits marquants, le tout sous une plume mordante, mais pas acerbe. S. Robatel

«Tous les acteurs sur scène! On se concentre s'il vous plaît pour le final, un peu d'énergie!» Pierre-Benoît Veuthey, l'un des quatre auteurs de la Revue vers le futur, tente de soutirer encore quelques notes – si possible justes – de la part des Tréteaux du Parvis, la troupe de théâtre de St-Maurice. Malgré la fatigue, les comédiens se plient au jeu, espérant offrir un bel ensemble pour cette ultime chanson de la représentation. C'est le dernier moment pour s'appliquer: la première du 17 mars approche à grands pas.

Du sel et du poivre

Tout est vrai dans la revue, scande un proverbe agaunois. «Il est clair que chacun des sketches ne s'est pas déroulé tel que raconté, mais la base est inspirée de faits réels», confie Frédéric Rappaz, auteur et cofondateur de la revue avec Pierre-Benoît Veuthey. Les Saint-Mauriards trouveront donc leur compte, mais pas uniquement: l'humour empreint de nombreux jeux de mots et de caricatures plaît également à un public non averti. «C'est globalement très local, commente Pierre-Yves Robatel, lui aussi à l'origine du texte. Il est néanmoins possible de comprendre sans habiter la région. Connaître les détails ajoute simplement du sel et du poivre!»

Place au nostalgique

En coulisses, on essaie les costumes, on répète les textes à l'italienne, on tente d'apprendre comment projeter sa voix au loin et troquer son stress contre une énergie positive. Celle de la scène, des planches, des projecteurs, des rires et des applaudissements que l'on espère nombreux. Egalement lorsque les gags cèdent la scène à une atmosphère plus émouvante. «Pendant une chanson en hommage à une figure agaunoise, j'ai été surpris de sentir les larmes me monter aux yeux», confie Pierre-Yves Robatel. Et Frédéric Rappaz d'ajouter: «Ces moments voués davantage à l'émotion et au nostalgique représentent aussi un atout du spectacle.»

Quatre plumes mais un spectacle

Créée en 1993, la revue se tient tous les quatre ans. «Pierre-Benoît et moi prenions part au journal de Carnaval, se souvient Frédéric. Il faisait du théâtre et a proposé de mélanger les deux mondes. Le succès a été immédiat, puisqu'on a comptabilisé 1'300 entrées pour 3'600 habitants environ à l'époque.» En 2001, Pierre Nicolet ajoute sa plume, puis Pierre-Yves Robatel en 2005. «Nous voulions un rocan (réd: habitant de Lavey) pour cette édition et la collaboration s'est très bien passée. Il est donc resté.» A huit mains, l'écriture n'est-elle pas plus épineuse? «Non au contraire, précise Pierre-Yves Robatel, nous nous entendons très bien et nous avons la même vision. En outre, partagée, la tâche est moins lourde.» Pas question toutefois de lâcher un secret de fabrication: pour savoir qui a été épinglé dans cette mouture, ou non, une seule solution, monter dans la DeLorean! lr

Date:16.03.2017
Parution: 844

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio