Télécharger
l’édition n°848
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La densification divise l'opinion à Epalinges

Urbanisme Bilan mitigé en matière de densification à Epalinges. Alors que certains plans de quartier ont été acceptés à l'image de ceux du Bois-de-Ban et de la Girarde, celui du Closalet reste controversé. La municipalité et les investisseurs ont donc décidé d'aller à la rencontre de la population le temps d'une soirée afin de mieux lui expliquer les enjeux de ce projet.

Le Closalet, un quartier qui veut donner la priorité à la mobilité douceDR

Xavier Crepon

La densification du territoire fait débat à Epalinges. En cause, la politique d'urbanisation des autorités loin de faire l'unanimité au sein du Conseil communal. Son dossier le plus sensible, celui du Closalet - 165 logements pour 365 nouveaux habitants – est de loin le plus contesté. Accusée à plusieurs reprises par les opposants de vouloir mettre la charrue avant les bœufs, la Municipalité a décidé de ne pas précipiter les choses sur ce projet. Lors d'une soirée, organisée le 27 mars dernier, elle a donné la parole aux investisseurs afin qu'ils puissent répondre aux questionnements de la population. Plus de 120 personnes sont venues assister à l'exposition du futur quartier. Eclairage.

Vers une densification harmonieuse

Une des préoccupations principales des participants à ce débat portait sur la densification que peut occasionner ce complexe qui prévoit une dizaine d'immeubles locatifs pour 2022. Le Fonds de Prévoyance derrière ce projet a tenté de justifier l'intégration de ce quartier d'immeubles dans un environnement de villas. Pierre Glauser, membre de la direction du fonds, rappelle alors que de nombreuses mesures ont été prises pour le rendre aussi agréable que possible: «Nous cherchons à créer un quartier harmonieux. Pour ce faire, nous avons choisi un niveau de densification peu élevé, avec des immeubles de petite taille afin de les intégrer au mieux dans l'environnement». D'autres éléments comme la création d'un parking sous-terrain pour avoir un quartier 100% piétons, ainsi que des césures entre les immeubles ont aussi été prévus dans cette optique d'harmonisation.

Une question de trafic

L'autre enjeu de taille est celui de la circulation. Les perturbations excessives que pourrait générer le chantier préoccupent une bonne partie des participants. Pas d'inquiétude à avoir à ce sujet, rétorque Olivier Perrin, également membre de la direction: «Sur notre chantier, la plupart des terres d'excavation vont rester sur le site afin d'être utilisées pour la fabrication d'une butte anti-bruit. Cela ne devrait donc pas générer un besoin trop élevé de camions». Pierre Glauser renchérit: «Notre chantier ne créera pas de nuisance sur les chemins du quartier puisque les camions rentreront par la route cantonale et ressortiront à la même place». Le trafic ne devrait donc pas occasionner trop de conflits de circulation lors des travaux.

Les habitants partagent une autre inquiétude concernant le trafic: celle d'un engorgement de la route de Berne occasionné par l'entrée et la sortie des véhicules des habitants du complexe. Face à cette crainte, Pierre Glauser défend à nouveau son plan de quartier: «Les bouchons sont un problème lié à la route cantonale et au nombre de voitures qui y passe tous les jours. Nous avons mandaté un bureau pour faire toutes les analyses nécessaires. Notre projet ne va pas modifier quoi que ce soit à ce niveau là». Un avis qui n'est pas partagé par une grande partie des opposants qui reste persuadée qu'un engorgement routier sera inévitable. Cette séance d'échanges avec les habitants a permis à chacun de se forger un avis sur le futur quartier du Closalet. Ce sera toutefois le législatif palinzard qui tranchera lors de sa votation en juin prochain. Reste à savoir si les arguments de la Municipalité et des investisseurs ont été assez convaincants.

Date:13.04.2017
Parution: 848

Halte au saucissonnage

Face aux nombreux plans de quartier proposés ces derniers mois, au Conseil communal, le groupe PLR a décidé de réagir. Il a déposé une motion exigeant un moratoire sur tous les plans de quartier jusqu'à la validation d'un nouveau Plan Général d'Affectation. Son auteur, l'élu Claude Matter, dénonce un certain «flou artistique» dans la Commune qui mène à un saucissonnage des projets. L'idée défendue est, dans un premier temps, d'avoir une vision d'ensemble avant de se prononcer sur les différents plans d'urbanisation. Les élus ont pris note de ces revendications lors de la dernière séance et ont remis la motion à une commission pour examen. Néanmoins, cela n'a pas empêché l'ensemble du Conseil communal d'approuver quelques minutes auparavant le plan de quartier de la Girarde – 40 logements protégés prévus pour 80 habitants. Une décision jugée compréhensible par le syndic Maurice Mischler: «Il s'agit ici de logements d'intérêt public qui ont mis tout le monde d'accord». Reste à savoir s'il en sera de même pour le quartier du Closalet. Rien n'est moins sûr au vu des nombreuses séances houleuses provoquées par la simple mention de ce nom.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio