Télécharger
l’édition n°849
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

La commune dévoile son jeu

Collombey-Muraz Les autorités ont présenté leur programme pour la législature 2017-2020. La devise pour ces prochaines années: «Une commune à la pointe!», dans tous les domaines.

Plus de 200 citoyens de Collombey-Muraz se sont déplacés pour apprendre de quoi sera fait l'avenir de leur commune.

Textes et photo: Valérie Passello

Assurer une ligne claire à long terme, une continuité et une cohérence des actions, permettre la réalisation d'actions concrètes et assurer une forte cohésion de la Municipalité: tels sont les objectifs du programme de législature présenté le 11 avril à la population de Collombey-Muraz. L'assemblée de plus de 200 personnes s'est montrée très intéressée quant aux réalisations à venir, posant, en prime, de nombreuses questions.

Les routes et la mobilité en général semblent être des points cruciaux pour la commune d'ici à 2020. La réalisation de la route de l'Epine est au menu, mais le dossier est un vieux serpent de mer, rappelle le président de Collombey-Muraz Yannick Buttet: «Non seulement ce projet traîne depuis plusieurs années, mais lors de sa mise à l'enquête, les principales oppositions sont venues de différents services cantonaux qui n'étaient pas d'accord entre eux. Nous allons remettre la compresse auprès du canton pour essayer de commencer les travaux l'an prochain, c'est une urgence». Ce tronçon servirait à contourner la zone commerciale pour rejoindre le secteur sportif du Verney sur le territoire montheysan, ce qui permettrait de désengorger le trafic aux abords des commerces. Mais pas uniquement: la route de l'Epine desservirait la nouvelle caserne des pompiers, autre projet à réaliser d'ici à 2020.

Construite en collaboration avec Monthey, elle accueillerait les corps de sapeurs-pompiers des deux communes, ainsi que les gardes-frontières. Mais là encore, le bât blesse au niveau cantonal, ajoute l'élu: «Le terrain sur lequel nous voulons construire cette caserne appartient au canton, qui procède à une surenchère sur son prix de vente: de la part d'une collectivité publique, nous trouvons cette pratique inadmissible, alors que notre projet vise à améliorer la sécurité de toute la région».

Pour une meilleure image

Afin d'être «à la pointe» dans tous les domaines, Collombey-Muraz veut améliorer son image et sa qualité de vie. Un effort sera fourni au niveau de la mobilité douce, avec la création de 2 à 3 chemins pour cycles et piétons menant jusqu'à Monthey, ainsi que la réalisation d'un passage sous-voie à la gare de Vionnaz, qui se trouve sur le territoire de Collombey-Muraz. La faisabilité d'un lieu de rencontres pour les jeunes sera étudiée afin de répondre à une volonté de la population et une réflexion sera menée sur les besoins de la prise en charge extrascolaire, car les structures en place sont saturées.

Point noir de la précédente législature, la promotion économique sera prise en main. Un concept régional est en cours d'élaboration, afin d'attirer de nouvelles entreprises, mais aussi de prendre soin de celles qui sont installées: il devrait être finalisé cette année déjà. Enfin, la révision du plan d'affectation des zones et du règlement communal des constructions et des zones sera lancée aussi en 2017. Quant à une éventuelle fusion avec Monthey, la question n'est pas à l'ordre du jour, mais la Municipalité compte établir une liste d'avantages et d'inconvénients dans trois cas de figure: le statu quo, l'intensification des collaborations intercommunales ou la fusion.

Date:20.04.2017
Parution: 849

«Tamoilympique»?

Christian Constantin l'a annoncé dans la presse: il est prêt à racheter le site de 130 hectares où s'élève la raffinerie Tamoil pour le transformer en village olympique dans la perspective des Jeux de Sion 2026, si la candidature helvétique passe la rampe du CIO (Comité International Olympique) d'ici à deux ans. Dans un deuxième temps, le site deviendrait une véritable ville dans la ville. Un projet qui ne semble pas affoler Yannick Buttet: «Au départ, le promoteur parlait d'accueillir 20'000 personnes, alors que pour les JO, il est plutôt question de 6'500 athlètes... Pour l'instant, la commune n'a reçu aucun dossier sérieux. Si projet il y a, nous exigerons d'être intégrés à toute la démarche. De plus, nous voulons avoir déjà planifié l'affectation future de tout le secteur avant de faire quoi que ce soit. La réflexion sera menée lors de l'établissement du plan de zones», précise-t-il.

La dépollution du site est du ressort de la société pétrolière et du canton du Valais. La commune, elle, devra piloter le démantèlement de la raffinerie le cas échéant: «Nous sommes à bout touchant pour passer une convention avec Tamoil SA, afin d'obtenir une garantie financière pour le démontage des installations», ajoute le président de commune.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio