Télécharger
l’édition n°849
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les arbres ne feront pas la loi

Monthey Le Conseil général a rejeté une motion demandant de légiférer sur l'arborisation de la commune.

Pour une majorité du législatif montheysan, la commune porte déjà une attention particulière à l'arborisation du territoire, comme en témoigne par exemple l'esplanade du Crochetan.

Texte et photo: Valérie Passello

Monthey possède un plan directeur des espaces verts, mais l'Alliance de Gauche aurait aimé l'étoffer avec un règlement de protection des arbres. Lors de la séance du Conseil général du 3 avril, une motion, déposée par la conseillère verte sortante Evelyne Bezat en décembre dernier, a été développée par son camarade de parti Fabrice Caillet-Bois. L'idée: dresser un inventaire des arbres sur le territoire, établir un catalogue détaillé, ainsi que des critères de conservation définis.

«Avec les nombreuses constructions, nous avons vu disparaître plusieurs arbres emblématiques ces dernières années. Ce n'était pas forcément injustifié, mais ce règlement permettrait une qualification des essences. Leur valorisation serait possible dans des projets urbains, par la publication d'un livre ou encore par la création d'un sentier didactique», argumente le conseiller général, partant du principe que les arbres «améliorent l'attractivité d'une ville, contribuent à la qualité de vie des habitants, créent une ambiance et structurent l'espace».

«Onéreux et contraignant»

D'accord sur le fond mais pas sur la forme, les conseillers PDC Johann Woeffray et PLR Antoine Bellwald jugent l'établissement d'un règlement de protection des arbres «inopportun, onéreux et contraignant», estimant que le plan directeur des espaces verts suffit et que la commune y porte déjà une attention particulière. Un avis partagé par la grande majorité de l'assemblée. «Un quart du territoire communal est constitué de forêts et nous possédons de nombreux parcs arborisés au cœur de la ville. Ce qui émeut les citoyens, ce n'est pas que l'on abatte des arbres centenaires, mais plutôt que l'on rase de vieilles bâtisses», commente quant à lui le PDC Joseph Calamo. L'esplanade du Crochetan, qui devait être bétonnée mais où des arbres ont finalement été plantés, est citée en exemple. Au final, par 35 non, 15 oui et une abstention, la motion n'a pas trouvé grâce aux yeux du législatif.

Date:20.04.2017
Parution: 849

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio