Télécharger
l’édition n°849
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Le pouvoir n'est pas une drogue »

Devenir syndic ne faisait pas partie de son plan de carrière. Reste qu'Antoine Lambert s'est entièrement consacré à cette fonction, rempilant pour une seconde législature. La dernière, assure ce retraité qui n'en a pas l'air. Economiste d'entreprise de formation, il se dit avant tout un homme de dossiers et sait prendre les choses avec philosophie. En politique comme dans la vie.

Antoine LamberDR

Corseaux

Entretien : Priska Hess

Pourquoi vous êtes-vous engagé en politique?

> Ce n'est pas tout à fait un hasard. Dans ma famille, la politique s'invitait souvent dans nos discussions. Mon père a fait partie de l'exécutif dans la commune de la Broye fribourgeoise où j'ai passé ma jeunesse. C'est donc tout naturellement que j'ai déposé ma candidature pour l'élection au Conseil communal de Corseaux, que j'ai présidé après avoir siégé à la commission de gestion. Pour ce qui est de la Municipalité, là oui on peut parler de hasard, cette option n'ayant jamais été intégrée dans mon plan de carrière. C'est grâce ou à cause des aléas de l'élection 2011 que cette voie s'est ouverte à moi. Et je ne le regrette pas.

Syndic est une position exposée où l'on prend souvent des coups, vous aimez ça?

> En effet, la fonction de syndic et un peu plus exposée que celle de municipal. Mais il ne faut rien exagérer. Je ne prends pas les choses personnellement, surtout les mauvaises critiques. Cette philosophie me permet de rester zen et m'évite des nuits d'insomnie !

Que devez-vous sacrifier au plan privé pour assumer votre fonction?

> Peu de choses en réalité, même si des engagements en soirée et parfois un agenda trop chargé limitent un peu mon autonomie. Avec mon épouse, nous projetons aussi de faire un voyage autour du globe, mais c'est incompatible avec la fonction de syndic qui exige une grande disponibilité. Ce projet de voyage resurgira donc très certainement au terme de mon mandat.

Un syndic doit souvent avoir le dernier mot. Quelles sont les limites de la démocratie selon vous?

> Chez nous, on parle de collège municipal et c'est une réalité. Dès lors, la grande majorité des décisions sont prises par consensus. Mais comme le syndic est le plus souvent porte-parole de la Municipalité, cela peut laisser croire que c'est lui qui décide... Il arrive aussi qu'il soit amené à trancher, mais cela reste l'exception. Le travail de la Municipalité reste un travail d'équipe.

Le pouvoir selon vous, une drogue dure? Une illusion?

> Je ne pense pas qu'au niveau d'une commune de la taille de Corseaux on puisse devenir accro au pouvoir. Comme je l'ai dit, le pouvoir du syndic est très limité. Donc clairement non, ce n'est pas une drogue. Par contre, je dois le reconnaître, c'est un plaisir d'occuper une fonction avec une certaine visibilité.

Entre vos idéaux et la réalité de la fonction, avez-vous déchanté?

> Si mon idéal avait été de tout réaliser de suite, sans souci d'argent et sans critiques, le désenchantement aurait été phénoménal. Comme je n'ai jamais eu cette prétention, je me satisfais de la situation telle qu'elle est. Il y a bien de temps en temps un peu de frustration, lorsque la réalité du budget limite votre action au strict nécessaire. L'absorption d'une grande partie des rentrées fiscales par les charges cantonales et régionales est également une source de frustration, je ne peux le nier.

Si vous n'étiez pas ou plus syndic, qu'aimeriez-vous être?

> Ce n'est un secret pour personne, vu mon âge et mon statut de retraité, il n'y aura pas de prochaine législature. Je me laisse encore le temps de la réflexion pour organiser mon après engagement public. Et du temps libre, il y en aura beaucoup. J'espère jouir encore assez longtemps d'une excellente santé pour profiter de la qualité de vie que nous offre notre magnifique région et m'offrir aussi quelques voyages.

Date:20.04.2017
Parution: 849

Ses valeurs

Votre devise

Si aujourd’hui le ciel est chargé de lourds nuages, demain il fera beau !


Une réussite (personnelle ou politique) 

La vie m’a plutôt gâté et je lui en suis reconnaissant. En plus de septante années d’existence, j’ai traversé des périodes difficiles, vites oubliées, et beaucoup de bons moments. C’est peut-être cela une réussite.


Un échec

Des échecs, j’en ai eu, mais ils m’ont permis de me remettre en question et de m’améliorer. Du moins je l’espère. En fait, chaque revers peut être converti en réussite si l’on sait reconnaître qu’il s’agit effectivement d’un échec.


Un lieu pour vous ressourcer

Il y en a plusieurs. J’ai la chance d’habiter à quelques pas d’un des plus beaux endroits et des plus beaux paysages de Suisse, le vignoble de Lavaux. Avec mon épouse, je le parcours pendant des heures dans le seul but de le contempler et donc de me ressourcer. La marche, en particulier, fait partie de mon hygiène de vie. J’aime aussi déposer mes valises pour quelques jours à Zermatt en été ou en hiver, et sur la Côte d’Azur au printemps – presque un pèlerinage !

 

Mieux vaut être à l'heure

S'il est installé à Corseaux depuis 1992, Antoine Lambert est un fribourgeois pure souche, fils d'un garde-forestier et d'une couturière. Né en 1944, sixième d'une famille de sept enfants, il est lui-même père d'un garçon et d'une fille, et grand-père de trois petits-fils. Diplômé en économie d'entreprise, il a occupé des postes à responsabilités chez un grand distributeur de médicaments bernois, dans une société de services pour les pharmacies, puis chez un opérateur de téléphonie. En 2001, il opte pour une activité indépendante dans le domaine de l'informatique, activité qu'il abandonne en 2011 pour se consacrer entièrement à la commune de Corseaux et à sa fonction de syndic. Antoine Lambert se décrit comme un homme de dossiers, aimant les choses ordonnées et bien organisées, soucieux d'écouter différents avis avant toute décision importante. «J'aime les gens honnêtes, en qui je peux avoir confiance. Je déteste le travail bâclé et que l'on trahisse ma confiance. Et aussi les retards systématiques aux rendez-vous et aux séances, ceux qui me connaissent le savent!»

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio