Télécharger
l’édition n°853
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

6 millions rabotés à Isenau

Ormont-Dessus Afin de pérenniser la télécabine d'Isenau, le projet de rénovation a été revu à la baisse.

Philippe Grobéty reste philosophe: «Il vaut mieux obtenir un peu moins que prévu plutôt que de ne rien avoir du tout!»

Texte et photo: Valérie Passello

«Ce redimensionnement n'est ni un crève-cœur ni un mal nécessaire. Il faut simplement être raisonnable: l'important est que l'on puisse continuer à monter à Isenau», considère Philippe Grobéty, syndic d'Ormont-Dessus et président de la Fondation pour la défense des intérêts d'Isenau. Après de longues négociations entre les partenaires, soit: la fondation, la commune et la société de remontées mécaniques Télé-Villars-Gryon-Diablerets SA (TVGD), une solution a été trouvée pour réduire les coûts du renouvellement de la télécabine à 11,5 mios, contre les 17,6 mios de la première mouture. «La prolongation du tracé sera abandonnée, il n'y aura donc pas besoin de construire une nouvelle station d'arrivée. Quant au débit, il sera de 980 personnes par heure et pas de 1'200», détaille l'élu.

Projections volontairement pessimistes

La concession étant échue, la télécabine ne tournera pas cet été. Mais une demande de prolongation pour un an a été déposée à l'Office fédéral des transports. Si elle obtient le feu vert, la commune assurera l'exploitation de l'installation l'hiver prochain, avant que TVGD reprenne ce rôle une fois les travaux réalisés.

Ormont-Dessus devra en outre garantir de couvrir les éventuels déficits d'exploitation: un groupe de travail a estimé le budget de fonctionnement potentiel, se basant sur la recette moyenne des trois derniers hivers, particulièrement mauvais en termes de météo et d'enneigement. «En fondant nos calculs sur ces hivers moyens, nous avons de fortes chances d'arriver à un équilibre financier, c'est jouable. L'accord passé avec TVGD prévoit aussi que les bénéfices restent dans la caisse d'Isenau pour éponger le déficit d'une mauvaise saison, le cas échéant», ajoute Philippe Grobéty.

Date:18.05.2017
Parution: 853

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio