Télécharger
l’édition n°855
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Les épées sont rangées contre le collège de Carrouge

Etablissement scolaire du Jorat Le recours contre le choix du terrain qui va accueillir le futur complexe scolaire a été déclaré irrecevable par le canton. Les deux opposants ont décidé de ne pas aller plus loin, mais attendent de pied ferme la discussion sur le plafond d'endettement.

Le collège du Raffort à Mézières a été inauguré début février, par Gérald Morier-Genoud, directeur des Etablissements du Jorat, et Etienne Cherpillod, président de l'ASIJ (de g. à dr.), et celui de Servion le sera au mois d'août.V. Blom

Valérie Blom

Soulagement pour certains. Déception pour les autres. Fin avril, le canton de Vaud a défini comme irrecevable le recours adressé contre le Plan partiel d'affectation (PPA) du champ du Trey à Jorat-Mézières (voir Le Régional 841). Il s'agit du terrain à Carrouge qui accueillera le troisième site scolaire, après ceux de Mézières et Servion, selon le programme de répartition des élèves élaboré par l'ASIJ, Association scolaire intercommunale du Jorat (voir encadré).

Selon les propos de la Cour cantonale de droit administratif et public, Jean-Jacques Schumacher et François Gilliéron, les deux recourants, habitent trop loin du site pour que leur requête soit prise en considération. «C'est un sacré scandale, s'insurge François Gilliéron. En tant qu'agriculteur, je bénéficie des esserts communaux – je me charge de travailler des surfaces appartenant à la commune. Avec cette plaisanterie d'école sur plusieurs sites, je vais perdre environ 10'000 m2, soit du salaire. Comment un juge, assis dans un fauteuil, peut-il décréter que je ne suis pas concerné par cette future perte?»

Plafond d'endettement en ligne de mire

La paire a toutefois décidé de ne pas aller jusqu'au Tribunal fédéral. Même si leur attention est à l'origine d'être des lanceurs d'alertes, craignant une facture finale très salée pour ces projets. Avec l'agrandissement du collège du Raffort à Mézières, la construction à Carrouge et Servion, l'investissement devrait avoisiner les 55 mios de frs. «Nous avons suffisamment provoqué le débat, déclare l'ancien syndic de Mézières. Désormais, nous allons attendre la demande d'augmentation du plafond d'endettement de l'ASIJ, en espérant que trois communes au moins la refusent. Il faudrait dans ce cas à nouveau discuter.» Selon les projections, ce dernier devrait passer de 40 mios à 64 mios.

Un législatif trop frileux?

Outre le choix du terrain, François Gilliéron s'est aussi longtemps battu pour une variante à un seul site. En vain, puisque le Conseil intercommunal de l'ASIJ a accepté les constructions à Carrouge et à Servion, et les clefs des bâtiments servionnais seront remises à l'association le 31 juillet 2017. «C'est la Loi sur l'enseignement scolaire qui exige la centralisation des écoles», rappelle le président de l'ASIJ, Etienne Cherpillod. Cette dernière a été acceptée par le peuple en 2011.

Face à cette réalité, les recourants reprochent au législatif de ne pas s'impliquer suffisamment. «Le pouvoir de décision est trop dilué, s'exclame Jean-Jacques Schumacher, le second des opposants. Il y a trop de membres d'exécutifs communaux présents, ce sont du coup des collègues... En outre, certains n'ont pas connu la genèse du projet et n'osent peut-être pas s'affirmer ou s'interroger davantage.» Ce que conteste le président: «Je ne suis pas d'accord. Depuis plusieurs mois, nous avons donné toutes les informations nécessaires. Je suis toujours à disposition et mes collègues du comité aussi pour répondre aux questions.»

Carrouge peut avancer

L'étude en cours pour le collège de Carrouge, dont les résultats devraient parvenir au Comité de direction à la fin du moins de juin, permettra d'évaluer plus exactement le montant de la facture finale. «Je suis soulagé, reprend Etienne Cherpillod. Nous allons pouvoir avancer. Jorat-Mézières va acquérir le terrain et nous céder le droit de superficie. Pour les communes membres de l'ASIJ, 2020, 2021 et 2022 seront financièrement difficiles. Mais les amortissements annuels effectués diminueront le montant total de la dette.»

Date:01.06.2017
Parution: 855

Un collège multisites à 55 millions

L'organisation des écoles de la région comprend la construction de deux complexes scolaires, à Servion (en cours) et à Carrouge. Ce dernier devra accueillir plus d'une vingtaine de classes et certainement une salle de gym triple (la décision n'est pas encore prise). Problème: le projet de Carrouge a été figé par le moratoire de la révision de l'aménagement du territoire jusqu'en décembre 2016, date à laquelle le canton a rendu un préavis favorable concernant le plan partiel d'affectation (PPA) du champ du Trey, le terrain choisi pour ériger l'école. C'est contre cette décision que François Gilliéron et Jean-Jacques Schumacher ont fait recours. A terme, 6 sites accueilleront les élèves de l'ASIJ: le collège du Raffort et le Petit collège à Mézières, le nouveau complexe à Servion et son futur homologue à Carrouge, ainsi que le collège à Forel et celui de Savigny. Le tout pour un investissement total estimé à 55 millions. L'ASIJ rassemble les communes de Corcelles-le-Jorat, Forel, Jorat-Mézières, Montpreveyres, Ropraz, Savigny, Servion, Syens, Vucherens et Vulliens.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio