Télécharger
l’édition n°855
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

L'EMS finance les arrêts de bus

Jorat-Mézières La commune a accepté de construire deux arrêts de bus à la hauteur de l'EMS Praz-Joret, à Mézières. Réclamées depuis quelques années par ce home situé à l'écart du village, ces haltes ont pu être réalisées grâce à sa participation financière et au don d'une famille, pour un total de 100'000 frs. Investissement: 310'000 frs, dont 120'000 pris en charge par le canton et le solde par la commune.

«Il est plus dangereux de prévoir un passage pour piétons. Les gens ont tendance à se sentir protégés et à se lancer sans observer.» Patrice Guenat, syndic DR

Valérie Blom

«Cet arrêt de bus va nous changer la vie», confie Antoinette Jock, directrice de l'EMS Praz-Joret, à Mézières. Lors du Conseil communal du 9 mai, la commune de Jorat-Mézières a accepté un crédit de 310'000 frs pour la construction de deux haltes à la hauteur du home, de part et d'autre de la route cantonale. L'établissement pour personnes âgées les réclamait depuis quelques années, mais les anciennes autorités mézièroises – avant la fusion avec Carrouge et Ferlens – n'ont pas pu entrer en matière, le coût des constructions étant trop élevé.

Un atout pour les visites

Deux ressources inattendues ont retourné la situation: Jorat-Mézières a non seulement obtenu une subvention du canton, à hauteur de 120'000 frs environ, et l'EMS a décidé de participer aux frais en investissant 100'000 frs. «Nous avons pu nous le permettre grâce au don d'une famille sensibilisée à la cause, relève la directrice. Nous l'avons ensuite complété.» Situé à l'écart du village, l'établissement est difficilement accessible sans voiture. «Avec le vieillissement de la population, les proches de nos résidents sont parfois également âgés et préfèrent venir via les transports publics. Jusqu'alors, nous utilisions notre bus pour aller chercher les visiteurs au village. Désormais, ils seront autonomes.»

En outre, le home compte pas moins de 36 collaborateurs, dont des apprentis ou des personnes n'ayant pas le permis. Avec le bus, ils pourront se rendre plus facilement sur leur lieu de travail. «C'est un projet profitable à tous», ajoute Antoinette Jock. D'autant que le terrain de football est tout proche, comme le stand de tir, la piste Vita, le club de tennis de table et d'autres promenades.

Seule crainte, la sécurité

Si d'apparence, il n'y a que des avantages à l'édification de ces arrêts, lors de la présentation au Conseil communal, la sécurité a soulevé le débat. La route cantonale est en effet encore limitée à 80 km/h à cet emplacement. «Nous avons longuement réfléchi à la problématique, note le syndic Patrice Guenat. Mais il est apparu qu'il est plus dangereux de prévoir un passage pour piétons. Les gens ont tendance à se sentir protégés et à se lancer sans observer la circulation.» En accord avec le canton, il a donc été décidé de ne rien mettre, ni de baisser la vitesse. «Ce n'est de loin pas le seul endroit dans cette situation, souligne-t-il. Regardez la route de Berne!» La commune a en outre insisté pour que les haltes se situent en dehors de la chaussée, afin de ne pas déranger la fluidité du trafic. «C'est la meilleure solution. Avec un bon éclairage et la vue dégagée à cet endroit cela devrait jouer. Il faudra évidemment que les automobilistes soient attentifs.»

Date:01.06.2017
Parution: 855

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio