Télécharger
l’édition n°857
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Il n'y a pas que le théâtre qui s'improvise

Mézières - Lausanne La fin du mois de juin sera synonyme d'improvisation musicale. La fédération romande éponyme met sur pied plusieurs rendez-vous dont un spectacle au final imprévisible...

Christophe Mangou est un spécialiste de l'improvisation musicale. DR

Valérie Blom

Soundpainting. Une expression anglophone qui évoque le son et la peinture. L'art de dessiner de la musique. Une combinaison parfaite pour signifier l'improvisation musicale. Elle sera à l'honneur les 21 et 27 juin prochains, lors d'un concert à Lausanne, et une autre à Mézières dirigé par Christophe Mangou. Des musiciens de l'Orchestre de chambre de Lausanne, du François Jeanneau Quartet, l'Ecole sociale de musique de Lausanne (ESML) y participeront, mais aussi des élèves de l'établissement primaire de Mézières (voir encadré).

«La Fédération romande d'improvisation musicale (FRIM) fête cinq ans d'existence cette année. Nous avons donc souhaité mener une réflexion à 360 degrés sur le sujet», livre Théo Gafner, président du FRIM et directeur de l'ESML. L'idée est même née plus tôt, lors de sa participation à un workshop donné par François Jeanneau sur la technique du Soundpainting. Cette dernière consiste à suivre les indications du chef d'orchestre, communiquant ses intentions grâce à un langage des signes. «Nous nous sommes rendu compte du potentiel de création d'un projet intéressant», ajoute le directeur.

Les jeunes apprennent des pros

Des élèves de l'option théâtre de l'établissement primaire de Mézières ont été impliqués dans le projet et participeront le 21 juin au spectacle de la Fête de la musique. N'est-ce pas stressant d'inclure de si jeunes recrues? «Non. Il faut effectivement leur apprendre les gestes, mais cela fait partie de notre travail. Et c'est l'occasion de les confronter à des professionnels», précise le directeur.

Issus du monde du théâtre, les enfants ont permis un échange. «Ils ont montré le jeu du corps tandis que les musiciens jouent avec leur instrument. De quoi s'inspirer et s'influencer.» Durant le Soundpainting, acteurs, danseurs et musiciens obéissent aux gestes du chef d'orchestre, chacun à tour de rôle. «L'improvisation se construit toujours avec un cadre. Là, le chef donne ses intentions. Nous ne sommes jamais dans le flou.» Ce qui exige une grande concentration. «Cela se travaille. Danseurs, comédiens et musiciens ont suivi des ateliers dans ce sens. Pour dresser leur corps, comprendre les signes mais aussi comment interagir entre eux. Cette technique se prépare autant qu'une partition écrite.»

Impro délaissée par le classique

Théo Gafner explique que cet art est important à enseigner, même s'il a été délaissé dernièrement en musique classique. «L'improvisation fait appel à un esprit rationnel et logique, mais pas uniquement. Il y a du non conscient, l'occasion de laisser jaillir des choses qui viennent, des inspirations. De l'instantané.» A d'autres époques, il y existait davantage de musique classique improvisée. «Il est bon de revivre ça, c'est lié à la partie innée que tout le monde a en soi. D'explorer des œuvres écrites, mais de se les approprier. C'est une attitude.»

Date:15.06.2017
Parution: 857

Spectacle tout public et colloque pour initiés

Le spectacle Improvisation en mouvements s'articule autour de trois rendez-vous. Le premier est donné le 21 juin, avec une performance artistique de Soundpainting, qui compte sur la participation du public, du François Jeanneau Quartet, des musiciens de l'Orchestre de Chambre de Lausanne, des élèves de l'établissement primaire de Mézières et de l'Ecole Sociale de Musique de Lausanne (ESML). Le 27 juin, la journée se partage en deux parties. La première est un colloque mis sur pied à Lausanne, avec notamment les conférences d'Ariane Jessulat (photo) de l'Université des Arts de Berlin ou de Philippe Canguilhem, professeur de musicologie à Toulouse, et par exemple des ateliers avec Eric Trémolières, ténor et improvisateur. Le soir, le Théâtre du Jorat accueille l'Orchestre de Chambre de Lausanne, l'école-Atelier Rudra-Béjart et le François Jeanneau Quartet pour un concert mené par le chef Christophe Mangou. La soirée sera divisée en trois actes, avec la pièce de Jeanneau Meeting in Blue, une interaction avec Molière Imaginaire et un final improvisé grâce au Soundpainting. Programme complet sur www.impro-mouv.ch.

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio