Télécharger
l’édition n°859
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

« Les citoyens urbains connaissent mal la nature »

Jorat Le 17 juin, l'association «Jorat une terre à vivre au quotidien» a organisé une fête pour célébrer la forêt et profiter de communiquer autour du projet du parc périurbain du Jorat.

Environ 200 personnes se sont rendues à la fête Festi'Jorat. D. Aubort

Valérie Blom

Un parc naturel, à Lausanne, possible? Oui, à en croire le projet de l'association Jorat, une terre à vivre au quotidien, qui propose de vouer 4 km2 de forêt à un espace protégé «périurbain». Le 17 juin, une journée spéciale intitulée Festi'Jorat a permis de mettre en valeur ce qui a été entrepris jusqu'alors. Environ 200 personnes se sont rendues sur place pour en apprendre davantage sur le concept.

A ce stade, le dossier de candidature a été accepté par la Confédération et a pu recevoir un financement. Ce dernier est de l'ordre de 1,9 mio, pour quatre ans, soit 475'000 frs par année. Berne assume 50% et le reste est partagé entre cantons et les 13 communes (dont Jorat-Mézières, Servion et Montpreveyres) concourant au même dessein. Actuellement, l'heure est à l'information notamment auprès des législatifs communaux. A terme, ces derniers devront voter pour le parc périurbain.

Pas d'intervention humaine

«Le concept est intéressant car il est pluridisciplinaire, note Sophie Chanel, cheffe de projet. La nature est mise en valeur mais pas uniquement. Les autres aspects, sociaux, économiques ou écologiques de la forêt le sont également.» L'espace sera partagé en deux zones: une dite centrale, où la biodiversité sera laissée à elle-même, sans intervention humaine. Elle sera entourée d'une aire de transition. Actuellement, les frontières délimitant la future réserve sont à l'étude.

Un projet à un stade déjà plutôt avancé demeurant a contrario encore méconnu de la population. «L'approche de la forêt est différente que l'on soit citadin ou que l'on habite la campagne, précise Sophie Chanel. Les citoyens urbains connaissent peut-être moins bien la nature. Mais l'objectif est de les faire participer, notamment en recensant les valeurs du Jorat ou avec un concours de photos. Ce sera le parc de tous.» Si le Jorat a été choisi, c'est qu'il s'agit du plus grand massif forestier du plateau suisse, selon l'association.

Aux gens d'en profiter

L'avantage d'un concept périurbain permet d'entamer une réflexion sur les différents concepts mis en avant: l'idée n'est pas de privilégier uniquement la nature, au contraire. «La forêt possède trois fonctions: de biodiversité, de loisirs et de production de bois. Bien évidemment qu'il y a un accent particulier sur l'environnement, mais il faut que chacun continue à y trouver son compte. L'atout de cet espace à proximité de la ville est de permettre aussi aux gens d'en profiter.»

Date:29.06.2017
Parution: 859

Dans ce dossier

Documents

Vidéo
Documents audio