Télécharger
l’édition n°861
au format PDF
Région Lausanne Région Lavaux Région Riviera Région Chablais Région Oron
Dernière minute
La semaine prochaine
Bonus du net

Polémique autour d'une plage sauvage

St-Saphorin À'heure des baignades et des barbecues lacutres, un accès au Léman jugé dangereux crée le débat. Un projet de sécurisation est discuté entre la commune et les CFF. Un chemin longeant le lac pourrait être aménagé.

Bien que difficile d'accès la bucolique petite plage attire toujours du monde.DR

Daniella Gorbunova

A côté de la petite plage rocheuse nommée «les bains Reymond» et des chemins de fer, un petit bout d'herbe prisé des estivants fait grincer des dents: le seul moyen d'y accéder est de longer les rails. Sacha Chayestémehr, conseiller communal inquiet de la situation, relève: «A cet endroit, il y a beaucoup de jeunes qui viennent. Sauf que, quand on passe un après-midi entier au soleil à boire, on est beaucoup moins vigilant pour rentrer, alors qu'ici des trains passent à toute vitesse». Un problème de sécurité publique tragiquement mis en avant par un décès au mois de juin. «Je n'ai pas tous les détails de cet accident, c'est encore sous enquête. Mais la personne aurait voulu longer les chemins de fer pour aller de la plage en face de la gare jusqu'à l'autre plage» affirme le municipal Gilles Guex. La police cantonale ne peut commenter l'affaire à ce stade de l'enquête. Mais même si cet accident ne s'avérait pas être directement lié à l'accès en question, il soulignerait néanmoins l'importance d'une sécurisation générale du bord du lac.

Discussions avec les CFF

Il y a quelques années, un préavis lié à la sécurisation du passage entre la route et «les bains Reymond» avait été voté. Le passerelle avait été jugée trop basse et par conséquent dangereuse. Mais ces éventuels travaux ne régleraient pas le problème de l'accès dangereux au lac qui côtoie la plage. Une nouvelle proposition est donc en cours d'évaluation: «nous nous sommes demandé, avec les CFF, si ce n'était pas encore moins dangereux de supprimer la passerelle et de créer un chemin accesible le long de l'eau. On mettrait une barrière le long des chemins de fer et l'endroit actuellement dangereux deviendrait un passage public», suggère Gilles Guex. Pour le coût du projet, auquel la commune doit participer, un budget de 185'000 frs a été prévu. Selon le vice-président, l'aménagement d'un chemin devrait non seulement permettre plus de sécurité, mais également coûter moins cher que la rénovation de la passerelle.

Date:13.07.2017
Parution: 861

Dans ce dossier

Documents

En images

Vidéo
Documents audio